Magazine Autres sports

La tendinite neigeuse et ses conséquences…

Publié le 25 janvier 2009 par Pierreristic

En ce début d’année, nous avons vécu quelques journées prostrés chez nous dans un magnifique paysage digne des Alpes : de la neige, à perte de vue ! Mes juments avaient fait beaucoup de poils et je n’ai pas senti le danger…. La neige tombait à gros flocons, les juments n’étaient pas couvertes et avaient du foin à volonté, j’étais donc rassurée. Il parait que le foin réchauffe nos amis les chevaux : sa digestion permet au cheval de maintenir sa température corporelle. Je n’avais pas compté avec l’humidité….De même aucune inquiétude avec les pieds : sans fers, pas de glaçons sous les petons. Au début, la neige restait intacte sur le dos de mes loulouttes, mais tout à coup, elle a fondu, les juments avaient le dos trempé, je n’y ai pas prêté attention suffisamment tôt.

Tout à coup, je vois Conny passer au grand galop sous mes fenêtres, suivie de loin par Brenda. Je sors sans prendre le temps de me vêtir pour voir ce qui se passe (« encore un coup des chasseurs ? »). Elles déconnent pour se réchauffer, elles déconnent trop, trop fort, je
tente d’attraper ma Conny au lasso si je puis dire mais je n’y arriverais pas, elle s’amuse avec moi cette nouille ! J’ai beau hurler des Wooooooh Wooooooh, rien n’y fait, elle se réchauffe et se sèche : son dos fume, les cabrioles continuent.

Tout à coup, le cirque cesse sa représentation, tiens c’est curieux, moi qui croyais que je n’avais qu’à me taire et prendre des photos en attendant que les 2 rombières se calment, je ne croyais pas si bien dire…. Conny vient vers moi, je pense « saleté, tu viens me narguer
pour repartir de plus belle ? » mais non, il lui manque une jambe dans sa démarche ! Et oui, Conny est sur 3 guiboles ! La quatrième, elle me la colle sous le nez, tellement sous le nez qu’elle a failli me la planter sur ma boots (contenant un pied gelé).

conny La tendinite neigeuse et ses conséquences... photo chevalAllez hop, tout le monde au box, je rentre m’équiper pour éviter de tomber raide morte de froid, et je file analyser la chose. Je vous passe une partie des idées à la gomme qui me sont venues c’était du type : tiens elle fait une colique ? (ben oui, elle secouait son pied « bobo »). Un éclair de génie me vient : regarder la jambe sur laquelle elle ne s’appuie plus et qu’elle me montre : curieux, y a comme une « veine » qui part du tendon pour y revenir, c’est tout ce que je vois pour le moment… Par contre le thermomètre m’annonce que la bête se les caille : 36.4° ! Je couvre, je couvre et je recouvre, j’arrose de foin en veux tu en voilà… Rendez vous dans 2h…

Tendon gonflé chaud bouillant sur le fameux antérieur… Ne me demandez pas quel tendon a morflé je n’y comprend rien, les schémas glanés sur internet ne donnent pas tous les mêmes infos, tout ce que je sais c’est qu’il n’y a pas de « banane », il y a inflammation en plein milieu du canon, en plein milieu de la face interne du membre (je pense tendon perforant)… J’aménage un mini paddock qui limitera les déplacements, le paddock est ouvert sur le box, ma jument est comme un coq en pâte, cocoonée de chez cocoonée ! Les jours s’égrainent à coup de soins à l’argile qui améliorent la situation, Conny boite moins, le tendon reste chaud et enflé. J’enchaine une semaine après l’accident sur des soins à base d’aloe vera, l’amélioration est considérable : en l’espace de quelques jours, la boiterie disparait totalement, la chaleur également,! Sur le coup je suis contente, mais je vais vite déchanter, la jument se sent mieux et a envie de déconner… cela arrive pile poil dans la période de tempête, oscan10018 La tendinite neigeuse et ses conséquences... photo chevaln a un vent à décorner les bœufs ! Un soir des plus venteux, j’entends un barouf du diable dans les box, je me précipite dehors pleine de bonne volonté et je vois ma Conny cabrée dans le box… Quelle nouille celle là, elle va réussir à se faire mal, drôle d’heure pour entamer un spectacle de haute école ! Je m’enferme dans le box avec elle (note pour les lecteurs : ne faites JAMAIS une telle connerie !) et là, la miss part en pirouette cacahuète avec coups de culs à la clé…. prise de panique en voyant les postérieurs en face de ma tête, je tente une volte face, qui me fait atterrir droit dans le poteau qui sépare les box, Ma figure de
style était digne d’un 1000 euros chez vidéo gag je ne vous le cache pas ! Je suis tellement sonnée que je m’écroule contre mon poteau… Conny voyant le malaise se calme immédiatement (tiens, j’aurais du y penser avant : si j’avais su j’aurais feint une crise cardiaque !).
Mon chéri ne me voyant plus vient à ma rescousse, me relève et constate les dégâts en même temps que moi : ben oui, y a un gros trou dans ma dentition ! Bilan : une dent cassée de chez cassée et 2 dents qui attendent un verdict : à extraire ou pas (le dentiste est pessimiste, mais moi, je suis optimiste car je déteste que le dentiste me triture les dents !) ? le tout, sur le dents de devant of course, moi quand je fais les choses, je ne les fais pas à moitié !  icon wink La tendinite neigeuse et ses conséquences... photo cheval

Vous connaitrez la suite de l’histoire ultérieurement…. car j’écris cet article à 3h du matin dans la nuit de samedi à dimanche (et cela s’explique par une douleur lancinante qui m’empêche de dormir…) et il me reste à entamer la rééducation de Conny en évitant ses
exubérances, chose qui ne va pas être simple à mettre en œuvre !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pierreristic 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines