Magazine Maladies

Infections nosocomiales: Pierre-Le-Gardeur un exemple à suivre

Publié le 13 janvier 2009 par Suzanneb

Je vous ai déjà parlé dans un autre article de la campagne de promotion pour l’hygiène des mains qui a été entreprise en 2003 à LeGardeur. Vous vous rappellerez qu’un des moyens pour encourager l’hygiène était un macaron que le personnel portait (et porte encore je crois) sur lequel on peut lire: Vous pouvez le demander : des mains propres pour vos soins .

Voici un complément d’information qui nous permet de suivre le taux de réussite de cette mesure.

Bactéries multirésistantes : Pierre-Le Gardeur exemplaire

De toute évidence, les mesures d’hygiène instaurées par le personnel de l’Hôpital Pierre-Le Gardeur auront porté fruit depuis quelques années, les cas d’infections nosocomiales ayant chuté alors que l’on observe une recrudescence dans le reste de la province.

La bactérie staphylocoque doré résistant à la méthicilline, le SARM, aurait causé la mort d’environ 2300 Canadiens en 2006, selon le rapport du programme de surveillance national publié la semaine dernière par l’Agence de santé publique du Canada. Ainsi, le combat que mènent depuis des années les professionnels de la santé contre les bactéries multirésistantes est loin d’être gagné, puisque l’on observe une propagation du SARM dans les centres hospitaliers, bien que les taux canadiens demeurent plus faibles que ceux observés aux États-Unis et dans plusieurs autres pays. En outre, les centres hospitaliers demeurent la principale source d’infection au SARM, avec plus de 62 % des cas extrapolés.

Néanmoins, la situation est loin d’être inquiétante au CHPLG, où l’on assiste à une importante baisse du nombre de cas depuis 2003. « Nous n’en voyons plus depuis des années. En 2002-2003, nous avions diagnostiqué quelque 100 à 110 cas d’infection par année, soit 10 sur 1 000 admissions, tandis que nous avons eu environ huit cas en 2006-2007. Il devrait en être de même cette année » précise le Dr Pierre-Jean Maziade, coordonnateur médical en prévention des infections au Centre hospitalier Pierre-Le Gardeur.

Mesures d’hygiène

Outre le dépistage des cas à l’urgence et l’isolement des patients infectés, cette diminution peut être attribuable au programme de lavage de mains entamé dès 2003 au CHPLG. « Une équipe est dédiée au lavage de mains des patients, et nous disposons de nettoyants sans eau à proximité des portes de chambre. La mise en place de diverses mesures observatrices et la pharmacovigilance ont fait baisser le nombre de cas, mais ce qui nous différencie vraiment des autres hôpitaux, c’est le port de gants et le lavage de mains », conclut le Dr Maziade.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Suzanneb 1338 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines