Magazine Société

La famille “parfaite” est un mythe !

Publié le 26 janvier 2009 par Ptitloup

“ Il y a quelque chose de «bon» à propos du noyau familial, ou du moins nous le pensons.

Une famille, nous enseignent culture et religion, «devrait» se composer d’une mère, d’un père et d’au moins deux enfants, de préférence de sexes opposés.

Cet idéal se renforce encore après la récente découverte en Allemagne d’une sépulture de 4.600 ans contenant treize individus, beaucoup d’entre eux des enfants. Témoignage poignant, certains adultes y étaient enterrés face à face, leurs bras entrelacés. Plus poignant encore, les scientifiques des universités de Bristol et d’Adelaïde ont utilisé l’analyse ADN pour relier un couple à leurs deux enfants, la plus ancienne évidence d’un noyau familial.

Ce rapport touche une corde sensible parce qu’il correspond à la définition de la famille que notre culture s’est appropriée. Ces corps reposant ensembles paraissent confirmer que le noyau familial est un regroupement humain ancien, favorisé par l’évolution, et donc «naturel».

earliest-case-of-nuclear-families-discovered-1-240x240 societe
Mais cette tendance à ne prendre en compte que les quatre individus liés les uns aux autres dévalue cependant les neufs autres trouvés dans la même sépulture, aucun d’entre eux n’ayant de liens parentaux. Leur présence souligne le fait que notre notion de la famille parfaite demeure étroite ou tout simplement fausse.

D’une culture à l’autre les individus vivent au sein de toutes sortes de groupes familiaux. La polygynie, lorsqu’un un homme a plusieurs épouses vivant ensembles avec leurs enfants respectifs, est le modèle familial le plus répandu, bien qu’il soit en général réservé aux hommes riches ou puissants. J’ai passé à Bali plusieurs mois dans le foyer d’un homme et de ses deux femmes, avec plusieurs enfants de tous âges et quelques visiteurs ou touristes dans un coin du complexe.

earliest-case-of-nuclear-families-discovered-2-226x240 societe
Dans d’autres cultures ce sont les femmes qui ont plusieurs époux ou des relations sexuelles avec plusieurs hommes. En Amérique du Sud, hommes et femmes de diverses cultures conçoivent qu’un enfant ait plusieurs pères parce que sa mère a eu des relations sexuelles avec plusieurs hommes durant sa grossesse.

Chez les Mosuo, une culture chinoise, les individus vivent en groupes familiaux très étendus où les femmes, non les hommes, sont à la tête. Les pères n’y sont même par considérés comme partie du foyer; appartenant à la famille de leur mère, ils vont et viennent librement tout au long de la nuit.

Aucune preuve réelle ne nous permet d’affirmer que le noyau familial tel que nous le concevons aujourd’hui ait été la norme depuis longtemps.

earliest-case-of-nuclear-families-discovered-3-240x159 societe
Les anthropologues ont émis l’hypothèse que la famille originelle de nos lointains ancêtres hominidés était probablement composée de plusieurs sœurs et de quelques mâles de passage, la répartition des tâches et la coopération entre soeurs quand à la garde des petits étant plus importantes que l’amour entre une femelle et un mâle.

Aujourd’hui même, en Occident, le noyau familial idéal est chose rare.

Si deux tiers des enfants aux USA vivent avec deux parents, neuf pour-cent vivent dans un foyer monoparental et plus d’un quart des américains préfère vivre seul.

Homoparentalité, des familles de toutes sortes
Cela n’est pas pour dire que nous n’appartenons à aucune famille d’aucune sorte. Nous pouvons avoir des enfants à l’autre bout du pays, ou des beaux-frères et belles-sœurs en bas de la rue, un beau père à la maison et un père à l’autre bout de la ville, voir même des grands-parents à la tête de la maisonnée.

Les treize corps retrouvés dans la sépulture allemande y étaient non parce qu’ils formaient une famille per se mais parce qu’ils étaient importants les uns pour les autres, connectés d’une certaine façon, économique, émotionnelle, et parce que c’est ainsi que vivent les humains.

Nous ne formons pas toujours ce noyau familial idéal cité plus haut, mais nous composons des familles d’un autre ordre sans cesse, car il est dans notre nature humaine de vivre ensembles.

Meredith F. Small, anthropologue
Cornell University, Ithaca - NY, USA

Traduit de l’anglais par Le P’tit Loup
Photo & images :Juraj Lipták, Karol Schauer / LDASA
Article en anglais : Livescience.com


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ptitloup 54 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine