Magazine Cinéma

"Slumdog millionaire"

Par Loulouti

Un peu comme le héros du film de Danny Boyle, c’était écrit je devais voir "Slumdog Millionaire" aujourd’hui et je ne regrette pas une seconde d’avoir fait le déplacement et d’avoir consacré deux heures de mon temps à ce long métrage unique, hors normes qui nous plonge au cœur d’un monde non conventionnel.

Jamal Malik (Dev Patel) est un modeste employé d’une compagnie qui vend des forfaits téléphoniques dans la ville de Mumbai (Bombay). Le jeune homme se retrouve la star du jeu télévisé "Qui veut gagner des millions ?". Il a répondu à l’avant dernière question et se retrouve à la tête d’une fortune de 10 millions de roupies.

La question suivante doit lui permettre de doubler cette somme mais Jamal est arrêté par la police pour tricherie puis battu et torturé. Mais peu à peu une relation de confiance s’installe entre lui et l’inspecteur qui mène l’enquête. Jamal raconte son enfance de gamin des bidonvilles de Mumbai. En compagnie de son frère Salim il a fait les 400 coups et a rencontré l’amour de sa vie, Latika.

Les réponses aux questions posées par l’animateur de "Qui veut gagner des millions ?" se trouvent dans ce parcours personnel semé d’embûches. Jamal arrivera-t-il à triompher ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet permettez moi d’évacuer une polémique d’entrée et de ne plus y revenir. En Inde des membres d’une association d’habitants du plus grand bidonville d’Asie, Dharavi, ont porté plainte car le film de Danny Boyle donnerait une mauvaise image de ce quartier de Bombay.

Je dois dire que je trouve cette position très malhonnête. Je trouve le regard du cinéma britannique on ne peut plus juste. Sous couvert d’une œuvre de fiction, le metteur en scène nous présente un pays dont une part non négligeable de la population vit dans le dénuement le plus total, un état gangrené par les querelles religieuses sans fin, une nation qui sert de poubelle aux états occidentaux industriellement développés.

La charge est violente aussi contre les gouvernants indiens qui sacrifient des zones d’habitation (d’infortune) ancestrales au profit d’opérations immobilières juteuses. Si un combat devait être mené de manière juste, la cible devrait être plutôt les personnes qui tirent les ficelles dans un pays à la pointe du progrès dans de nombreux domaines mais toujours ralenti par des us et coutumes d’un autre temps.

Le mérite de Danny Boyle est justement de rende hommage à l’Inde au travers d’un conte de fées contemporain et d’une belle histoire d’amour. Son regard n’est pas empreint de condescendance. Sa vision est colorée, riche de milles nuances et tons. De l’image se dégage aussi une multitude de senteurs agréables que l’on sen sent poindre à chaque coin de rue.

Le cinéaste évite l’écueil du misérabilisme avec talent. Sa mise en scène accepte l’idée que la misère existe mais aussi que l’espoir est possible. Jamal devient le champion des laissés pour compte, l’empereur des exclus. Danny Boyle transcende bien des clichés même si son film est sans concession quand il met en scène le trafic d’enfants, la mendicité apprise et pratiquée comme une profession par les plus jeunes.

Le tour de force de Danny Boyle est de mélanger des styles de mises en scène. Son découpage du long métrage,  le rythme effréné de certaines séquences, la dramaturgie du jeu télévisé font très "européens". Le réalisateur instaure une tension permanente qui nous visse à notre fauteuil.   

Inversement le réalisateur britannique donne une pâte indienne, une couleur locale à son film en employant des codes culturels made in Bollywood. La séquence finale à la gare de Mumbai en est l’exemple le plus frappant. La chorégraphie lumineuse est la cerise sur le gâteau "Slumdog Millionaire", la touche finale qui nous éblouit littéralement.

La musique du film est au croisement de ces différentes influences et de ces univers. Les airs traditionnels venus de la péninsule indienne se mélangent harmonieusement avec des rythmes et tempos électroniques du plus bel effet. L’osmose est parfait.

L’œuvre de Danny Boyle raconte une histoire assez simple mais la construction en deux pôles bien distincts, à savoir l’enfance et l’adolescence de Jamal d’une part et le présent du jeune homme d’autre part, rend le film passionnant d’un bout à l’autre. Le suspense est constamment et le spectateur se prend au jeu (télévisé) si j’ose dire.

Les relations entre les deux frères bénéficient d’un traitement en profondeur. Nous partageons avec bonheur le destin particulier de ces deux gamins qui perdent leur mère très tôt dans un pays ravagé par de stupides et inutiles conflits religieux sans fin. Des gosses qui arnaquent des touristes occidentaux pour s’en sortir, qui volent mille et un objets pour alimenter une économie parallèle informelle. Mais les chemins des deux adolescents se séparent le jour où Salim s’enfonce dans la criminalité.

L’idylle entre Jamal et Latika est le fil conducteur du film. C’est pour retrouver la jeune femme que Jamal s’est inscrit à "Qui veut gagner des millions ?". L’amour est pur, profond entre les deux êtres. Danny Boyle nous conte avec pudeur et retenue cet amour empreint d’innocence et de candeur.

Le spectateur en prend plein les yeux. Danny Boyle nous passionne avec ce long métrage atypique, très difficile à classer. L’adaptation des poèmes de Vikas Swarup, "Les fabuleuses aventures d'un indien malchanceux qui devint milliardaire" nous plonge au cœur d’une comédie, d’un drame et d’un thriller à la fois.

Le charme opère car le long métrage nous propose une vision originale de l’un des géants du monde contemporain. Nous allons au-delà des clichés et des idées reçues pour côtoyer un pays fait de mille paradoxes, un état continent tourné résolument vers l’avenir mais qui paye encore un lourd tribut chaque jour à des rancunes meurtrières nées de la nuit des temps.

Dev Patel, jeune acteur indien, apporte de l’innocence et de la fraîcheur dans sa composition du jeune Jamal. La détermination du personnage brise toutes les barrières et l’application du comédien surprend agréablement bien.

La beauté de la ravissante Freida Pinto (Latika adulte), véritable visage d’ange, éclate à l’écran. Sa présence apporte une certaine douceur au long métrage.

Par nature je sus très méfiant à l’égard des productions cinématographiques qui sont couverts d’éloges et reçoivent ici ou là des récompenses lors de festivals mais "Slumdog Millionaire" appartient à la race des œuvres qui emportent l’adhésion des professionnels et du public. Le dernier né de Danny Boyle n’a pas fini de faire parler de lui tant le long métrage innove et apporte de la fraîcheur à un cinéma sclérosé par les préquelles, séquelles et remakes de tout poil.

Allez voir "Slumdog Millionaire" sans retenue.

Oui c’est mon dernier mot.




Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Loulouti 213 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine