Magazine Europe

Contre toute attente

Publié le 09 janvier 2009 par Cyrilboyer
Photo licence CC by-sa, par Meuh!
Les anciens expatriés au Luxembourg se rappellent sans doute du rite de passage imaginé par les aborigènes grands-ducaux, qui nous imposaient, pour rejoindre leur tribu, de faire la queue plusieurs heures dans un bureau situé entre la rue Chimay et la place Guillaume. Oui : « entre ». Evidemment, les bureaux du bien nommé passage étant aussi étroits que les heures d’ouverture du service, il était fréquent que la file d’attente s’allonge jusque dans l’escalier, voire jusqu'en bas, ce qui donnait un cachet pittoresque aujourd’hui disparu avec le Bierger-center où le service au public est d’une rapidité déconcertante (même pas le temps de lire ses mails sur les PC mis à disposition).
Hé bien cette époque n’est pas révolue. Il subsiste un endroit où l’on peut attendre de façon tellement insupportable qu’on se dit qu’il y a forcément des gens qui l’ont fait exprès : le contrôle des yeux offert par le ministère de la santé à tous les enfants nés sur le sol luxembourgeois.
Déjà, on pourra s’étonner de la nécessité de réaliser un examen dans un centre situé Galerie Kons (entre les dealers et les prostituées, mais pas aux mêmes heures) alors qu’il aurait sans doute été plus simple de le confier aux pédiatres ou aux ophtalmos du pays. Remarquez, ça doit être assez compliqué comme examen, parce qu’il n’y avait qu’une seule personne suffisamment qualifiée pour le pratiquer ce matin (elle m’a quand même demandé si je portais des lunettes, ce qui me semble plutôt évident vu l'endroit où je les mets). Comme une douzaine de gamins de 14 mois avait été invitée entre 9h et 11h, sans plus de précision sur l’horaire, et que tout le monde envisage de ne pas consacrer toute sa matinée à la chose, vous imaginez l'ambiance dans la salle d’attente.
12 mini-godzillas dans 25 mètres carrés qui jouent avec 8 briques Duplo gracieusement mises à disposition par l’Etat, c’est mieux que le bac à sable pour savoir lequel crie le plus fort. La dame chargée d’agiter la lampe sous les yeux de ma fille qui, curieusement, ne restait pas sagement sur mes genoux après ses 80 minutes de baby catch, m’a rassuré en me disant que c’était encore plutôt calme ce matin. Et... en me donnant rendez-vous pour l’année prochaine.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cyrilboyer 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte