Magazine Entreprendre

Entrepreneuriat et networking

Publié le 27 janvier 2009 par Youssef Rahoui

Tant que l'on est salarié, on est un membre actif du milieu professionnel dans lequel on évolue. Du moment que l'on devient entrepreneur, les intérêts propres à l'aventure et la charge de travail en éloignent inévitablement. De là la proverbiale solitude de l'entrepreneur.

Je n'ai pas fait exception. Mais, avisant le danger, j'ai essayé de le prévenir de plusieurs façons.

En premier lieu, j'ai organisé des déjeuners ou des dîners avec nombre de personnes avec qui j'ai été en bonnes relations professionnelles durant ma carrière. C'est nécessaire, sympathique et cela permet de rester aux nouvelles. Cependant, parce que tributaire des disponibilités de chacun, c'est irrégulier… et à la longue coûteux.

Il y a également les salons professionnels : E-marketing Paris, le salon de la micro-entreprise, le salon des entrepreneurs, VAD Expo… C'est un bon moyen de détecter de nouvelles tendances, de faire la connaissance d'acteurs que l'on ne connaît pas ou de retrouver des personnes avec qui on été en relation professionnelle. Ces salons sont de plus généralement gratuits. Cependant, ces événements sont trop espacés et les relations y sont trop orientées business (ce qui compréhensible : les exposants payent chèrement leur place) pour pallier notre problème.

Je suis bien adhérent à l'association des anciens élèves de l'école où j'ai fait mes études, mais je n'ai participé qu'une fois à un de ses événements. La dimension consanguine me rebute passablement.

Aussi ai-je exploré la voie des événements dédiés au networking. J'ai participé à deux soirées organisées par Soirée Networking. Bof. Soit, les lieux, généralement voisins des Champs-Elysées, sont luxieux ; mais cela tend à guinder les choses. Le prix d'entrée de 15 à 25€ n'arrange rien : on devine nombre de participants anxieux de rentabiliser leur investissement. On ne m'y reverra pas.

J'ai également essayé une fois le Club 3.0, dont la caractéristique est de ne compter pour membres que des trentenaires. Ils se réunissent habituellement… le trente de chaque mois et la cotisation est de… trois euros. Le principe est d'inviter un trentenaire à succès et de lui poser des questions. Sympathique mais, selon mes critères, pas assez spécifique.

Les Entreprenautes Associés est un club d'entrepreneurs du Web qui se réunit de façon informelle une fois par mois environ au restaurant L'Assassin. Il ne faut que s'inscrire à leur groupe Facebook, guêter le prochain événement et s'y rendre. Pas de droit d'entrée : on dîne à la bonne franquette en compagnie de confrères, voilà tout. C'est bien sympathique et intéressant. J'y participerai de nouveau, quoique je préfèrerais que ce soit plus fréquent et à l'heure du petit-déjeuner ou du déjeuner.

DreamShake est une place de marché où rêveurs et exauceurs de rêves se rencontrent. Belle idée, et qui rencontre un franc succès. Les deux fondateurs ont prolongé ce service dans la réalité en organisant tous les deux mois je crois des Dreams Apéros : rencontres en soirée autour d'un verre dans un café-restaurant parisien. Thématiques, je me suis rendu à celui consacré aux entrepreneurs. Ambiance animée et conviviale mais l'événement est trop rare pour pouvoir tisser des liens, développer un réseau. J'y retournerai néanmoins.

Heureusement, il y a l'Open Coffee Club ! Lancé à Londres en 2007, ce concept a essaimé dans plus de 80 villes du monde. L'idée est simple, définir un lieu où entrepreneurs, investisseurs et toutes personnes évoluant dans le Web puissent se rencontrer chaque semaine de façon informelle. À Paris, cela se passe tous les jeudis de dix heures à midi environ au Café Elgi. C'est la formule idéale : nulle contrainte de venir ou pas, pas de droit d'entrée, on se mêle aux conversations indifféremment et sans difficulté. J'y vais en moyenne deux fois par mois. Parler de mon projet avec des investisseurs et des entrepreneurs m'a beaucoup fait avancer ; écouter aussi. Bref, je recommande on ne peut plus chaudement !

En conclusion, selon mon expérience, les meilleures formules sont celles qui sont ouvertes, informelles, gratuites, avec une thématique précise et se déroulant dans un endroit accessible.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Youssef Rahoui 1626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte