Magazine Insolite

S'il doit en rire aujourd'hui, cela ne fut sans doute pas le cas !

Publié le 26 janvier 2009 par Chantal Doumont

Metz Paris

S'il doit en rire aujourd'hui, cela ne fut sans doute pas le cas jeudi après-midi.

Un automobiliste, qui circulait sur l'autoroute A4, s'est en effet retrouvé coincé au fond d'un conteneur à poubelles, alors qu'il tentait de récupérer les clefs qu'il avait malencontreusement fait tomber à l'intérieur.

La scène, insolite, s'est déroulée vers 15 heures sur l'aire de repos de Lhéry, dans le sens Metz/Paris, quelques kilomètres avant le péage de Dormans.

Alors qu'il se débarrassait d'un sac de déchets, notre homme a fait tomber ses clés à l'intérieur du conteneur. Il a alors décidé de les récupérer.

Pour cela, il a escaladé le « récipient », s'est penché et a basculé à l'intérieur, se retrouvant pris au piège au milieu des détritus.

« Ces conteneurs, installés il y a 5-6 ans, sont semi-enterrés et ont une contenance de 5.000 litres », explique Olivier Flécheux, responsable d'exploitation à la Sanef.

« Il y a un trou qui permet, en forçant un peu, à un homme de passer. Mais normalement ce n'est pas prévu pour ! L'automobiliste s'est ainsi retrouvé à près de 3 mètres de profondeur sans pouvoir sortir. »

Arrêté sur cette aire de repos déserte, le conducteur n'a finalement dû son salut qu'à son téléphone portable, gardé sur lui.

Il a appelé le numéro qui se trouvait sur son ticket de péage et est tombé sur le centre d'exploitation de la Sanef, à Metz.

« Avec ses explications on a pu le situer sur l'aire de Lhéry », indique Olivier Flécheux. « On a alerté le district de Reims et un de nos patrouilleurs est allé le délivrer une petite demi-heure après. »

L'histoire se termine bien. Mais quand on sait que les conteneurs ne sont vidés, à cette période de l'année, qu'une seule fois par mois, on n'ose imaginer ce qui se serait passé si l'automobiliste n'avait pas eu son téléphone portable sur lui.

« Nos patrouilleurs font trois passages par jour sur chaque aire », précise Olivier Flécheux. « Là, il y en aurait eu un qui serait passé vers 17 heures. »

Aurait-il eu, pour autant, le réflexe de regarder au fond du conteneur ? L'automobiliste coincé l'aurait-il entendu arriver pour l'alerter ? Impossible à dire.

Toujours est-il que notre homme s'est fait une belle frayeur…

G.A.-T.

lunion.presse.fr


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chantal Doumont 719 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine