Magazine Séries

Pilot : Over there

Publié le 09 janvier 2009 par Tao

over thereOver there est une série coup de poing sur la guerre d’Irak que l’on doit au grand Steven Bochco (NYPD blues). Malgré les années et le futur changement de président, cette série n’a rien perdu de sa force. Derrière l’écran, des scénaristes chevronnés et devant l’écran que du beau monde pour les fans de séries. Erik Palladino (le docteur Malucci dans Urgences), Luke McFarlane (Scotty dans Brothers and sisters) ou encore Josh Henderson (à mille lieux de son rôle de minet dans Desperate housewives où il était le neveu d’Eddie). Après une présentation succincte des personnages, on nous plonge en plein dans l’action alors que le convoi des nouveaux est pris en embuscade par des insurgés réfugiés dans une mosquée. Embarqué de force dans cette galère, le téléspectateur se rend compte de tous ses petits détails qui font la guerre mais auxquels on ne pense pas. Ne jamais contester les ordres des supérieurs aussi stupides et dangereux soient ils, comment creuser une tranchée alors qu’on vous tire dessus, comment faire face à une tempête de sable ou tout simplement que faire quand on doit aller aux toilettes. A cette dernière question, la réponse du supérieur est simple : soit tu te trouves un coin caché au risque de te faire tuer, soit tu fais ça à la vue de tout le monde afin d’être protégé. C’est assez dur à encaisser comme réplique mais quand on y réfléchit, il s’agit seulement de bon sens.

Les scènes de tirs et l’assaut contre les rebelles sont à la fois cruelles, dures et réalistes mais surtout particulièrement prenantes. On tremble à chaque instant et contrairement à d’autres séries, on nous fait d’emblée comprendre que les héros ne sont pas immortels. Madame B, l’une des deux femmes de l’équipe en fait vite les frais mais est retrouvée vivante. Et Josh Henderson présenté plus ou moins comme l’un des héros de l’histoire se fait exploser la jambe à la fin de l’épisode alors que Dim lui disait deux secondes qu’il avait tout d’un futur leader. Personne n’est donc épargné dans cette histoire.

Les vidéos envoyées à leur famille alors que les soldats sont encore sous le choc de l’assaut de la mosquée sont particulièrement poignantes. Certains réalisent ce qu’ils ont laissés en partant, d’autres peuvent peine sortir deux mots à la caméra. On rappelle néanmoins que l’on est en guerre et les soldats n’ont pas le droit de révéler où ils se trouvent même si c’est pour dire qu’ils sont dans le trou du cul de l’enfer.

Malgré leurs différences, tous les soldats sont solidaires les uns des autres car ils savent qu’ils n’ont qu’eux pour veiller l’un sur l’autre. Les rivalités et la méfiance sont néanmoins de rigueur. On parle également du racisme mais d’une autre manière car l’un des personnages noirs se tourne naturellement vers un autre soldat de couleur pour l’épauler. On retrouve également des parcours très différents pour les différents soldats, un universitaire, un joueur de foot comptant sur sa paye de GI afin de pouvoir aller à l’université, des hommes mariés, des femmes avec un enfant,… Mais tous ont choisi de s’enrôler pour des raisons qui leur sont visiblement propres mais dont ne parle pas beaucoup dans ce premier épisode.

J’avoue ne pas être sorti indemne de ce premier épisode de Over there qui en met plein à la vue mais pas à la façon d’un film hollywoodien mais plus à la manière d’un documentaire. Aucun aspect de la guerre n’est oublié, de la peur des soldats fraîchement arrivés sur place à la haine des irakiens envers les américains, la religion a également aussi sa place et est pour certains le seul refuge possible. Et comme une auto critique de la médiatisation, des journalistes de Al Jazira sont dans le camp ennemis afin de recueillir leur point de vue. La guerre n’est pas seulement sur le terrain mais est également sur les écrans et dans les esprits des gens.

Voilà donc une auto critique salutaire prouvant à nouveau que les séries télés ne sont pas seulement des divertissements mineurs vides cerveaux mais peuvent aussi être revendicatrices et dénonciatrices des excès mêmes de l’Amérique. Over there n’aura malheureusement connu qu’une seule saison mais les 12 épisodes suivants cet épisode pilot vont certainement valoir le coup. Tourné en 2005, l’Amérique n’était sans doute pas encore prête à voir un tel récit à l’écran sur son histoire récente.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tao 40 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines