Magazine France

Grêve du 29 janvier, 69 % des français favorables

Publié le 25 janvier 2009 par Rebus

 En France, quand il y a une grève, plus personne ne le remarque dixit le tout petit timonier. Celle du 29 janvier risque donc de lui donner cruellement tort.

 Faire ravaler sa morgue à Sarkozy, c'est toujours une petite victoire et cette journée d'action, si elle s'avère massive, donc allant au delà des soutiens de principe, peut amener nos "bienveillants" dirigeants à prendre en compte le fait que leurs réformes ne sont pas réellement du goût de tous, que la satisfaction des rentiers du Medef et autres n'équivaut pas à la satisfaction de tout un peuple.

 Cette journée sera donc à la fois un test et un avertissement. Est ce qu'une action ponctuelle dans le temps est suffisante ? On peut en douter, surtout si l'on compare avec la paralysie actuelle en Guadeloupe, qui, se heurte à une fin de non recevoir (et à une couverture médiatique des plus restreintes).

 Si l'on observe ce chiffre de 69 % de français favorables, on se dit que l'on retrouve des valeurs de solidarité et que l'individualisme sarkozien a atteint ses limites.  Mouais, sauf que cette solidarité retrouvée s'envole dès qu'on la met au contact d'autres sondages  justement.

 Il est vrai qu'il s'agit d'un sondage Opinion Way sur le plan de relance de Martine Aubry, plan qui n'a rien de révolutionnaire au passage mais  l'on voit que la stigmatisation de certaines catégories de français marche toujours. Il en est ainsi de la prime de 500 euros à destination des rmistes  et des chômeurs. Une mesure reçue plus que fraichement par les sondés (plus l'on se déplace vers la droite, plus les avis sont défavorables évidemment), quel que soit leur positionnement politique. Le travailler plus fonctionne encore apparemment, 48 % des sondés seulement étant favorables à cette prime.
Grêve du 29 janvier, 69 % des français favorables
 On peut dire  que l'on retrouve presque un clivage droite/gauche, un 50/50 à peine déséquilibré, sauf que je trouve étonnant qu'en ces temps de licenciement massifs généralisés,  d'aides extravagantes au secteur auto ou bancaire, une partie de la population trouve encore qu'une somme aussi dérisoire que 500 euros soit une aide trop importante.

 De ce point de vue là, le sarkozysme a encore de beaux jours devant lui.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rebus 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte