Magazine Science

Trou d'ozone et climat : les secrets de l'Antarctique bientôt révélés

Publié le 13 janvier 2009 par Benjamin Tolman

Antarctique Agrandir l'image

Antarctique - Le programme international Concordiasi sera lancé en septembre-octobre 2009. 18 ballons dérivants feront des mesures stratosphériques, afin d’améliorer les prévisions météorologiques pour cette zone et de déterminer les conditions de formation du trou d'ozone.

Sur les 18 ballons lancés, 12 parachuteront sur commande 600 sondes permettant d’établir des profils verticaux de la troposphère. Les driftsondes (ballons et systèmes de largage de dropsondes) sont nés du partenariat entre le CNES (qui a conçu les ballons) et le National Center for Atmospheric Research (NCAR) américain (concepteur des sondes). Les ballons seront lancés de la base McMurdo, en Amérique, et vont survoler l’Antarctique pendant plusieurs mois, à une altitude de 20 km.

Le programme Concordiasi  fait partie des expériences de l’année polaire internationale, et fait suite à la campagne Stratéole-Vorcore de 2005. Deux volets différents composent le programme : un volet stratosphérique, qui doit permettre de comprendre la formation du trou d’ozone qui survient à chaque printemps austral. Aujourd’hui, l’hypothèse est que ce trou de la couche d’ozone est lié au vortex antarctique. C’est un tourbillon dans lequel les nuages glacés activent les réactions chimiques provoquant la destruction de la couche d’ozone.

L'autre volet est météorologique : il va permettre d’en apprendre plus sur le climat de l’Antarctique, et donc d’améliorer les prévisions météo de cette zone. Sur les 600 sondes parachutées, certaines passeront au même moment que le satellite européen Metop-A, qui transporte Iasi (Interféromètre atmosphérique de sondage infrarouge), le spectromètre infrarouge du Cnes (Centre national d'études spatiales). Le but est de comparer les mesures de la dropsonde, les profils donnés par le modèle météo, et celles de Iasi sur une même verticale.

Didier Renaut, responsable des programmes météo-climat au Cnes dit que « les sondes mesureront la température, l’humidité et le vent en continu lors de leur descente afin d’obtenir une série de profils verticaux très précis ».

Découvrir les images : 

http://www.maxisciences.com/climat/en-images-ces-ballons-et-ces-sondes-permettront-bientot-de-percer-les-secrets-de-l-039-antarctique_art569.html


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Benjamin Tolman 12180 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte