Magazine

Le privilège monétaire et le tiers état

Publié le 11 janvier 2009 par Galuel
Qu’une Banque Centrale compte précisément l’argent qu’elle émet par le dividende social, ou qu’elle ait, pour compter l'argent permanent en circulation, des "bons du trésor" ou des "titres de dettes bancaires" dont on dit qu’il s’agit de "dette" dans les deux cas, revient à peu près à la même chose.
La différence tient dans:
1) Les intérêts centraux éventuels liés aux bons du trésor ou à la dette des Banques
2) La façon "d’injecter" l’argent dans l’économie. Soit seul l’Etat ou les Banques peuvent accéder à la monnaie de début de pyramide (argent dette de la Banque Centrale donc), soit la monnaie est distribuée à tous (dividende social).
3) Dans le cas de l’argent "dette", Le citoyen ne peut pas emprunter sur 10, 20 ou 30 ans, si ce n’est pas pour acheter un bien existant qui sert de garantie au prêt. L’Etat et les Banques eux, empruntent pour acheter du "futur"... Le prêt étant garanti par leur capacité supposée à le rembourser (on voit bien en 2008 que cette capacité peut être mise à mal !).
Seule façon donc d’avoir une masse monétaire stable et en croissance à terme: une dette stable, indéfiniment reportée, et en augmentation continuelle en rapport avec la croissance, de la part à la fois des Etats et des Banques auprès de la Banque Centrale. (Doù l'intérêt pour l'Etat et les Banques contre tout le reste de l'économie de pouvoir emprunter à taux zéro des sommes énormes ! Tous les autres, sur cet argent qui ne coûte rien, allons payer des intérêts !).
Ces sommes à taux zéro de début de pyramide pour les Etats et les Banques, c'est l'argent permanent, c'est le dividende social, mais uniquement pour l'Etat et les Banques, merci pour eux. Donc les Banques, les politiques, les fonctionnaires, et les fournisseurs de l'Etat reçoivent les fruits de la croissance en premier, sans intérêt, au détriment de tous les autres citoyens qui ne font pas partie de ceux là (le "marché", les entreprises, les laborieux, vous n'êtes pas de la caste de ceux qui savent quoi faire de demain, la preuve le monde n'est-il pas un lieu bien administré par nos soins ?).
Etats et Banques : c'est la noblesse monétaire

Mais qui empruntera aux autres, la Pyramide est-elle infinie ? Non, C'est le tiers Etat, la base de cette pyramide.

Le tiers Etat doit donc travailler double, pour lui même,
et ceux là qui ont le privilège : les Banques et l'Etat et ceux qui en sont les Rois, Barons, Ducs, et autres Seigneurs.



Alors qu’avec de l’argent positif, le dividende social, ce serait simplement une comptabilité stabe, et en augmentation continuelle, sans intérêts. Tout le monde aurait un minimum d'argent permanent chaque année, sans dette associée, sans intérêts à payer. Et chacun pourrait décider de son avenir économique librement.
Aux armes citoyens !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Galuel 1946 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte