Magazine

Lecture : Des filles qui dansent de Stéphane Hoffman

Publié le 26 janvier 2009 par Xavaic
Des filles qui dansent m'a fait valser avant de se tenir tranquille entre mes mains. Rupture de stock inattendue dans chacune de mes librairies préférées ; Cet ouvrage n'a pas été édité en format de poche, m'a t-on instruit comme pour calmer mon empressement ( comme si ça devait signifier quelques chose ).
La prose de Stéphane Hoffman s'est donc fait espérer d'autant plus que l’ordre d’achat me venait du haut lieu, de ma chère mère émigrée au pays des oliviers qui avait été séduite par quelques critiques trouvées ici et là. Je trottinais donc derrière un livre dont je ne connaissais rien, mais qui avait pris beaucoup de valeur.
Puis Stéphane Hoffman s'est glissé entre mes mains un samedi et je dois dire qu’il s’est installé pour un bon petit bout de temps ; J’ai été séduite par le ton satirique de sa prose pour décrire les groupes sociologiques qui ont participé au divertissement de mon adolescence : Les truffions de Brière, les prolos de St Naz’, les snobinards de Nantes et les Baulois «m’as tu vu». L’auteur, né à Saint Nazaire, connaît bien les gens de la presqu’île guérandaise et de Brière ; Il permet au lecteur qui n’a jamais mit les pieds dans ces lieux d’en s’en faire une idée claire et vraie rapidement. Et en plus, il est fait ça avec humour. Stéphane Hoffman est très fort au jeu des portraits, j’ai d’ailleurs l’impression de m'être « cognée» contre tous ces énergumènes au moins une fois pendant mon adolescence, entre les vielles biques de la Baule et les Mahé de St Lyphard, les gars des chantiers de l’Atlantique et les jeunes étudiants friqués de Nantes, tant il excelle dans la description de ces clichés grossis à la loupe.


La trame étant dressée, le fil de l’histoire s’est ensuite déroulé… Sans surprises et assez vite. Point de départ de la baisse de régime : L’arrivée de Jérôme à la Baule !
La rencontre Camille / Jérome est bien vite torchée tout comme les débuts de leur relation… Et la fin du roman nous tombe dessus comme un cheveu sur la soupe ! La structure des personnages si bien construite ne tient pas la longueur dans le mouvement de l’histoire, d’ailleurs assez banale, comme si un cliché ne pouvait évoluer. Jérôme, notre jeune héros, prend des attitudes et une assurance que l’on n’attendait pas de son caractère tandis que les autres personnages perdent de leur vraisemblance. Peut être est-ce là une fleur offerte à ce jeune héros attachant et une pierre lancée à ces marionnettes grimaçantes qui l’entourent ? En tous cas, je ne l’ai personnellement pas bien apprécié.


Toutefois, beaucoup d’autres l’ont aimé, comme tu pourras le lire dans le blog «chez Clarabel» et l’écho donné au roman a été retentissant parmi les intéressés…
Et quand à ma douce maman, elle ne l'a pas encore lu !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Xavaic 33 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog