Magazine Beaux Arts

Les petits théâtres du boulevard du Temple, quatrième partie

Par Bernard Vassor

Par Bernard Vassor

Les théâtres du boulevard, avant la révolution.

Boulevard du crime couleur largeur.jpg

Les théâtres du boulevard du crime. ...... .....Avant la révolution de 1789, il n'y avait sur le boulevard du Temple que peu de théâtres : Le spectacle des Associés d'Audinot, dont le directeur était un nommé Salé, qui devint plus tard "L'Ambigu-Comique". ..... Les Grands danseurs du Roi, fondé par Nicolet. .......... Le Théâtre de Lazzari créé par un sieur Tessieren 1777, en face de la rue Charlot porta d'abord le nom de Théâtre des élèves de Thalie, puis Théâtre des Elèves de l'Opéra. Ce théâtre reçut la visite de l'envoyé spécial des Etats-Unis Paul Jones, héros de la guerre d'indépendance i On joua à cette occasion une pantomime où Parisot tenait le rôle "du comte d'Estaing".Lequel "d'Estaing Parisot", ne payant ni factures ni entrepreneurs, le roi lui fit fermer boutique. Relevé pendant la révolution par un italien nommé Lazzari, lui-même comédien, d'une légèreté incroyable, un des premiers grands transformistes, faisant des tours d'adresse remarquables. il composait lui-même ses pièces qu'il interprétait avec brio. A côté de vaudevilles poissards, il jouait avec courage ce que l'on appelle aujourd'hui un théâtre engagé, par exemple : "L'ombre de Jean-Jacques Rousseau" et "La Liberté pour les nègres". Ce qui ne fit pas plaisir à tout le monde, son théâtre fut l'objet d'un incendie criminel le 30 mai 1798 à 9 heures le soir. Ruiné par ce sinistre, Lazzari mit fin à ses jour en se brulant la cervelle. ........ Le Manège Astley au faubourg du Temple, repris par Franconi, qui en fit le Cirque olympique, dans les salles du manège on y jouait des pantomimes.  Le Théâtre des Délassements comiques, construit entre l'Hôtel Foulon et le Cirque Olympique, par un pseudo Aristide Valcour, -Philippe-AristideLouis-Pierre Plancher de son nom de baptème. Il est mort à Belleville en 1815. Le théâtre fut dévoré par les flammes en 1789. Reconstruit, c'est un certain Coulon qui en prit la direction. L'anarchie la plus complète y régnait, les spectacles se succédaient sans aucune continuité, aux pantomimes succédaient des numéros de cirque, ou bien des récréations amusantes. C'est ainsi qu'un "physicien" célèbre nommé Perrin, donna un spectacle dont voici l'affiche :

Affiche Delassements-Comiques hauteur.jpg

Le Salon des Figures de cire de Curtius, à la place qu'occupera plus tard le Théâtre des Funambules.  ...... Nicolas-Médard Audinot(1732-1811) est venu très jeune à Paris, où après avoir travaillé chez son frère perruquier faubourg Saint-Honoré, il se produisit comme comédien à la foire Saint-Laurent. Refusé à la Comédie-Française, il ouvrit une baraque à la foire Saint-Germain, pour y donner un spectacle de marionnettes, caricaturant de façon grotesque les acteurs et actrices du théâtre des Italiens. Ces caricatures qui faisaient éclater de rire les spectateurs, fit venir le tout-Paris. Le succès et la fortune, lui permirent de louer boulevard du Temple un terrain sur lequel il fit bâtir le Théâtre de l'Ambigu-Comique qui fut inauguré le 9 juillet 1769. Il abandonna les marionnettes pour les remplacer par des enfants. La liberté alors était totale, et certains spectacles qui devinrent grivois furent fréquentés par les dames de la cour. Dans les Mémoires de Bachaumont, en 1771, nous lisons ce passage : "Les amateurs du théâtre sont enchantés de voir la foule de porter à l'Ambigu-Comique, pour y applaudir la troupe d'enfants qui y font fureur; (...) Mais les partisans des moeurs gémissent sincèrement sur cette invention, qui va les corrompre jusque dans leur source, et qui, par la licence introduite sur cette scène, en forme autant une école de libertinage que de talents dramatiques". L'archevêque de Paris se plaignit à monsieur de Sartine, le Lieutenant général de Police, de ce que, dans une pièce donnée par Audinot, un grand-prêtre était représenté dans une robe ressemblant à une aube. Sartines ne prit aucune mesure, et la pièce continua à être jouée, et le public d'y assister de plus belle en raison de la publicité donnée par l'archevêque. Son théâtre fut en butte à la jalousie des grands, mais une opportunité le mit à l'abri de ses détracteurs. La Du Barry, chargée de "tous" les plaisirs du roi , fit venir Audinot et sa troupe à Choisy pour distraire sa majesté et ses enfants. Les pièces jouées "d'une morale peu épurée" étaient dues à une comédie en prose du très libertin Nogaret, intitulée, ironie de la programmation : "Il n'y a plus d'enfants". Le spectacle se termina par un "Chat Botté" ballet pantomime et une contredanse très polissonne : "La fricassée". La Du Barry riait à gorge déployé, et le roi souriant ne parut pas offusqué.... Laissons là Audinot, nous le retrouverons après la révolution dans une autre notice ! ....... Venons-en maintenant à Jean-Baptiste Nicolet

Théatre de la Gaité Nicolet.jpg

Inscription sur le Théâtre de la Gaité ....... Jean-Baptiste Nicolet,est né le 16 avril 1728 à Paris, rue du Coeur-Volant, mort rue des Fossés-du-Temple le 27 décembre 1796. Son père, Guillaume Nicolet, était avec sa femme Jeanne née Marlon, montreur de marionnettes aux foires Saint-Germain et Saint-Laurent. Devenu âgé Guillaume céda sa loge à son fils aîné Jean-Baptiste prit donc la succession  de ses parents, mais adjoignit à ses poupées de chiffon, des acteurs naturels qui jouaient des petites pièces, tandis que lui-même tenait après la parade extérieure des rôles d'Arlequin. En 1759, il reprit sur le boulevard du Temple la salle de spéctacle mécanique Fauré, pour y faire jouer des pièces du répertoire de la Comédie-Italienne et des opéras-comiques. Il acheta ensuite un terrain plus grand sur le boulevard, et fit comblerr les fossés construire une salle qu'il appela "le Théâtre Nicolet" en 1867. C'est ce théâtre qui passe pour être le plus ancien du boulevard du Temple. En 1773 il demanda, et obtint l'autorisation de l'appeler le "Théâtre des Grands Danseurs du Roi" qu'il s'empressa de débaptiser au début de la révolution pour lui donner le nom plus neutre de "Théâtre de la Gaité" Nicolet y fit jouer un acteur qui surpassait tous les autres qui devint la coqueluche des parisiens, mais surtout des parisiennes. C'était un comédien très instruit qui éxécutait avec beaucoup d'intelligence des scènes désopilantes. C'était un singe qui réussit même le tour de force de remplacer le comédien Molé de la Comédie-Française, enrubanné, affublé d'une robe de chambre avec un bonnet de nuit, il joua si bien que des chansonniers s'emparèrent de son personnage : "Quel est ce gentil animal, Qui dans ces jours de carnaval Tourne à Paris toutes les têtes, Pour qui l'on donne des fêtes ?... Ce ne peut être que "Molet", Ou le singe de Nicolet." L'animal faisait de temps en temps de petits tours dans la salle pour s'asseoir sur les genoux de quelques belles aux yeux doux. Nicolet après avoir donné des spectacles de marionnettes, d'animaux savants, de pantomimes et de danse de cordes, fit représenter des pièces grivoises et des arlequinades parfois osées.... .......... Nous avons déjà publié une notice pour le salon de figure de Curtius, et largement évoqué le théâtre des funambules avec Deburau. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte