Magazine Humeur

Groupama : Bonjour Cerise, Au Revoir Cerise!

Publié le 01 février 2009 par Mélina Loupia
Tout ce qu'on demande à une pub, enfin ceux qui lui demandent quelque chose, c'est qu'elle soit attrayante, accessible, et pour ma part, rapide.
Très.
Une image, un slogan, une musique.

Si le produit dedans correspond à un quelconque manque dans mes placards, alors je prends.

Sinon, je fais comme dans l'infanterie.

Et la plupart du temps, la seule chose qui me reste d'un écran pub, c'est tous ces refrains à la mords-moi-le-noeud dont les marques se sont servies à leurs crédits.

D'anciens tubes plein de poussière des années soixante-dix ou quatre-vingt, pour être sûr que nous, de la génération des super-consommateurs, ayons été bien ciblés, ou carrément de jingles débiles mais efficaces qu'on aurait presque tendance à chantonner en sourdine en poussant le caddie.

Aujourd'hui c'est dimanche.
Et le dimanche, la télé, elle a tendance à turbiner du réveil des enfants au coucher des parents.
Et quand en plus, dehors, il fait un temps de dépressif, autant dire que le tube cathodique ou le canon à plasma, il va sentir le cramé.

Alors la publicité, elle va se régaler.

Mais c'est qu'elle a déjà commencé à vrai dire.

Car depuis hier soir, aux alentours de vingt heures, comme de par hasard, l'heure où toute la famille nucléraire consomme en commentant l'actualité, Cerise, elle s'est invitée au dessert.

Cerise, elle est blonde.
Cerise, elle est jeune.
Cerise, elle a une robe blanche à pois verts.
Cerise, on dirait qu'elle a douze ans.

Pourtant, Cerise, depuis un an, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente, elle a pas un cheveux qui dépasse.
Avec Cerise, y a jamais de quoi.
Grâce à Cerise, que ta caisse vienne de flirter d'un peu trop près avec le platane, que ton séjour à l'hôpital te coûte le bras que tu as caché sous le plâtre ou quoi que ce soit d'autre de bien réjouissant comme tuile dans ta vie, tu finiras par lui dire merci.
Et Cerise, elle te répondra invariablement que y a pas de quoi.

Seulement voilà, comme on dit, trop bon, trop con.
Et qu'à force d'être trop gentille, Cerise, elle a pas fait assez rentrer de sous dans les caisses.

Toujours est-il que sans préavis, la Cerise, on nous l'a remplacée.

Hop. Comme ça.

Autant de l'ancienne à celle-là, on nous en avait cassé les rouleaux, qu'on allait nous la remplacer, de la brune à la blonde, que tu vas voir Cerise comment elle va te changer ta vie d'assuré.

Et bé là, queue d'ale Hannibal.

Ou alors, soudain Cerise a enfin eu ses règles alors on a pris sa grande soeur.
Ou sa jeune mère.
Ou la suivante dans le couloir, pendant le casting.

N'empêche, on aurait pu nous prévenir qu'elle était en CDD le Cerise.
Remarque, elle était peut-être encore à l'essai?
Peut-être qu'elle a manqué d'assurance pour l'entretien d'évaluation?

Ahah.

Putain, ça m'énerve...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mélina Loupia 93 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog