Magazine Société

Les orgies d'Asterix

Publié le 12 janvier 2009 par Beniouioui

 Image1 La justice genevoise a tranché. Maïté, la call-girl de luxe accusée d’avoir fourni des prostituées et de la drogue au producteur français Thomas Langmann durant le tournage en Espagne du film Astérix aux Jeux olympiques a été condamnée par le Tribunal de police à une peine de 300 jours-amende avec sursis (à 285 francs le jour). Si elle a bien été reconnue coupable d’escroquerie, d’utilisation frauduleuse d’un ordinateur, d’encouragement à la prostitution et d’infractions simples à la législation fédérale sur les stupéfiants, Maïtée a en revanche été acquittée des accusations de chantage et d’extorsion.

Son histoire est donc officiellement vraie.

Après la triste affaire Bellanger, voici donc que le petit monde médiatico-people est à nouveau secoué par une affaire de moeurs. Le sympathique Thomas Langmann a eu la grande gentillesse d'offrir femmes et drogue à ses heureux employés. Il a vraiment le coeur sur la main, ce Thomas. L'amour des belles choses. L'esprit festif. La générosité partagée. Bien-sûr, l'âme doit souffrir un peu dans tout ce marasme. Bien-sûr. Mais l'âme est une notion tellement abstraite, tellement coincée, tellement dépassée.

D'ailleurs, les bus anglais nous le crient sans complexe : "there's probably no God. Now stop worrying and enjoy your life."

Image1

Mais la vie dont il nous faut profiter, est-ce celle de Thomas Langmann?

O bien-sûr, Dieu n'est pas le seul pourvoyeur de morale. Mais Il permet bien souvent à notre âme de ne pas se sentir seule. De ne pas se sentir coincée ou dépassée. De ne pas se sentir impuissante. Et de savoir pourquoi elle doit être écoutée.

Oui, notre âme doit être écoutée. Notre âme doit être écoutée, car elle nous mène au vrai bonheur. Pas au bonheur court-termiste et futile d'une orgie sur un tournage. Pas à un bonheur qui nous rendra de toute manière insatisfait. Pas à un bonheur torturé. Mais à un bonheur éternel. Un bonheur baignée d'espérance et de charité. Un bonheur appaisant et satisfaisant. Notre âme nous mène au bonheur-plénitude.

Alors si après Le Boulet et Double-Zéro, le prochain film de Thomas Langmann devait s'appeler Le Dégénéré, Triple Abruti ou L'Inconscient, n'oublions pas que c'est à nous de tourner le film de notre vie.

Et que pour que notre film ait une suite au Paradis, ce film doit être beau. Il doit s'appuyer sur une histoire d'Amour. Il doit être interactif avec le public.
Et surtout, oui surtout ... il doit laisser une place toujours plus grande à LA Voix-Off.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Beniouioui 281 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine