Magazine Humeur

Mirages des “Eldorados”

Publié le 13 janvier 2009 par Jlhuss

eldorado.1231781767.jpgUne note “Ils passeront “, indiquait l’irrésistible marée des flux migratoires, que la force du nombre et de la jeunesse viendraient à bout de toutes les citadelles, même les plus serrées. L’étincelle de l’espoir est dans les yeux de ceux qui les assiègent; ils échouent; ils recommencent … Le renoncement du vieillissement est dans l’iris des autres; ils doutent, vieillisent et craignent la mort. La lecture  d’”Eldorado” de Laurent Gaudé est saisissante et m’amène à revenir sur cette geste éternelle.
L’auteur de “La mort du Roi Tsongor ” ou du Goncourt 2004 “Le soleil des Scorta “, réussit aussi bien dans le roman en prise sur l’actualité, que dans celui aux réminiscences historiques comme “Cris “.
Dans “Eldorado“, il nous invite à un double voyage, en forme de “croisement diabolique”.


hist_hommes_gaude.1231781988.jpgLa citadelle Europe se défend; elle repousse les envahisseurs indésirables. C’est la fonction du capitaine Piracci, marin sicilien de Catane hantant la grande bleue à la recherche des barques à la dérive. C’est l’homme qui met fin au rêve, qui endigue la dernière étape du voyage. Il est usé. Il n’y croit plus, il doute : Il a croisé tant de regards éperdus d’éspoir, tant de jeunesse, qu’il cède et quitte son premier destin pour aller lui aussi vers son Eldorado à lui, au Sud. Ce n’est pas celui que recherche de toutes ses forces Soleiman, le frère de Jamal, le soudanais et Boubakar l’errant perpétuel. Pour eux l’Eldorado est au Nord, matériel, froid, désincarné, pour le capitaine, il est au Sud, spirituel, désargenté anonyme. Ils sont en quête d’une Terre promise, d’un Paradis, mais ce n’est pas le même.

Sur Mare-Nostrum ils se croisent sans se voir. Cette petite  Mer est aussi la vedette, avec ses deux rives si proches et dissemblables, si liées et tellement ennemies, si cruelles chacune à sa manière.
Elle balotte les barques remplies de morts, les passeurs cruels et escrocs, les gardes frontières dépassés, les mauvaises consciences de part et d’autre, sans préjugés, sans presque s’en rendre compte. Gaudé lui prête son style alerte, bref sans concession.
De surcroît, il maîtrise l’intrigue, vous haletez d’aller plus loin de savoir, de deviner les destins croisés, le roman est aussi suspens ! Le roman des destins en rupture, des miroirs à deux faces ou des espoirs mirages, pour l’un comme pour les autres.

“La mère est là. Qui nous attend. Et que nous ne reverrons pas. Elle va mourir ici avant que nous ne puissions la faire venir près de nous. C’est certain et nous le savons tous deux. Elle sait qu’elle voit ses fils pour la dernière fois et elle ne dit rien parce qu’elle ne veut pas risquer de nous décourager. Elle restera seule, ici, avec l’ombre de notre père. Elle nous offre son silence, avec courage. Nous ne partons que parce qu’elle accepte de ne pas nous retenir. Aucun de nous deux n’auraient la force de le faire si elle ne consentait à ce départ. elle offre son silence. […]
L’herbe sera grasse, dit-il, et les arbres chargés de fruits. De l’or coulera au fond des ruisseaux, et des carrières de diamants à ciel ouvert réverbéreront les rayons du soleil. Les forêts frémiront de gibier et les lacs seront poissonneux. Tout sera doux là-bas. Et la vie passera comme une caresse. L’Eldorado, commandant. Ils l’avaient au fond des yeux. Ils l’ont voulu jusqu’à ce que leur embarcation se retourne. En cela, ils ont été plus riches que vous et moi. Nous avons le fond de l’oeil sec, nous autres. Et nos vies sont lentes.”

A lire absolument !

éééà

éééà


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines