Magazine Culture

Je vais bien, ne t'en fais pas d'Olivier Adam

Par Reno

Je vais bien, ne t'en fais pas d'Olivier Adam
Olivier Adam, je l'ai découvert avec La Messe anniversaire, à l'Ecole des Loisirs. J'ai tout de suite aimé son style, nostalgique mais optimiste. Aussi, quand j'ai vu qu'un film avait été tiré d'un de ses livres, j'ai voulu le lire.
Claire travaille à Shopi et vit sans vivre. Depuis que son frère Loïc a disparu (suite à une dispute avec leur père), elle n'a goût à rien. Ce qui la maintient en vie, ce sont les cartes postales qu'elle reçoit régulièrement de son frère, des quatre coins de la France. Des cartes toutes simples, mais qui, en substance, disent "je vais bien, ne t'en fais pas".
Cependant Claire veut retrouver Loïc : la dernière carte avant son départ en vacances vient de Portbail. C'est là-bas qu'elle ira...
J'ai retrouvé ici ce que j'aime chez cet auteur : un style, une nostalgie, des vies qui tiennent à un fil, un optimisme... Olivier Adam maîtrise cet art de la description des sentiments, ceux qui touchent, ceux qui blessent, ceux qui nous font vivre. Il aborde avec justesse des thèmes qui me sont chers : l'amour familial, les relations entre les êtres humains.
Comme je parle du film au début, en voici la bande-annonce :

Je vais bien, ne t'en fais pas / Olivier Adam. Le Dilettante, 1999.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Reno 34 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog