Magazine

L’Islande et nous

Publié le 26 janvier 2009 par Jfa

J’avais préparé ce post hier matin quand, dans l’après-midi, l’annonce de la démission du gouvernement islandais est tombée (Le Monde). Je le laisse néanmoins tel quel.

Certes, il n’est pas question de comparer la situation de l’Islande, en quasi-failllite et la notre. Pourtant, un certain nombre d’enseignements sont intéressants à anayser.

- Les banques islandaises ont toutes été privatisées en 2001 et, un peu comme en Russie, ou avec les “noyaux durs” balladuriens, ce sont des proches du pouvoir qui les ont récupérées. On a vu depuis comment cette “efficace” gestion par le privé a abouti à une spéculation engageant près de 10 fois le PIB de l’île et la socialisation des pertes de ces messieurs.

- La situation actuelle va se traduire par une “contraction” du PIB du pays de près de 10% en 2009, un déficit des comptes de plus de 22%. La monnaie a perdu 50% de sa valeur et l’inflation atteint les 18%. Le chômage, inexistant, devrait atteindre 10% de la population laborieuse d’ici 2010. Les ménages vont voir leurs revenus baisser drastiquement, beaucoup d’entre eux ont vu leurs économies s’envoler et ils devront s’endetter encore davantage alors que la faillite de nombreuses entreprises est en cours..

- L’Islande, à l’instar de l’Allemagne, est gouvernée par une coalition des sociaux-démocrates et des conservateurs. La popularité de ce gouvernement est tombée à 24% et les conservateurs qui sont majoritaires et au pouvoir depuis dix sept ans, refusent d’organiser de nouvelles élections en dépît du résultat catastrophique de leur politique.

- Pour la première fois, des manifestations relativement violentes se sont déroulées devant le Parlement: “La police, nombreuse mais inexpérimentée, étrennait ses boucliers transparents, bientôt dégoulinants d’oeufs qui s’y brisaient, maculés de fromage blanc” (le Monde, 23/01/09, republié depuis ), au cours d’une manifestation qui dura près de 15 heures”. Le journal enchaîne: “Quant au président de la République, Olafur Ragnar Grimsson, surnommé “la claque” pour son soutien immodéré à ces investissements hasardeux à l’étranger qui ont largement contribué à la ruine du pays, il est resté totalement silencieux”.

- On assiste, parallèlement, à la floraison de mouvements, rassemblements, regroupements appelant au renouvellement d’un personnel politique honni et failli.

- L’Espagne, l’Angleterre , pour ne citer que deux de nos voisins immédiats, sont actuellement au bord de la banqueroute et, contrairement au discours officiels, la crise proprement financière n’est pas terminée, de nouvelles faillites de banques et de compagnies d’assurance risquent de se produire dans les semaines et les mois qui viennent.

- “Nicolas Sarkozy, Chef de l’Etat et de l’UMP”. La Mouette.

- “BNP Paribas rattrapée par la crise”. Le Monde.

- Les Cyops ? Ques aco ? AgoraVox.

- Revaloriser le travail, pas à la Sarkozy mais sur la feuille de paye, condition première du retour de la croissance. Le Monde.

- “L’UMP veut sancitonner les abus de grève”. NouvelObs. A quand des demandes de sanctions pour les abus de licenciement et, en période de crise, des abus de dividendes aux actionnaires ? 

“Le temps de la démocratie”. Le Monde.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jfa 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte