Magazine

Internet ou la démultiplication de l’information

Publié le 26 janvier 2009 par Hugues-André Serres

Internet ou la démultiplication de l’information

Ce qui est valable pour les processeurs informatiques (loi de Moore*) l’est également en ce qui concerne la visibilité sur Internet. Un beau site c’est bien, être vu c’est mieux !

Et si en plus on peut avoir le tout pour pas cher, que demander de plus… La Lune (Rires…) Il vaut mieux avoir un petit site et être de partout (les réseaux) qu’un gros site et payer très cher tous les mois pour être vu nulle part Noyé dans la masse (Google Adsense) À moins d’être une très grosse entreprise seule sur le marché ou ayant l’exclusivité sur la toile grâce à l’achat de mots clés avec les campagnes adsense par exemple ! Si vous n’avez pas 200 € à mettre tous les mois au minimum, vous savez dès lors ce qu’il vous reste à faire… Non ? Ben c’est simple, passer par lespacearcenciel.com pour 250 € définitif. (Rires…)

*Loi de Moore Rappel :

Le 1er microprocesseur (Intel 4004) à été inventé en 1971. Il s’agissait d’une unité de calcul de 4 bits, cadencé à 108 kHz et intégrant 2 300 transistors. La capacité d’intégration des transistors et la diminution de la gravure ont amélioré les performances des processeurs.

1. La Loi de Moore a été exprimée en 1965 dans « Electronics Magazine » par Gordon Moore, ingénieur de Fairchild Semiconductor, un des trois fondateurs d’Intel. Constatant que la complexité des semiconducteurs proposés en entrée de gamme doublait tous les ans à coût constant depuis 1959, date de leur invention, il postulait la poursuite de cette croissance (en 1965, le circuit le plus performant comportait 64 transistors). Cette augmentation exponentielle fut rapidement nommée Loi de Moore ou, compte-tenu de l’ajustement ultérieur, Première loi de Moore[1].
2. En 1975, Moore réévalua sa prédiction en posant que le nombre de transistors des microprocesseurs (et non plus de simples circuits intégrés moins complexes car formés de composants indépendants) sur une puce de silicium double tous les deux ans. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une loi physique mais juste d’une extrapolation empirique, cette prédiction s’est révélée étonnamment exacte. Entre 1971 et 2001, la densité des transistors a doublé chaque 1,96 année. En conséquence, les machines électroniques sont devenues de moins en moins coûteuses et de plus en plus puissantes.
3. Une version commune, variable et sans lien avec les énoncés réels de Moore est : « quelque chose » double tous les dix-huit mois, cette chose étant « la puissance », « la capacité », « la vitesse » et bien d’autres variantes mais très rarement la densité des transistors sur une puce. Ces pseudo « lois de Moore » sont celles le plus souvent diffusées, car elles fleurissent dans des publications grand public et sur de nombreux sites Internet. Leur seul point commun est donc ce nombre de dix-huit mois, qu’on ne trouve pourtant dans aucun des deux énoncés de Moore. (Sources…)

Je vous recommande également la lecture des sujets suivants


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hugues-André Serres 11511 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte