Magazine Société

Neige à l'appel

Publié le 09 janvier 2009 par Chroneric

On n'avait pas vu ça depuis que la Sartine s'était échouée dans le Vieux-Port le 19 mai 1780, ce qui avait provoqué un blocage monstre, sans jeu de mots. Cette fois-ci, c'est la neige qui paralyse la ville. Des flocons qui tombent en abondance, non stop, et voici nos amis marseillais ensevelis sous... quelques centimètres de poudre blanche. Pour une foi que c'est une poudre légale. Ca peut faire sourire, ça peut exaspérer. Les personnes bloquées sur la route, dans les gares et dans les aéroports n'avaient pas envie de rigoler.

Comment se fait-il que les services de la commune ou des collectivités locales n'aient pas anticipé assez alors que les bulletins d'alerte se suivaient ? Il est vrai que la neige en bord de mer, sur la Côte d'Azur, n'est pas chose courante. De ce fait, quand l'habitude manque, les moyens peuvent manquer pour faire face à ce type d'évènement, prévu ou non. Mais je suis surpris que ce qui préoccupe les pensées et les média en particulier, ce soit le fait que la neige tombe dans des endroits inhabituels. Personne ne se demande pourquoi il neige en bord de mer ou dans le bassin parisien, ou dans les plaines en général.

Je suis plutôt inquiet. Le vent tourne. Le temps perd la tête. Les phénomènes climatiques sont désorientés. Faut-il attendre de prendre de beaux icebergs en photo dans le bassin d'Arcachon pour réveiller les consciences ? Heureusement, on n'en est pas encore là. Mais les flocons qui se forment dans des zones peu sujettes à ce climat, ce n'est pas normal. On parle de réchauffement climatique ou de gaz à effet de serres, on voit ici les conséquences. C'est le paradoxe, le rejet de gaz divers au-dessus de nos têtes fait neiger ! Il faudrait peut-être parler plus de dérèglement climatique pour être plus généraliste.

Les problèmes écologiques qui se dessinent à l'horizon vont se traduire par des inversements de météo. Là où il faisait froid, il fera chaud, là où il faisait chaud, il fera froid. Il ne faut pas oublier que la nature reprend toujours ses droits à un moment ou à un autre. Ainsi, tout ce qui n'est pas maîtrisable par l'homme va s'adapter. Si la neige ne peut plus tomber à 300 mètres d'altitude, et bien elle tombera à 40 ou à 0 mètre. On peut imaginer les conséquences économiques et les modifications de nos habitudes de vie. Et là, ce sera à notre tour de nous adapter au temps, et non l'inverse. Des températures de -15 degré ne sont pas le fruit du hasard ni un caprice de mère Nature. Il est temps de consacrer son temps au temps.

La cigale ayant chanté tout l'été…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chroneric 80 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine