Magazine Politique

L'hérétique écrit au Très Saint-Père

Publié le 27 janvier 2009 par Lheretique

J'avais annoncé que je le ferais, et je l'ai fait : j'ai écrit au Pape Benoît XVI. Et en latin, s'il vous plaît. Mille mercis à Cicéron, dont je me suis librement, mais très très largement inspiré, pour écrire ma lettre.  La traduction de la lettre figure en-dessous du texte en rouge. Je ne voulais pas laisser passer l'ignominie de l'archevêque de Saint-Domingue.

Caesar Borgia, hereticus dictus, Maximo Pontifici salutem dat,

Quod erat optandum maxime, Sanctissime Pater, et quod unum ad invidiam tuae Curiae infamiamque uni cardinalis sedandam maxime pertinebat, id  humano consilio oblatum tibi summo Ecclesiae tempore videtur.Inveteravit enim iam opinio perniciosa Ecclesiae, tibique periculosa, quae non modo apud cahtolicas gentes, sed etiam apud exteras nationes, omnium sermone percrepuit:

his iudiciis quae nunc sunt, perniciosum cardinalem, quamvis sit nocens, neminem posse damnari. Nunc, in ipso discrimine tuae auctoritatis justitiaeque, [reus] in iudicium adductus est Nicolaus Lopes, homo sermonibus de feminis omnium iam opinione damnandus ! Huic ego causae, Maxime Pontifex, actor accessi, non ut augerem invidiam Ecclesiae, sed ut infamiae succurrerem. Adduxi enim hominem in quo reconciliare existimationem cardinalorum amissam, redire in gratiam cum genere humano, satis facere exteris nationibus, posses; adduxi labem atque perniciem Res publicae Dominicae. De quo si tu vere ac religiose iudicaveris, auctoritas ea, quae in tibi remanere debet, haerebit; sin istius ingens pernicies et infamia religionem veritatemque perfregerint, ego hoc tam adsequar, ut iudicium potius Ecclesiae, quam aut reus iudice, aut accusator reo, defuisse videatur.

Quo usque tandem Nicolaus Lopes abuterit patienta nostra ? quam diu etiam furor iste suus feminas eludet? quem ad finem sese effrenata iactabit audacia? O tempora, o mores! Curia haec intellegit. Summus Pontifex videt; hic tamen discurrit. Immo vero etiam in Vaticano venit,  notat et designat oculis ad caedem unum quamque  feminarum ! Quomodo ? Nunc iam aperte feminarum generem universam petit, vitam omnium uxorum, solas et innocentes puellas [denique] ad exitium et vastitatem vocat : eas quae impudice aut immodeste vestiuntur contumeliam iniuriamque merito accipere dixit !

Augustinum Hipponensem testor (de octo Dulcitii quaestionibus) :

Hoc si ita est, fatemur istos laudabili caritate conari ut omnes indiscrete admittantur ad baptismum, non solum adulteri et adulterae contra sententiam Domini falsas nuptias praetendentes, verum etiam publicae meretrices in turpissima professione perseverantes [...].

Caesar Borgia, hereticus dictus, scribebat a.d. VIII Kalendas Februarias MMIX

César Borgia dit l'hérétique te salue, ô Souverain Pontife,

Ce qu'il y a de plus souhaitable, Très Saint Père, et qui seul peut faire cesser l'indignation envers ta Curie et le déshonneur d'un unique cardinal, cela t'est offert par une résolution humaine, dans une circonstance critique pour l'Église.

En effet, une opinion négative de l'Église s'est enracinée, Très Saint Père, néfaste pour toi, et elle retentit dans les discours de tous, non seulement auprès des Catholiques mais aussi auprès des autres peuples : on dit que dans les jugements, aujourd'hui, aucun cardinal ne peut être condamné, quand bien même il serait coupable. Dans ce moment même qui est critique pour ton autorité et pour la justice, Nicolas Lopes est mis en accusation, un homme condamnable, de l'avis de tous, pour ses propos sur les femmes.

Dans cette histoire, Souverain Pontife, je suis l'accusateur, non pour accroître la haine envers l'Église mais pour la défendre d'une infâmie.

Je t'amène en effet un homme contre lequel tu peux recouvrer l'honneur perdu des cardinaux, revenir en grâce auprès du genre humain et donner satisfaction aux nations étrangères. Je t'ai amené la souillure et la ruine de la République Dominicaine.

Dans cette affaire, si tu rends un jugement juste et pieux,  cette autorité qui doit rester en toi, sera affermie ; si au contraire, l'immense perversité et l'infâmie de ce triste sire viennent à bout de la vérité et de la foi, j'aurai au moins montré que c'est le jugement qui a manqué à l'Église plutôt qu'un accusé  au juge ou un accusateur à l'accusé.

Jusques à quand, enfin, Nicolas Lopes abusera-t-il de notre patience ? Combien de temps encore sa rage se jouera-t-elle des femmes ? Jusqu'où s'emportera son audace effrénée ? ô temps, ô moeurs ! La Curie comprend ces choses. Le Souverain Pontife les voit. Et pourtant, celui-là discourt...Et il vient même au Vatican, observe et désigne des yeux celles des femmes dont il veut la perte ! Comment ? Il s'en prend désormais ouvertement à tout le genre féminin, à la vie de toutes les épouses et appelle au malheur et à la mort d'innocentes jeunes filles : il a dit que celles qui s'habillaient sans pudeur ni modestie méritaient les pires outrages !

Je prends à témoin Augustin d'Hippone (huit questions de Dulcitius) :

S'il en est ainsi, nous rendons hommage à ceux qui par charité s'efforcent de faire admettre au baptême non seulement l'homme et la  femme adultères qui déclarent frappées de nullité leurs noces, en dépit de la sentence de Dieu, mais aussi les prostituées qui persistent dans leur turpitude.

César Borgia le 25 janvier 2009


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lheretique 7491 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines