Magazine

Ploc, Ploc...

Publié le 22 novembre 2007 par Kdanse

...et Ploc. Vous avez mis le nez dehors aujourd'hui?
Alors vous serez sans doute sortis sans oublier de vous munir de cet ustensile ô combien utile dans ces circonstances, et ô combien encombrant et dangereux. Je nomme ici, notre bon vieux parapluie.
Avez-vous déjà remarqué toutes les espèces existantes de cet engin?
Il y a les-riquiquis qui tiennent dans le sac, mais qui sont guères efficaces;
les unis, les fleuris, les imprimés à mémé,
les-qui-se-retournent et au moindre coup de vent vous avez l'air malin;
les racornus, les biscornus, les rafistolés, les débraillés,
les-qui-font-trois-mètres-d'envergure, qui peuvent être utiles si vous avez oublié le votre: suffit de suivre la personne qui le possède; les pointus, les enjolivés, les-au-nez-cassé...
Bref, je ne vous ferai pas ici un inventaire de l'espèce parapluviesque.

Là où ça se corse, c'est dans son utilisation. Si vous êtes seule sur le trottoir d'un grand boulevard, ça va. Mais quand il s'agit de se glisser dans des petites rues, parée de ce machin au bout du bras, et qu'évidemment, vous croisez plein de monde, ne me dites pas que l'opération est aisée.
Si vous croisez quelqu'un de vraiment plus grand ou plus petit que vous, ça passe. Mais quand vous vous retrouvez nez à nez avec une personne qui mesure à peu près votre taille, c'est la grande question du qui va avoir le courage de lever son parapluie et donc de se faire tremper? Et c'est là, que vous élevez votre bidule en même temps que la personne que vous croisez. Idiot.

Le soucis des rues étroites, ce n'est pas seulement le fait d'y croiser des gens, c'est d'essayer de se glisser avec son parapluie entre le mur et le poteau de signalisation, là, qui est planté en plein au milieu du trottoir. Hop, vous calculez bien et rapidement l'angle d'inclinaison du parapluie à adapter pour passer et ne pas vous faire mouiller ou vous payer l'eau de la rigole. A coup sûr vous restez coincé. Inutile de développer la scène qui suit.

Le parapluie peut s'avérer vraiment dangereux quand, la tête en l'air (j'ai bien dit la tête, pas le nez en l'air. D'ailleurs, c'est guère possible d'avoir le nez en l'air un jour de pluie), vous suivez automatiquement et d'assez près une personne elle aussi dotée de cet engin de malheur. Pour un peu que cette personne stoppe net sur le trottoir (m'énervent les gens qui font ça), bling! Vous recevez la baleine de son parapluie dans l'oeil. Là aussi, j'éviterai soigneusement de développer le sujet qui peut s'avérer houleux...

Enfin, une chose positive avec le parapluie. C'est qu'à force de le tenir à bout de bras, de vous bagarrer avec contre le vent et de jouer du "hissez haut" pour éviter tous les obstacles, ça vous fait travailler les bras et vous donnera après quelques pratiques du genre (non, je ne veux pas pour autant vous prescrire de la pluie), des biceps d'enfer!
Toutefois, pour des raisons symétriques, pensez à changer de bras régulièrement!

parapuie1
parapuie1
parapuie1


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kdanse 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog