Magazine Culture

Heroes épisode 3.05

Publié le 10 janvier 2009 par Red

036 037 038

Consternant. C'est la première impression que j'ai eue de l'épisode. Je ne sais même pas pourquoi je continue à regarder Heroes, il y a des personnages de qualité (Sylar, Angela, Nathan) mais aussi d'énormes boulets et on se demande si les scénaristes font exprès de concentrer une majorité des épisodes sur eux. En plus les intrigues sont ultra-nombreuses ce qui fait qu'on a pas l'impression de pouvoir voir des intrigues traitées correctement.
Et que c'est mal écrit !! Les idées sont là, on ne peut pas dire que ce soit forcément pire que la saison 2 mais c'est horriblement mal écrit. C'est incroyable comme on nous sort chaque épisode les mêmes dialogues, on peut même les répéter en même temps que les acteurs tellement tout est prévisible. Heroes doit faire des effets de guilty-pleasure chez moi vu que je continue toujours à regarder. Mais cela dit, ironie mise à part, la série a un certain potentiel qu'il serait intéressant de voir utiliser. C'est peut-être pour cela que je reviens vers la série. C'est une des seules séries comics que je suis mais quand c'est mauvais, on ne peut qu'être décu. Donc voilà Jessica si tu te demandes pourquoi je suis toujours la série.

Mais voilà, l'impression que je garde de l'épisode c'est que les idées sont bonnes mais l'épisode est réellement mal écrit. Au commandes de l'écriture du scénario, Adam Armus (qui avait écrit les deux premiers épisodes de la saison 3, dont le 1er que j'ai pas aimé du tout et le 2è bon mais mal écrit aussi)
On sent tout de suite la ressemblance, cette redondance dans les dialogues, un sentiment de brouillon énorme entre les intrigues. Décidémment, les scénaristes n'ont pas encore compris que c'est pas forcément la qualité des intrigues qui rend un épisode réussi mais la manière de les narrer.

Bref, on va commencer par le plus lourd : Claire. On est passé à une étape supérieure, elle a passé sa crise d'ado ou presque, on a plus de love interest de merde à lui caser cette saison. C'est bien. C'est mieux, déjà. Elle se casse de chez elle pour confronter un des méchants qu'ils tentent d'humaniser à travers les même dialogues : j'ai des pouvoirs, je veux juste être normal, je veux faire de mal à personne. Ok. Puis son père vient avec Sylar devenu gentil (bizarrement le changement de personnalité de Sylar passe assez bien, Zachary Quinto rend le tout assez fluide). On nous sort la morale à deux balles sur le fait que les spéciaux doivent se soigner eux-mêmes au lieu de faire du mal aux autres. Pff, passez à autre chose putain. C'est mal amené, c'est mal joué.

Sylar devenu gentil, Mohinder devient méchant. Evidémment. Sauf que quand on s'en fout littéralemnet du personnage, on s'en fout qu'il soit passé du côté obscur. Accessoirement, contrairement à Sylar, le changement de personnalité n'est pas crédible (ils auraient au moins pu jouer un peu plus sur l'apparition des nouveaux pouvoirs de Suresh pour expliquer ce passage au mauvais caractère) Mais non, il se met à coincer Maya d'entre ses murs. Aucune continuité, aucune profondeur : c'est nul. Mais là encore, s'ils pouvaient lier les intrigues entre elles, on aurait pu avoir un truc bien exploité, limite addictif. Là rien. Et c'est pourquoi je regarde Heroes : j'ai envie d'une série comme ça qui se laisse suivre facilement avec un aspect narratif bien exploité, un peu comme en saison 1, mais là c'est juste sidérant. Ils ont vraiment pas encore compris comment écrire une série correctement, vivement l'arrivée de Bryan Fuller. C'est peut-etre encore la seule raison pour laquelle je suis Heroes.
Et ils ont montré en saison 1 (sauf la fin) qu'ils pouvaient faire un truc qui se tient un minimum, je demande pas un chef d'oeuvre, juste une série qui se suit sans difficulté.

Angela avoue à Nathan que c'est elle en partie qui est la source des pouvoirs des spéciaux alors que Nathan répète l'épisode complet qu'il croyait que c'était un don envoyé par Dieu. Ok. Elle demande à Nathan de l'aider pour éviter de faire devenir les spéciaux des vilains. Ca va détruire le monde, machin. On s'en fout. Ca fait 5 épisodes qu'on nous le rappelle.

Puis à côté on a des ébauches d'intrigues, sans conclusions, juste des anecdotes pour remplir l'épisode, vive la subtilité :

Peter devient mauvais. Angela rève du futur, un futur dévasté machin, avec les personnages ensanglantés. Peter a du mal à accepter le fait d'avoir Sylar comme frère. Nous aussi.

Pendant ce temps, ils essaient de nous faire comprendre que le retour d'Adam Monroe n'a servi à rien. Juste pour faire réaliser Hiro et Ando qu'ils sont des incapables qui ont échappé à Nemesis, la formule et ... Adam. Puis Hiro tue Ando comme ça par pur geste de générosité pour les téléspectateurs. Merci.

En attendant, Meredith se met à embrasser un des méchants. Bouuh, la racaille qui joue avec le feu (remarquez le jeu de mots)
Enfin, révélation de taille : le voisin de Mohinder qui l'avait frappé dans l'épisode précédent a disparu. Tant mieux.

En bref : Vivement que Bryan Fuller vienne régler tout ça parce que c'est plus possible. Les idées sont là mais tout est plombé par l'écriture dans le paroxysme de la pauvreté.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Red 41 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte