Magazine Environnement

Le télétravail bon pour l'environnement

Publié le 27 janvier 2009 par Benjamin Tolman
Terre Agrandir l'image

France - Un projet de loi a été déposé à l'Assemblée Nationale pour faciliter le recours à cette forme de travail dans laquelle les salariés n'ont plus besoin de se rendre physiquement au sein de leur entreprise. Ses défenseurs y voient une "aubaine écologique".

Ce projet de loi a été déposé le 31 octobre 2008, suite au Grenelle de l'Environnement. A cette occasion en effet, un amendement avait été voté afin d'encourager le recours au télétravail dans le cadre de la protection de l'environnement.

Jean-Pierre Decool, député-maire de Brouckerque, est à l'origine de cette proposition de loi, avec Serge Le Roux, vice-président de l'association française du télétravail et des téléactivités, et Bernard Gérard, député-maire de Marcq-en-Baroeul, entre autres. Déjà 70 signataires parmi les députés, mais Jean-Pierre Decool entend accélérer la cadence. C'est pourquoi il interpelle aujourd'hui Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'État chargée de la Prospective et du Développement de l'économie numérique, afin que cette proposition soit inscrite à l'ordre du jour de l'Assemblée très prochainement.

Il explique : "Lors de l'examen du Grenelle, tous les bancs de l'assemblée, ce qui n'est pas courant, ont voté un amendement incitant le gouvernement à favoriser le développement du télétravail pour limiter la pollution." Cette proposition de loi s'appuie sur le retard de la France en matière de télétravail. Une forme d'organisation qui permet aux salariés de travailler depuis chez eux ou au sein de plates-formes équipées proches de leur domicile. Or, si le pourcentage de travailleurs ayant recours à ces plates-formes équipées en TIC (Technologies de l'information et de la communication) au moins une fois par semaine atteignait en 2006, 25,4 % aux Pays-Bas, 22,8 % en Allemagne, en Finlande et au Danemark, plus de 15 % en Italie et au Royaume-Uni, il n’était que de 6 % en France. Ce retard ne rend pas service à l'environnement, estiment les instigateurs du texte.

L'un de leurs arguments repose en effet sur les économies réalisées en terme de déplacements puisque le télétravail est, par définition, destiné à rapprocher le lieu professionnel du domicile : "Le télétravail est un moyen de réduire de manière significative les émissions de dioxyde de carbone par la suppression de milliers de trajets domicile-travail-domicile quotidiens. Il pourrait aussi résoudre les problèmes de stationnement."

Cette proposition de loi préconise de mettre en place pour les entreprises des réductions d'impôts à hauteur de 50 % sur les investissements en matériel et attire l'attention sur les économies financières et temporelles réalisées par les salariés.

Si l'aspect environnemental est mis en avant, il n'est pas le seul champ touché, puisque le droit et l'organisation du travail et des salariés sont également concernés.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Benjamin Tolman 12180 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte