Magazine Mode homme

Psychiatrie politique

Publié le 15 août 2007 par Aurialie

Dernièrement, les journaux français se sont fait écho de l'enfermement en hôpital psychiatrique de la militante, Larissa Arap, membre du mouvement d'opposition Front civique unifié. Pour avoir dénoncé les sévices infligés aux patients d'hôpitaux psychiatriques (électrochocs, viols, privation de nourriture, coups, ...), L. Arap s'est elle-même retrouvée enfermée contre son gré depuis le 5 juillet, alors qu'elle passait des examens pour renouveler son permis de conduire. Seule bonne nouvelle : une éventuelle sortie est prévue dans deux semaines, selon le médecin principal de l'hôpital psychiatrique.

Autre opposant au régime, autre enfermement : Nikolaï Balouev, membre du Parti national bolchevique, accusé de détention d'arme et de préparation d'attentat, doit rester dans un hôpital psychiatrique spécialisé de Novossibirsk jusqu'à guérison de son état considéré comme "malade", suite à une décision du tribunal local de Novossibirsk. Cependant les conclusions de la première expertise psychiatrique étaient tout autre : les experts de l'hôpital spécialisé №3 de Novossibirsk ont conclu que Balouev était responsable de ses actes au moment de leur accomplissement, mais qu'une maladie mentale sous forme de "psychose réactive" s'était développée pendant sa garde à vue. L'accusation a alors demandé une contre-expertise, qui a été mené par l'Institut de psychiatrique sociale et juridique de Moscou. Les experts ont reconnu Balouev irresponsable, ce qui a permis au Tribunal de Novossibirsk, qui a également déclaré infondées les conclusions de la défense sur une fabrication de toute cette affaire, d'envoyer l'accusé en hôpital psychiatrique.

Pourquoi envoyer un jeune opposant en hôpital psychiatrique plutôt qu'en prison ? Pour les mêmes raisons qu'au temps de l'Union soviétique : isoler les prisonniers politiques du reste de la société, discréditer leur idées, les briser physiquement et mentalement. Et l'Institut de psychiatrique social et juridique de Moscou portant le nom du psychiatre russe Vladimir Serbsky a toujours été un instrument du pouvoir et de répression. Dans les années soviétiques, on compte parmi ses victimes le général Petro Grigorenko, le mathématicien Alexandre Essenin-Volpin, le poète Viktor Nekipelov et l'écrivain géorgien Zviad Gamsakhurdia, tous devenus des dissidents qui ont lutté contre les abus des autorités soviétiques.

La directrice de l'Institut a affirmé que la psychiatrie russe aujourd'hui n'était plus utilisée de façon abusive. Ce que réfute Iouri Savenko, président de l'association psychiatrique indépendante de Russie, en expliquant que de tout temps (soviétique et actuel), des institutions étaient spécialement conçues pour servir les intérêts de l'État. Il cite notamment l'affaire Boudanov, cet officier russe accusé d'avoir étranglé une jeune Tchétchène en mars 2000. L'Institut Serbsky avait déclaré Boudanov dément, donc irresponsable, au moment du meurtre. Des contre-enquêtes avaient été menées, notamment par l'Association, arrivant à des conclusions contraires. L'Institut, au lieu de faire valoir des arguments psychiatriques, avait alors déclaré que les experts de l'association avaient été payés. Le colonel Boudanov, après avoir été jugé irresponsable de son acte une première fois, a finalement été condamné à 10 ans d'emprisonnement en juillet 2003, remettant en cause la pertinence et la véracité des conclusions de l'Institut Serbskiy.

Il y a deux jours un responsable de l'Institut a déclaré dans le Daily Telegraph que le candidat à l'élection présidentielle russe de 2008, Vladimir Boukovski, était "sans aucun doute psychotique". "Après son arrestation, il a écrit des centaines de lettres de plaintes. Tout le monde ne fait pas ça. C'est une autre symptôme de sa condition", a-t-il poursuivi. Après avoir déclaré que Boukovski n'avait pas la nationalité russe, qu'il n'avait pas vécu 10 ans en Russie, que sa double nationalité russo-britannique l'empêchait de se présenter, les adversaires du dissident soviétique évoquent la maladie mentale comme raison à la non validation de sa candidature... Pourquoi le pouvoir russe a-t-il si peur de Vladimir Boukovski et des accusations de quelques éléments de la société civile ?

Photo1 : Instants de Folie de


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aurialie 79 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine