Magazine Journal intime

Se joindre à la Gaxuxa — Foire aux questions

Par Eric Mccomber
Je suis étonné ! Neuf personnes ont manifesté l'intention de participer au Tour de l'Est de la Gaxuxa. Je le croirai le jour du départ, mais c'est fichtrement chouette. Beaucoup ont déjà roulé, certains bien plus que moi, d'autres jamais. Les questions fusent et c'est pourquoi je me propose d'y répondre ici. Je ne mentionnerai aucune marque. Si vous désirez connaître mes idées là-dessus (j'ai mes préférences, ainsi que mes avertissements tonitruants), il faut m'écrire un courriel.
Le Vélo
Comme nous allons voyager à bicyclette sur plus ou moins 7000 kilomètres, le vélo lui-même a une importance non négligeable. Je vous fais part de mes recommandations, qui valent ce qu'elles valent. Il y a des écoles pour et contre pratiquement chaque aspect. Une personne d'un certain âge me demande s'il peut se joindre au groupe sur une mobylette. La réponse est que ce n'est pas le trip envisagé. Je préfère de loin qu'une personne impose à tout le groupe un rythme plus lent. Ça, on s'en fout. On s'attend pour les pauses. On rigole. On fait à manger. Au pire, l'assistance électrique, au pire…
Le cadre
Prenez un cadre solide et léger. J'ai roulé onze ans sur de l'alu et je n'ai jamais vu de fissure ou de soucis quelconques. Chromoly, titane, carbone, platine, uranium appauvri, je crois que le confort vient de la souplesse et de la légèreté. Un vélo un peu lourd mais bien équipé sera plus agréable à employer qu'une fusée de course à laquelle il manque des essentiels. Je ne ferai pas le détail des évidences, du genre la taille du vélo et caetera, ça sera le boulot de votre vélociste.
Le guidon
C'est mon avis bien à moi, mais je ne recommande vraiment pas de partir sur de longues distances sans un guidon permettant un minimum de trois positions pour les mains. Ensuite, il est primordial de bien enrober les poignes, histoire d'atténuer l'impact sur les mains, les bras, les épaules, et ultimement, le dos. Je crois qu'il est hyper utile de pouvoir compter sur une potence à angle variable, ce qui permet dans les premières semaines d'ajuster l'ergonomie de la bicyclette à son corps.
La selle
Vous serez assis dessus des milliers d'heures. Il la faut solide, confortable, qu'elle respire. À ne pas négliger. Cela étant dit, il est classique de rouler quelque temps avec la selle fournie par la manufacture, avant de commencer à tenter d'améliorer cet aspect très central de la vie en rando.
Vitesses
Ce type de randonnée met sous nos roues un grand nombre de situations contradictoires. Il est important de compter une cassette offrant un large éventail de développements, histoire de pouvoir profiter des longs plats, mais également d'avoir de la réserve lors des ascensions. Le nombre de vitesses n'est pas si important que l'écart entre les engrenages. Remarquez aussi qu'un plateau de neuf utilise une chaîne plus étroite, donc potentiellement plus fragile et plus difficile à remplacer (c'est le cas de la Gaxuche).
Pédales
Je recommande les cale-pieds ou les clips, qui permettent de faire travailler tous les muscles de la jambe. Le collègue Daniel m'a montré des chaussures d'allure très normale dotées de clips sous la semelle, ce qui peut être fort sympathique. Par contre, au cours de la première année de mon voyage, j'ai dû escalader des murs, traverser des ruisseaux, marcher dans la boue et la caillasse, porter la bécane dans toutes sortes de jungles et de savanes. Pour ces raisons, je m'obstine à refuser les clips. Je peux ainsi rouler en sandales quand il fait 40c et en souliers couverts quand ça pèle. Je recommande à tout participant une paire de pédales neuves au départ, parce qu'une pédale qui cède, c'est la cata.
Roues
Je crois qu'on nous bassine un peu sur les roues. J'ai des roues de tank sur la Gaxuxa, plutôt lourdes. Il est vrai que nous roulons chargés à bloc, mais je n'ai jamais changé les roues de Rosie, et jamais je n'ai eu le moindre souci. À voir. Je dirais que si vous n'êtes pas des colosses, inutile de se soucier de cet aspect. Notez qu'en Europe, les roues sont souvent calibrées pour les pneus presta.
Pneus
Des pneus de route. Les pneus de montagne sont trop lents, les pneus de course deviendront vite inconfortables. Il faut évidemment un pneu de rechange, ainsi que quelques chambres à air et un jeu de rustines.
Fourche
J'ai toujours refusé les fourches télescopiques, que je jugeais lourdes, chères et inutiles. La Gaxuxa en est pourvue, et à dire vrai, c'est vachement confortable. Ça complique la vie côté installation du porte-bagage avant, à n'en pas douter, mais ce n'est pas non plus de la science astronautique. Idéalement, choisir une fourche qui permet de bloquer l'amortisseur quand la route est belle.
Porte-bagage
À moins d'y aller avec l'option remorque (qui a ses inconvénients majeurs, mais également un ou deux avantages), il faut des porte-bagages à l'avant et à l'arrière. Ceux-ci doivent être solides, durables, et… si possible, légers. Des porte-bagages de mauvaise qualité peuvent se rompre sous le poids des sacoches en pleine roulade et coincer une roue. L'enfer.
Sacoches
Imperméables, assez grandes pour vos possessions, il va sans dire, et dotées d'un système d'accrochage fiable et reconnu. Certaines sont très chères et ne valent pas de la câlisse de marde. Il est bien pratique d'avoir quelques compartiments et des possibilités d'accrocher certains objets à portée de la main. L'ensemble classique comprend deux petites sacoches à l'avant, deux grandes à l'arrière, une sacoche de guidon rigide et aisément amovible et une poche de type rackpack sur le porte-bagage, contenant le matos de camping. Certains préfèrent charger plus l'avant du vélo, évoquant de sombres théories gravifiques. Par contre, plus les sacoches avant sont lourdes, plus on force des mains pour garder la roue dans l'axe.
Quincaillerie
De deux à trois porte-bidons. Une pompe (s'assurer de la compatibilité de son embout avec vos chambres à air — presta/schrader). Nécessaire de réparation, clés, outils. Réflecteurs. Tendeurs. Sonnette (il existe une sonnette-boussole très cool). Rétroviseur. Béquille(s) — je cherche encore à mettre la main sur une de ces légendaires mini-béquilles belges qui s'arriment au porte-bagage avant, ce qui permet une grande stabilité du vélo une fois chargé. Une bicyclette qui se jette sur le côté à tout bout champ tombe toujours du côté de l'ordinateur portable ou de l'appareil photo.
Éclairage
Il est impensable de partir sans feux arrière et avant, d'une puissance suffisante pour signaler votre présence aux automobilistes. Je ne recommande absolument pas les dynamos, même dans le moyeu. Il en existe une très efficace, qui coûte le prix d'un vélo bas de gamme. Quant aux autres, vérifications faites dans le monde réel, elles vous empruntent de 10 à 30% de votre énergie (même avec le phare éteint). Simplement, c'est un racket. Des accumulateurs (piles rechargeables) seront tout aussi écolos, plus fiables, moins lourds, et ne prélèveront pas constamment une part importante de votre feu sacré.
Équipement du cycliste
Les habits de coureurs cyclistes en spandex fluo sont interdits. Pour ce qui est du casque, chacun vit sa vie, c'est chaud, c'est moche, c'est encombrant, mais ça protège en cas de blessure à l'arrière de la tête, ce qui peut quand même être utile. Les lunettes pare-soleil sont presque indispensables, ne serait-ce que pour bloquer le vent, les mouches, la pluie et les crachats des camionneurs. Les cuissards font partie du stock de base, c'est triste de saigner du cul. Les gants de vélo ont deux fonctions, ils doivent protéger le dessous des mains (doigts et paumes) et permettre de s'essuyer le visage. Deux paires, c'est pas du luxe, parce que ça se mouille. Une paire de gants de vélo chaude est bien pratique, mais je choisis toujours des gants une taille au-dessus, que je peux glisser par dessus une paire de gants de laine.

Passeports, visas, etc.

Les Canadiens qui se rendent en Ukraine, en Pologne, en Bulgarie, en Moldavie et en Roumanie doivent être en possession d’un passeport canadien encore valide pendant au moins six mois après la date prévue de leur arrivée dans le pays. Quant aux citoyens de l'Union Européenne, ils voyagent librement entre tous ces états sauf l'Ukraine, qui malgré tout n'exige pas de visa pour des séjours de moins de 60 jours. La Suisse fait désormais partie de l'Espace Schengen, une zone de 3,6 millions de kilomètres carrés permettant la libre circulation des personnes.
Pour ce qui est des médicaments, la collaboration des pharmaciens peut varier à l'infini. S'assurer en tout cas de transporter une prescription valide, le cas échéant. Notez également que les formules sont parfois radicalement différentes d'un côté et de l'autre de l'Atlantique (les Français n'ont jamais entendu parler d'acétaminophène, par ex.).
Un truc qu'on m'a montré qui m'épate toujours, c'est de scanner toute la paperasse avant le départ (passeport, cartes, etc) et de se l'envoyer à soi-même par courriel sur un compte web. Ainsi, en cas de vol, un simple accès à Internet vous redonne votre identité, pronto.
Camping
Si vous comptez suivre la caravane mais dormir à l'hôtel et à l'auberge, ne lisez pas ce qui suit. Ou alors faites ce que vous voulez, après tout, c'est votre vie. Je signale aux québécois que contrairement à la rumeur, l'équipement de camping est infiniment moins cher en France qu'au Québec, surtout dans les grandes chaînes de matériel de sport. Ce ne sont pas les endroits les plus sympathiques à fréquenter, nous sommes d'accord, mais certains items y sont dix fois moins chers que de l'autre côté de la grande flaque. À surveiller avant de se lancer, donc.
Tente
Une tente ultra-légère, c'est super. Par contre, le grand défaut de plusieurs de celles-ci, dont la mienne, est le fait qu'on ne puisse pas planquer le vélo dans le vestibule.
Comme nous planifions une importante proportion de camping sauvage, il serait préfèrable que les membres de l'expédition évitent le plus possible les toiles de tente jaune néon, bleu réflex, et rose phosphorescent. En fait, vert, brun, noir, euh… même camouflage, oui… même camouflage.
Je recommande deux bâches, une pour le sol, qu'on place sous la tente, et une qu'on suspend au-dessus pour protéger le campement de la pluie et du soleil. La seconde n'est montée que quand on s'arrête pour quelques jours. Les poteaux sont trop lourds et peuvent être remplacés par des mousquetons permettant d'arrimer les coins de la bâche aux arbres, clôtures, etc.
Il existe en France un type de tente assez populaire qui s'installe en moins d'une minute, montre en main. Par contre, il faut savoir que la seule façon de transporter cette tente à vélo (son emballage forme un large disque) est de lui donner la place d'une sacoche entière, ce qui n'est pas nécessairement toujours possible au plan de l'espace et nécessite un certain bidouillage.
Couchage
Un sac de couchage trop chaud peut être ouvert, mais une protection insuffisante risque d'entraîner des conséquences navrantes (morve au nez, éternuements, amputations, mort). La légèreté est une priorité, quand même. Pour ce qui est des matelas, oreillers, couvertures, etc., ça devient une question de goût et de tolérance. Je recommande malgré tout de se munir de deux ou trois couvertures thermiques (de survie), qui ne pèsent que quelques grammes et peuvent également servir de pare-soleil, de fond de tente, de robe de soirée, et sont bien utiles par jours froids et pluvieux, lorsqu'on doit s'arrêter pour réparer une avarie. Un bonnet sur la tête, ça fait joli.
Popote
J'ai choisi un réchaud incroyablement léger et minuscule qui fonctionne très bien. Par contre, pour les remplacements de bonbonnes, c'est un peu la croix et la bannière. Il existe des produits scandinaves très bien conçus qui permettent l'emploi de multiples combustibles, dont le très simple alcool de bois, universellement disponible. Enfin… des heures de plaisir… Se retrouver loin de tout sans combustible est assez désagréable, surtout que les pâtes, le riz, la semoule, sans cuisson, c'est moins bon. Il faut une casserole, des assiettes, un bidon très étanche pour l'huile, l'évidence, quoi ! Un bon couteau… Machin…
Hygiène
Quoi ? Moui. Eh, eh. En camping sauvage, l'ami du cycliste, c'est la lingette. Sinon, y a aussi des techniques éprouvées comme le gant savonné, etc. Prévoir deux serviettes, légères, bien sûr. Si nous sommes un bon groupe, il pourra être possible de faire chauffer de l'eau en quantité. Il existe également des douches solaires très efficaces. Plus nous sommes nombreux, plus nous pourrons envisager de répartir certains effets de bien commun. On ira de temps en temps se décrasser pour de vrai dans des endroits civilisés. Un peu de détergent pour faire la lessive dans les lavabos… Une corde à linge… Quelques pinces (pratiques à bien des égards)… Le reste, boah… Chacun ses limites.
Éclairage
Il existe une lanterne à chandelle très chouette. Ça chauffe la tente assez pour zapper l'humidité, et ça éclaire. Certains modèles triples peuvent même servir de réchauds. Sinon, il faut prévoir une petite lampe, que voulez-vous. C'est ainsi.

Communications
Règle générale, si vous possédez un téléphone portable, il vous est permis de le faire débloquer. Habituellement, si vous payez votre forfait depuis plus de six mois, ce service est gratuit. Une fois votre mobile débloqué, il est désormais possible pour un très faible montant (entre 5 et 15€) d'acquérir une puce sur place, permettant de communiquer à des taux locaux. Vous conservez votre puce d'origine en lieu sûr et de retour au pays, vous procédez à l'échange.
Je voyage avec un ordinateur portable, qui ne sera malheureusement pas disponible pour les besoins des autres voyageurs. C'est bête et méchant, mais c'est ainsi. Je ne saurais trop vous recommander d'apporter le vôtre, qui vous permettra de télécharger vos photos, de communiquer par courriel un peu partout, ainsi que d'utiliser des logiciels de téléphonie pour entrer en contact avec vos intimes. Certains d'entre nous sommes blogueurs zé blogueuses, ce qui fait que nous tâcherons de toute façon de toucher à des bornes Internet de façon très régulière. Un petit disque externe de sauvegarde placé dans un sac imperméable rembourré est férocement à conseiller. Autrement, de petits locaux Internet pullulent en Europe, dans lesquels ont peut habituellement surfer une heure pour 2 ou 3 € ou moins. Soyez prévenus que c'est une expérience, disons, semi-sympathique, et que dans beaucoup de pays d'Europe, le standard est le clavier Azerty (un fromage azerty en vaut deux).
Voilà, pour l'instant, c'est tout, je vous reviens bientôt avec d'autres détails. N'hésitez pas à m'écrire en privé pour poser des questions, prendre des renseignement, annoncer vos couleurs, etc.© Éric McComber

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eric Mccomber 400 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte