Magazine Politique

La chute d’une idole : les déclarations de Adel Imam sur Gaza

Publié le 26 janvier 2009 par Gonzo

On le voudrait, ne serait-ce que pour les victimes, pour qu’elles ne soient pas tombées en vain, mais l’après-Gaza sera-t-il différent ? En tout état de cause, il n’est pas certain qu’on perçoive, en dehors du monde arabe, l’ampleur des conséquences de ces trois semaines de bombardements, dans l’indifférence rigolarde du monde (voir photo ci-dessous). On s’en rendra compte plus tard de la rupture née de cette nouvelle injustice, celle qui sera peut-être de trop.

Adel Imam est cet acteur comique qui, depuis bientôt un demi-siècle, triomphe sur les écrans arabes. Et dans cette région où l’intérêt pour la politique n’est pas un luxe mais, dans certains cas, une question de survie, il représente, selon ses propres termes (article en arabe), un « parti politique indépendant ».

Pas toujours si indépendant que cela si l’on se rappelle ses déclarations lors du mariage du fils de Hosni Moubarak (voir précédent billet), mais incontestablement très populaire. Avec son humour canaille, sa gouaille de fort en gueule, Adel Imam illustre parfaitement une sorte d’archétype de l’« homme arabe moderne », à la fois viscéralement nationaliste et très critique vis-à-vis des pratiques religieuses excessives (comme dans son dernier film, Hassan et Morcos : voir cet autre billet).

Il se trouve qu’aux premiers jours des bombardements, alors qu’on ne mesurait pas encore sans doute toutes les horreurs à venir, Adel Imam a confié aux médias son point de vue sur les événements, en s’en prenant assez vivement aux manifestations de soutien dans le monde arabe à la population de Gaza, et plus encore au Hamas, coupable, par ses provocations, d’avoir déclanché la violence israélienne.

En s’exprimant ainsi, Adel Imam ne faisait qu’ajouter sa voix à toutes celles qui s’exprimaient dans les médias financés par le pouvoir saoudien notamment (la chaîne Al-Arabiyya, le quotidien Al-Sharq al-awsat par exemple, le quotidien en ligne Elaph, etc.), ces voix que les médias européens appellent les « Arabes modérés ». Des voix qui se sont visiblement abstenues de mettre trop d’obstacles sur la route d’un Etat israélien en pensant qu’il leur rendait un fier service en écrasant sous les bombes le nationalisme religieux du parti Hamas.

Mais la durée des bombardements sur Gaza, leur violence, le nombre des victimes, et d’autres facteurs sans doute (les images d’Al-Jazeera…), ont rendu totalement insupportables, et c’est peu dire, les déclarations du comique égyptien. Partout dans le monde arabe, les artistes et les intellectuels dans les journaux, les fans déçus par leur idole sur les sites internet, ont fait part de leur indignation. En Algérie, un groupuscule, proche d’Al-Qaïda paraît-il, a même prononcé une fatwa (article en arabe) rendant licite l’assassinat de la vedette égyptienne.

Celle-ci a profité de cette occasion pour revenir, tant bien que mal, sur ses propos et expliquer, tantôt que le Hamas était un mouvement de résistance légitime mais qu’il n’aurait pas dû se lancer dans une confrontation perdue d’avance, tantôt que ses critiques visaient en fait les Frères musulmans en Egypte et non pas les résistants palestiniens de Gaza (alors que les deux formations politiques sont pourtant fort proches idéologiquement).

Dans le même temps, le très officiel Syndicat des artistes a essayé de faire vibrer la fibre patriotique en évoquant les attaques de personnalités syriennes contre l’immense vedette nationale… Mais ce contre-feu n’a pas suffi et même dans la presse cairote, on n’a plus peur de critiquer ouvertement le zaïm, semble-t-il.

L’homme qui a eu le courage de rompre le siège de Beyrouth (par les armées israéliennes) en 1982 et qui a chassé quelques années plus tard l’ambassadeur israélien venu assister à une de ses représentations au Caire, le réalisateur de comédies« engagées » telles que Al-sifâra fîl-‘imâra (article en anglais) où l’on voit un simple citoyen découvrir la réalité de la politique israélienne, celui qui a incarné pour l’opinion populaire un certaine conception de l’arabité n’est plus aujourd’hui défendu que par les éditorialistes de la presse du Golfe (et ceux de France-Culture, Caroline Fourest en l’occurrence !)

A l’image d’un certain nombre de figures publiques de sa génération, Adel Imam - sans doute vaguement fidèle à ses idéaux de jeunesse mais de plus en plus « rangé des voitures » - a perdu le lien qui l’attachait à son public qui, islamique/islamiste ou non, se sent solidaire d’innocents sous les bombes.

On se demande aujourd’hui dans les médias arabes si le zaïm paiera ou non le prix de cette « trahison ». La réponse ne concerne pas que le sort d’une vedette vieillissante mais, en réalité, elle pose la question d’une cassure, irrémédiable, avec l’histoire des dernières décennies de l’arabisme.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Gaza, 29 décembre 2008

    Les notes et articles sur la situation actuelle de Gaza fleurissent en ce moment sur le web, que ce soit des traductions de journaux (anglophones ou arabophones... Lire la suite

    Par  Anom Yme
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Des barbares… à Gaza

    Dans la blogosphère francophone, la République des lettres est une référence. Alors qu’il est loin d’être insensible au monde arabe, son auteur, Pierre... Lire la suite

    Par  Gonzo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Une pensée pour Gaza

    Les occidentaux qui ont favorisé le "dialogue" avec les fondamentalistes musulmans et seulement avec eux, écartant le Fatah ou les avertissements des chrétiens... Lire la suite

    Par  Amaury Watremez
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Gaza: pour un mandat international

    Par Daniel RIOT L'offensive israélienne se poursuit. La Bande de Gaza coupée en deux. La ville de Gaza encerclée aux trois quart et pilonnées. Le Hamas menace d... Lire la suite

    Par  Danielriot - Www.relatio-Europe.com
    EUROPE , POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Gaza : le carnage sexagénaire

    L’autorité palestinienne est exsangue. Le peu de pouvoir qui lui reste devient de moins en moins légitime, car la position du Fatah et de Mammoud Abbas ressembl... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Gaza guerre de com'

    La traditionnelle guerre de communication amène les uns à refuser que la presse filme, les autres à transformer les uns en monstre.J'ai reçu récemment deux mail... Lire la suite

    Par  Yannriche
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Gaza : Israël révèle ses objectifs

    Plus de deux semaines après le début des bombardements sur la bande de Gaza, le gouvernement israélien a enfin annoncé et quantifié ses objectifs : il ne... Lire la suite

    Par  Bravepatrie
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ

LES COMMENTAIRES (1)

Par Lihidheb mohsen
posté le 10 février à 19:22
Signaler un abus

Gaza, plus jamais ça

J’ai peur, j’ai peur, je le sens, Dans mes tripes, dans mon sang, Dans mon esprit, un frisson, De désarroi, des tourments.

J’ai peur pour touts les enfants, Les innocents, petits et grands, Arméniens, romains, afghans, Africains noirs, Africains blancs.

J’ai peur de la folie du Juif, Du taliban trop impulsif, Des théocrates inquisiteurs, Des technocrates fusilleurs.

J’ai peur des foules hystériques, Des décideurs froids et cyniques, Des arguments confectionnés, Dans les églises et les mosquées.

J’ai peur des lavages de cerveaux, Par les écoles et les journaux, Quand seule la haine prévaut Et l’homme devient un robot.

Y a-t-il une chance pour s’en sortir, Désamorcer, déconstruire, Cette terrible violence En perpétuelle croissance.

Par convertir toute religion, Et transformer les politiques, En amour, paix et passion, Pour Dieu, le juste et l’unique !!

Lihidheb mohsen Eco artiste Zarzis Tunisie 08.02.09

A propos de l’auteur


Gonzo 9871 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines