Magazine Côté Femmes

L'Insoutenable légèreté de l'être...

Publié le 10 janvier 2009 par La Fille Aux Chaussures
 L'Insoutenable légèreté de l'être...   J'ai appris à lire à l'âge de quatre ans. Depuis, je ne fais que dévorer les livres. Je pense qu'inconsciemment, je cherchais LE livre parfait et je l'ai trouvé avec "L'Insoutenable légèreté de l'être" de Milan Kundera.
Je croyais que la perfection de l'écriture était un fantasme, un Graal impossible à atteindre. Mais c'est bien ce dont il s'agit ici.
Tout est tellement beau, poétique, génial, bouleversant que je ne me suis autorisée à lire que quelques bribes à chaque fois, de peur de gâcher mon plaisir, d'arriver trop vite à la fin. Comme on le ferait avec une boîte de très bons chocolats (Forrest Gump, sors de ce corps!).
Je me suis reconnue en Tereza, cette femme qui fantasme l'Amour, qui le veut au-dessus de tout. Elle se retrouve confrontée à la réalité, au libertinage de l'homme qu'elle aime, Tomas, mais elle continue à y croire, comme si sa vie en dépendait.
J'ai été très touchée par le lien magique qui l'unit à son chien, Karénine. Les dernières pages du livre nous décrivant le trio Tereza-Tomas-Karénine sont extrêmement touchantes.
Beaucoup d'émotion aussi devant le destin de Sabina, une des maîtresses de Tomas. Intelligente, asentimentale, elle quitte Franz, son grand amour genevois, et court après sa liberté, d'Europe en Amérique, pour ne trouver à la fin que «l'insoutenable légèreté de l'être». Mais une fois véritablement installée quelque part, en Californie, elle a peur. Peur d'être enterrée où aucun membre de sa famille ne repose. Si elle mourrait là, elle aurait le sentiment de ne jamais avoir existé...
"L'Insoutenable légèreté de l'être"... Milan Kundera n'a pas écrit de véritable fin comme s'il voulait laisser la liberté à ses personnages d'être véritablement heureux...
Tomas et Teresa sont les deux pôles du roman. Faut-il choisir de porter le poids du passé sur ses épaules, comme Teresa qui ne peut se passer de la Tchécoslovaquie, qu'elle a pourtant fuie après le Printemps de Prague, de même qu'elle ne peut vivre sans Tomas, ce mari qu'elle chérit d'un amour jaloux et, par-là, à jamais insatisfait ? Ou bien faut-il préférer à cette pesanteur la légèreté de l'être qui caractérise Tomas et Sabina, la maîtresse amie qui seule peut comprendre le médecin séducteur explorant les femmes comme s'il disséquait des objets d'étude au scalpel ? Ne sachant quelle orientation est la plus supportable, le roman offre tour à tour le regard des différents personnages. Même le chien Karénine a droit au chapitre. Mais ce ballet incertain teinté d'irréalité apparaît vite comme une interrogation dialectique qui oscille entre réflexion et délire poétique pour aboutir à la conclusion que la pesanteur et la légèreté, pareillement insoutenables, ne procèdent jamais d'une décision véritable.


"L'Insoutenable légèreté de l'être" de Milan Kundera - Ed. Folio - 9,10 euros.
Prochaine lecture : "La Ballade de Baby" de Heather O'Neill.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


La Fille Aux Chaussures 4186 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine