Magazine Humeur

Propagande de guerre - Gaza, "un détail" ? - Hamas "reconnaît" Israël

Publié le 14 janvier 2009 par R-Sistons
  
A Elise Lucet, journaliste à FR2
Gaza, c'est un détail de l'Histoire ?
Par Eva


Madame,

Je suis journaliste de profession, je n'exerce plus depuis quelques années.  Et je suis scandalisée en regardant vos informations. Ce n'est plus de l'information, c'est de la désinformation. En France, patrie des Droits de l'Homme, attachée à la démocratie, vous bafouez toutes les règles de neutralité et d'objectivité. Je sais, vous travaillez pour France 2, qui est tombée, dans le sens le plus bas du terme, aux mains d'un clan au service des intérêts d'Israël, avec des personnes comme Monique Atlan, présentant les derniers ouvrages (encore hier, celui, comme par hasard, sur "le" gamin qui symbolise les victimes de la Shoah, en plein conflit israélo-palestinien, pour attirer la compassion sur ceux qui procèdent méthodiquement au nettoyage ethnique comme celui dont ils ont été victimes), grande prétresse de la culture, donc, d'un côté, et de l'autre, prêchant pour la guerre contre l'Iran, au risque d'être complice de l'Apocalypse nucléaire qui fera sombrer l'humanité dans les pires souffrances.

On peut penser que le fait de travailler pour une chaîne, soi-disant publique, en réalité communautariste (ce qui est non seulement hypocrite, mais un détournement des fonds publics à des fins partisanes), vous oblige à contrôler chacun de vos mots, chacune de vos séquences, soumis au préalable à la censure sinon de Tsahal ou du CRIF, du moins de leurs agents. Mais cela n'explique pas tout. Vous avez une conscience, Madame ? Vous pouvez vous regarder dans la glace, le matin, sans honte ? Et si vous n'avez pas une conscience, vous qui semblez, par votre ancienneté sans doute (le phénomène de communautarisation, en embauchant tous les petits copains, même à la Météo, est relativement récent), ne pas appartenir au Clan, vous avez, donc, des règles déontoligiques à respecter, Madame. Or, vous semblez l'oublier.


Propagande de guerre - Gaza,
Gaza, par exemple. Gaza la martyrisée, des médias plus rigoureux que le vôtre, comme BFM TV, la présentent comme subissant une "extermination", pas moins. Oui, des armes illégales sont employées, provoquant des blessures effroyables, irréversibles, et même des cancers dont on ne guérira pas, la moitié des blessés sont des enfants, brûlés, voire calcinés (terme employé sur FR3), l'eau est polluée volontairement, l'air est irrespirable, contaminé, les habitants sont en permanence terrorisés, et plus seulement affamés, privés de travail, de médicaments (même d'anti-douleurs ou de produits anesthésiants de base !), de gaz, d'électricité, etc...   Et ce qu'ils subissent, Madame, les conduira, comme au Vietnam, à mettre au monde des enfants malformés. Dois-je l'apprendre à la journaliste  que vous prétendez être ? Le but est en effet d'exterminer cette population, pour prendre sa place, et exploiter au large de Gaza de juteux gisements de gaz. Tout bénéfice pour les odieux prédateurs dénués de toute éthique, en dépit de leurs paroles mensongères. Voyez mes articles, J'accuse, et "Israël l'infidèle se vautre dans ses péchés", sur mon principal blog,
http://r-sistons.over-blog.com

Propagande de guerre - Gaza,

Or, ce mardi 13 janvier, je vous ai entendu dire un mot en passant sur Gaza, au Journal de 13 heures. En passant  : "Quant à Gaza, l'étau se resserre, les armées progressent.." - et pas une image !  C'est un "détail de l'Histoire", n'est-ce pas, comme dirait Jean-Marie le Pen par rapport à la Shoah ? Vous avez vite esquivé le sujet. Un génocide, un détail ? L'utilisation, de surcroît intensive, d'armes prohibées, un détail ? Une opération d'une ampleur inégalée sur une population totalement sans défense, exténuée par un blocus de deux ans, privée de tout - un détail, pour vous ? Des enfants calcinés, déchiquetés, éclatés, sans tronc, ou sans jambes, voire sans tête - l'image de ce petit garçon sortant de l'école bombardée avec dans les bras le corps de sa soeur décapitée, vous ne l'avez pas vue ??? - , des enfants hébétés et affamés aux côtés de leur mère morte, trouvés quatre jours après l'effondrement de leur maison, des enfants vivant tous les jours dans la peur depuis la naissance.... cela ne vous impressionne pas ? Sans doute non, vous continuez à irradier, rayonner, l'Actualité du bonheur comme cette chaîne communautariste les affectionne tant, n'est-ce pas ? L'objectif n'est-il pas de faire vivre les citoyens dans une félicité trompeuse, de les illusionner, de les anesthésier, de les détourner de la réalité... pour qu'ils ne la contestent pas, peut-être ?
   Propagande de guerre - Gaza,

Madame, pendant que vous et votre collègue du 20 h, David Pujadas,
écartaient rapidement ce sujet encombrant, pour lequel d'ailleurs nous avons droit à des images et à des commentaires aseptisés, alternant avec des images d'Israéliens terrifiés et des déclarations lénifiantes de Tsahal sur sa moralité, la mesure dont il fait preuve, tout ce tact légendaire, Tsahal qui protège ses citoyens contre les "terroristes" du Hamas (il y a peu, c'étaient ceux du Fatah), pendant, donc, que vous vous débarrassiez de ce sujet gênant pour la communauté dont vous défendez les intérêts, juge et partie, donc, pendant ce temps-là, Madame, FR3, ou Arte, ou BFM TV, etc, montraient des visages défigurés derrière des bandeaux, des corps calcinés, des ruines fumantes, des corps disloqués, des feux d'artifice d'armes prohibées (hier soir, Pujadas demandait des explications.... à un  porte-parole de Tsahal, qui s'empressait, bien évidemment, de justifier l'injustifiable).
Alors, Madame, je vous le demande en face : Vous avez la conscience en paix ? Le sentiment du devoir accompli ? La réponse vous appartient.
Moi, la professionnelle du journalisme, je sais que vous ne méritez pas le beau nom de journaliste, chargée d'informer ses concitoyens. A votre place, Madame, je rendrai ma carte de presse. Et je changerai de métier...
Eva, ancienne journaliste de la presse, de la radio, de la télévision française qui, notamment, présentait les informations tous les matins au micro de l'ORTF. En toute objectivité, évidemment
.

La propagande en temps de guerre
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-23413830.html


Propagande de guerre - Gaza,
FR3, Infos de 22h30, ce même jour : On y parle de l'ENFER de Gaza, et on MONTRE, en images, les souffrances des civils Palestiniens. Interview du Responsable de la Croix Rouge internationale, visitant un hôpital de Gaza, déclarant la situation inadmissible, et appelant Israël a accomplir ses devoirs.
FR2, pendant ce temps, continue sa propagande en faveur d'Israël. C'est intolérable, il faut que cela change,
FR2 est la HONTE des médias français !
Faites le savoir ! Partout ! C'est intolérable !

Voyez mon article 
Lettre ouverte à FR2
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-26542079.html
Sur mon blog R-sistons à la désinformation,

 _______________________________________________
  

Propagande de guerre - Gaza,
 

Siné, sur le blog de Laplote le caricaturiste
http://laplote.over-blog.fr/



Et je profite pour faire de la pub
pour mes autres blogs, voilà :

Contre le choc de civilisations :

Sos-crise, analyses, tuyaux, alternatives...

  • Propagande de guerre - Gaza,
    Combien de divisions ?


    publié le dimanche 11 janvier 2009

    Uri Avnery

IL Y A PRÈS de soixante dix ans, au cours de la Seconde guerre mondiale, un crime odieux fut commis dans la ville de Léningrad. (..)

C’est la description qui serait faite dans les livres d’histoire aujourd’hui – si les Allemands avaient gagné la guerre.


Absurde ? Pas plus que les descriptions quotidiennes dans nos médias, qui répètent ad nauseam : Les terroristes du Hamas utilisent les habitants de Gaza comme "otages" et exploitent les femmes et les enfants comme "boucliers humains", ils ne nous laissent aucune alternative que de procéder à des bombardements massifs, dans lesquels, à notre grand regret, des milliers de femmes, d’enfants et d’hommes désarmés sont tués et blessés.


DANS CETTE GUERRE, comme dans toute guerre moderne, la propagande joue un rôle majeur. La disparité entre les forces, entre l’armée israélienne – avec ses avions, ses hélicoptères de combat, ses drones, ses navires de guerre, son artillerie et ses tanks – et les quelques milliers de combattants du Hamas légèrement armés, est peut-être de un à un million. Sur le plan politique, le fossé entre eux est encore plus grand. Mais en termes de propagande de guerre, le fossé est presque infini.


Presque tous les médias occidentaux ont au début répété la ligne de propagande officielle israélienne. Ils ont presque entièrement ignoré la version palestinienne de l’histoire, et n’ont fait aucune mention des manifestations quotidiennes du camp de la paix israélien. La raison avancée par le gouvernement israélien ("l’Etat doit défendre les citoyens contre les roquettes Qassam") a été acceptée comme la pure vérité.

 L’autre version, selon laquelle les lancements de Qassam sont des représailles pour le siège qui affame le million et demi d’habitants de la bande de Gaza, n’a pas du tout été mentionnée.


C’est seulement quand les horribles scènes venant de Gaza ont commencé à être montrées sur les écrans des télévisions occidentales, que l’opinion publique mondiale a commencé à changer.


Certes, les chaînes occidentales et israéliennes n’ont montré qu’une toute petite partie des événements meurtriers qui apparaissent 24 heures sur 24 chaque jour sur la chaîne arabe Al Jazira, mais une photo d’un enfant mort dans les bras de son père terrifié est plus forte qu’un millier de phrases bien structurées du porte-parole de l’armée israélienne. Et c’est ce qui est décisif à la fin.


La guerre, toute guerre, est le royaume des mensonges. Si on en appelle à la propagande ou à la guerre psychologique, tout le monde accepte l’idée qu’on a le droit de mentir pour son pays. Celui qui dit la vérité prend le risque d’être traité de traître.

L’ennui est que c’est pour celui qui la porte lui-même que cette propagande est la plus convaincante . Et après, vous vous convainquez qu’un mensonge est la vérité, vous falsifiez la réalité, et vous ne pouvez plus prendre de décisions rationnelles.


Un exemple de ce processus entoure l’atrocité la plus choquante de cette guerre : le bombardement de l’école de l’ONU Fakhura dans le camp de réfugiés de Jabaliya.

Dès après que l’événement a commencé à être connu dans le monde, l’armée a "révélé" que des combattants du Hamas avaient tiré des obus de mortier depuis l’entrée de l’école. Pour preuve, ils ont fourni une photo aérienne qui montrait en effet l’école et le mortier. Mais peu de temps après, le menteur officiel de l’armée admettait que la photo datait de plus d’un an. En bref : une falsification.


Par la suite, le menteur officiel a déclaré que "nos soldats étaient ciblés de l’intérieur de l’école". Il fallut à peine un jour pour que l’armée soit obligée d’admettre vis-à-vis d’un agent de l’ONU que c’était un mensonge aussi. Personne n’a tiré de l’intérieur de l’école, et aucun combattant du Hamas ne se trouvait dans l’école, qui était pleine de réfugiés terrifiés.


Mais cette reconnaissance n’avait plus vraiment d’impact. Entre temps, les Israéliens avaient été complètement convaincus qu’"ils tiraient de l’intérieur de l’école", et les présentateurs de télévision avaient annoncé cela comme un fait.


Il en va de même pour les autres atrocités. Chaque bébé est transformé, en mourrant, en terroriste du Hamas. Chaque mosquée bombardée devient instantanément une base du Hamas, chaque immeuble d’habitation une cache d’armes, chaque école un poste de commande terroriste, chaque bâtiment du gouvernement civil un "symbole de l’administration Hamas". Ainsi l’armée israélienne garde sa pureté et reste "l’armée la plus morale du monde".


LA VÉRITÉ est que les atrocités sont le résultat direct du plan de guerre. Il reflète la personnalité d’Ehoud Barak – dont le mode de pensée et les actions sont ce que l’on appelle "alinéation morale", un trouble sociopathe.


L’objectif réel (A part gagner des sièges aux prochaines élections) est de mettre fin au gouvernement Hamas dans la bande de Gaza. Dans l’imagination de ses concepteurs, Hamas est un envahisseur qui a pris le contrôle d’un pays étranger. La réalité est bien sûr toute autre.


Le mouvement Hamas a obtenu la majorité dans des élections éminemment démocratiques qui ont eu lieu en Cisjordanie, à Jérusalem-est et dans la bande de Gaza. Il a gagné parce que les Palestiniens étaient arrivés à la conclusion que l’approche pacifique du Fatah n’avait rien obtenu d’Israël – ni gel de la colonisation, ni libération des prisonniers, ni aucun pas en direction de la fin de l’occupation et de la création d’un Etat palestinien. Le Hamas est profondément enraciné dans la population – pas seulement comme mouvement de résistance qui lutte contre l’occupant étranger, comme l’Irgun et le groupe Stern dans le passé – mais aussi comme organisation politique et religieuse qui fournit des services dans les domaines social, éducationnel et médical.


Pour la population, les combattants du Hamas ne sont pas un corps étranger, mais les fils des familles de la bande de Gaza et d’autres régions de Palestine. Ils ne "se cachent pas derrière la population", la population ne les considère que comme ses défenseurs.


Donc, toute l’opération est basée sur de fausses hypothèses.

Transformer sa vie en enfer ne conduit pas la population à se soulever contre le Hamas, mais au contraire, à l’unir derrière le Hamas et à renforcer sa détermination à ne pas se rendre. La population de Léningrad ne s’est pas dressée contre Staline, pas plus que les Londoniens ne se sont retournés contre Churchill.


Celui qui donne l’ordre d’une telle guerre avec de telles méthodes dans un territoire si densément peuplé sait qu’il causera des massacres de civils. Apparemment cela ne l’a pas troublé. Ou il a cru qu’"ils changeront de voie" et que "cela engourdira leur conscience" de sorte qu’à l’avenir ils n’oseront plus résister à Israël.


Une autre priorité pour les donneurs d’ordre de la guerre était de réduire au maximum les victimes parmi les soldats, sachant que l’état d’esprit d’une large partie de l’opinion pro-guerre changerait s’il y avait de telles victimes. C’est ce qui est arrivé dans la première et la seconde guerres du Liban.


Cette considération joue un rôle particulièrement important parce que toute la guerre fait partie de la campagne électorale. Ehoud Barak, qui a remonté dans les sondages dans les premiers jours de la guerre, savait que son score chuterait si des images de soldats morts défilaient sur les écrans de TV.


Donc une nouvelle doctrine a été utilisée : pour éviter les pertes parmi nos soldats, tout détruire sur leur passage.

 Les auteurs de cette idée n’étaient plus seulement prêts à tuer 80 Palestiniens pour sauver un soldat israélien, come c’était le cas, mais 800. L’économie de victimes de notre côté est le commandement premier, qui cause un record du nombre des victimes civiles de l’autre côté.


Cela signifie le choix conscient d’une sorte de guerre particulièrement cruelle – et c’est son talon d’Achille.


Un homme sans imagination, comme Barak (son slogan électoral : "Pas un brave type, mais un leader") ne peut pas imaginer comment les braves gens à travers le monde réagissent aux actions comme l’assassinat de familles entières, la destruction de maisons sur la tête de leurs habitants, les cortèges de garçons et de filles dans leur linceul blanc prêts à être inhumés, les reportages sur les gens qui trouvent la mort au bout de plusieurs jours parce que les ambulances n’ont pas pu arriver à temps, l’assassinat de médecins et d’infirmiers en route pour sauver des vies, l’assassinat de chauffeurs de l’ONU apportant de la nourriture. Les images des hôpitaux, avec la mort, les morts et les blessés étendus ensemble sur le sol par manque de place, ont choqué le monde. Aucun argument n’est assez fort après l’image d’une petite fille blessée gisant sur le sol, se tordant de douleur en criant "Maman ! Maman !"


Les commanditaires de la guerre ont pensé qu’ils arrêteraient la diffusion de ces images en empêchant la couverture de la presse. Les journalistes israéliens, pour notre honte, ont accepté de se contenter des reportages et photos fournis par le porte parole de l’armée, comme si c’était des informations authentiques, alors qu’eux-mêmes restent à des kilomètres du théâtre des événements. D’autre part, les journalistes étrangers n’étaient pas autorisés, jusqu’à ce qu’ils protestent et soient pris, pour des tours rapides dans des groupes sélectionnés et contrôlés. Mais, dans une guerre moderne, un tel point de vue stérile fabriqué ne peut pas complètement exclure les autres – les cameras sont à l’intérieur de la bande de Gaza, au centre du brasier, et ne peuvent pas être contrôlées. Al Jazira diffuse les images au fil des heures et entre dans toutes les maisons.

Propagande de guerre - Gaza,
Photos, blog Stanechy (sauf la Ie, site AFPS, France-Palestine
et la caricature Siné)


LA BATAILLE pour l’écran de télévision est une des batailles décisives de la guerre.

Des centaines de millions d’Arabes, de la Mauritanie à l’Irak, plus d’un milliard de musulmans du Nigéria à l’Indonésie voient les images et sont horrifiés. Ceci a un fort impact sur la guerre. Beaucoup de téléspectateurs considèrent les dirigeants d’Egypte, de Jordanie et de l’Autorité palestinienne comme des collaborateurs d’Israël qui commet ces atrocités contre leurs frères palestiniens.


Les services de sécurité des régimes arabes enregistrent une dangereuse tendance parmi les peuples. Hosni Moubarak, le dirigeant arabe le plus exposé parce qu’il est près du passage de Rafah face aux réfugiés terrifiés, a commencé à faire pression sur les décisionnaires de Washington, qui jusqu’à présent ont bloqué tout appel au cessez-le-feu. Ceux-ci commencent à comprendre la menace pour les intérêts vitaux américains dans le monde arabe et ont soudain changé d’attitude. – ce qui a causé la consternation parmi les diplomates israéliens.


Les gens qui sont en état d’aliénation morale ne peuvent pas comprendre les motivations des gens normaux et deviner leur réactions. "Combien de divisions a le Pape" ironisa Staline. "Combien de division ont les gens de conscience ?" pourra demander Ehoud Barak.


Comme c’est en train d’advenir, ils en ont. Pas nombreuses. Pas très rapides de réaction. Pas très fortes et organisées. Mais, à un certain moment,

quand les atrocités dépassent les bornes, et que les masses de protestataires se regroupent, cela peut décider d’une guerre.


L’ERREUR de compréhension de la nature du Hamas a conduit à une erreur d’appréciation des résultats. Non seulement Israël est incapable de gagner la guerre, mais Hamas ne peut pas la perdre.


Même si l’armée israélienne parvient à tuer tous les combattants du Hamas jusqu’au dernier, le Hamas gagnerait. Les combattants du Hamas seraient considérés comme les paragons de la nation arabe, les héros du peuple palestinien, les modèles pour l’émulation de tous les jeunes du monde arabe. La Cisjordanie tomberait dans les mains du Hamas comme un fruit mûr, le Fatah disparaîtrait dans un océan d’oubli, les régimes arabes seraient menacés d’effondrement.


Si la guerre prend fin avec le Hamas encore debout, meurtri mais invaincu, face à la puissante machine militaire israélienne, elle ressemblera à une fantastique victoire, une victoire de l’esprit sur la matière.


Ce qui restera dans la conscience du monde sera l’image d’Israël comme un monstre tâché de sang, prêt à tout moment à commette des crimes de guerre et pas prêt à accepter la moindre contrainte morale. Ceci aura de graves conséquences pour notre avenir à long terme, notre place dans le monde, notre chance de parvenir à la paix et à la tranquillité.


Au final, cette guerre est un crime contre nous-mêmes aussi, un crime contre l’Etat d’Israël.


Article écrit en hébreu et en anglais le 10 janvier 2009, publié le 11 sur le site de Gush Shalom – Traduit de l’anglais "How Many Divisions ?" : SW

http://www.france-palestine.org/article10814.html


Le Hamas est le seul à faire quelque chose"
Propagande de guerre - Gaza,
© EPA | ​La population de la Cisjordanie manifeste son soutien au peuple de la bande de Gaza. La tension monte avec l’Autorité palestinienne, qui se trouve dans une situation très délicate, puisqu’elle ne peut apporter son soutien au Hamas.
http://www.24heures.ch/actu/monde/hamas-seul-fait-chose-2009-01-11

Eva : Bravo Ségolène !
Son  analyse est mesurée, équilibrée
 
Le Hamas prêt à "reconnaître" Israël


(Extraits) Aucune victoire militaire de Tsahal ne garantira la sécurité d’Israël.
la supériorité des armes n’a jamais mis à l’abri d’une défaite politique, elle l’a même parfois hâtée.
Marek Halter a rencontré à Damas Khaled Mechaal, le chef du Hamas, à la veille du déclenchement de l’offensive israélienne. Celui-ci lui a dit, rapporte-t-il, que le Hamas qui prônait jadis dans sa Charte la destruction pure et simple de l’Etat d’Israël, était aujourd’hui « prêt à un accord sur la base des frontières de 1967 ». Qu’est-ce que cela signifie ? Une reconnaissance de facto de ce que le Hamas appelle désormais « l’entité israélienne ». Ce n’est pas – pas encore – une reconnaissance de droit de l’existence de l’Etat d’Israël et de son droit à la sécurité mais, dit Marek Halter, « c’est une avancée », qui rappelle d’ailleurs celle jadis accomplie par l’OLP
Cette reconnaissance nécessaire, n'est-il pas vain d’en faire un préalable absolu à toute discussion alors qu’elle devra faire partie du package si l’on en vient enfin à des négociations sérieuses, équitables parce que respectueuses des droits des deux peuples
L’Europe doit enfin assumer avec force l’immense responsabilité historique qui est la sienne dans cet interminable conflit
Deux nations se sont constituées dont les peuples ont aujourd’hui des droits qui doivent être conciliés
Pour ses responsabilités passées et pour sa responsabilité présente dans l’équilibre du monde, l’Europe doit peser de tout son poids pour que cette guerre de trop qui ne règlera rien soit enfin la dernière
L’urgence, ce n’est pas seulement, des deux côtés, le silence des armes : c’est aussi l’arrêt de la colonisation dans les territoires occupés et la levée du blocus qui a fait de Gaza un immense ghetto paupérisé en proie, avant même l’intervention militaire israélienne, à une catastrophe humanitaire et sociale, nourrissant frustrations et colères.
L’urgence, c’est que chacun comprenne qu’il n’a pas à choisir ses interlocuteurs dans le camp d’en face
Il est temps de comprendre aussi qu’il en va non seulement de la sécurité d’Israël et de la dignité de la nation palestinienne mais, plus largement, de l’équilibre et de la sûreté d’un monde
Rien ne sert de déplorer « l’importation du conflit » : à l’heure d’Internet et des medias télévisés globaux, Gaza est dans tous les foyers et dans toutes les consciences. Les humiliés s’identifient aux humiliés et jugent sévèrement la légèreté avec laquelle la plupart des gouvernements occidentaux semblent, dans cette affaire, traiter leurs propres valeurs. Voilà pourquoi ce qui se joue à Gaza, ce sont aussi nos lendemains à tous car, tôt ou tard, l’histoire présente toujours l’addition.
C’est pourquoi j’en appelle à un effort de lucidité historique et de courage politique de l’Europe, meilleur moyen d'aider Barack Obama à assumer, le jour venu, les responsabilités politiques qui sont celles de son pays.

http://rebellion.over-blog.net/article-26742907.html


Gaza: des intellectuels (Debray, Bouquet, Brauman, Hessel...) écrivent à Sarkozy

http://franzt-fanon.blog.tdg.ch/archive/2009/01/14/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-francaise.html

14 - L'axe de l'apocalypse se rue à l'assaut du camp de concentration de Gaza...

http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/mariali/palestine/images/image.htm


La guerre et le gaz naturel 
L’invasion israélienne et les gisements de Gaza en mer

L'invasion militaire de la Bande de Gaza par les Forces israéliennes, est directement liée à la possession et au contrôle de réserves stratégiques de gaz en mer.

Il s'agit d'une guerre de conquête: on a découvert de vastes réserves de gaz au large du littoral de Gaza en 2002
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11756

Reçu ce courriel :
Bonjour Eva,
Voici une vidéo qui m'a retourné les tripes si je puis dire ! Chaque jour apporte son lot d'attrocités et chaque jour un "exploit" de la décadence inhumaine qui se dit "civilisée", "moderne" !! Une vidéo courte, parmi tant de témoignages car malheureusement l'actualité est dense et ne manque pas de sujets ... malheureusement. Mais un jour viendra où justice sera faite, un jour .... c'est une certitude ! http://www.dailymotion.com/video/x80aas_images-interdites-sur-france-2-bb-d_news Merci pour toute la richesse de votre blog, merci pour votre énergie, votre vivacité, merci ! merci ! merci ! S. E.

Roland Dumas,

ancien ministre des Affaires étrangères et ancien Président du Conseil constitutionnel de la République Française (1), était interrogé par « Radio-Orient », ce jeudi 8 janvier 2009.
Au micro de Marie-Jo Sader, il a dénoncé la politique française au Proche-Orient, affirmant que " L’attitude de Monsieur Moubarak avec son complice, le président de la République française consiste à laisser le temps de la discussion, par des allers-retours, à l’armée israélienne de faire son travail, comme elle a l’habitude de le faire tous les deux ou trois ans, c’est-à-dire le nettoyage ethnique et inadmissible, je trouve que c’est amuser la galerie pour rien (…). La diplomatie est complice de l’administration américaine et de l’administration égyptienne… ".
sur Http://liberez-les.info


Sélection de liens (articles à lire) faute de place, ici :
http://r-sistons.over-blog.com/article-26750653-6.html#anchorComment
Gouvernement mondial, conférence
http://crodoff.canalblog.com/archives/2009/01/14/12082403.html (VIDEO)


Propagande de guerre - Gaza,


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


R-Sistons 837 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines