Magazine

France-Amerique, tout un monde de symboles: la Maison Blanche et le Palais de l’Élysée.

Publié le 27 janvier 2009 par Clal
L’un, originellement hôtel particulier du comte d’Evreux achevé en 1722 , l’autre décidée par George Washington et terminée en 1801 ; France-Amerique: le « Nouveau Continent » et la « vieille Europe », des présidents et des nobles (qui a parlé récemment de « rois fainéants »…)?
Image courtoisie Le Monde
Les fastes du palais de l'Elysee   

Image courtoisie www.whitehouse.gov

 Elegant design of the White house


Coté esthétique je préfère bien sûr les fastes des ors, argents, tapisseries et lustres d’antant, plutôt que l’imposant bâtiment blanc, fonctionnel et aéré. En ces premiers jours de la présidence d’Obama cependant c’est un autre contraste qui m’a frappée. Une maison et un palais: une maison où l’on accueille les gens, un Palais où l’on tient la cours. L’Elysée est ouvert à la population une fois par an pour les journées du patrimoine. La Maison Blanche elle peut être visitée (en partie) tout au long de l’année.


Fait intéressant Obama a poursuivi cette année la tradition des portes ouvertes lors de l’investiture (pauvre traduction de l’anglais « inaugural open house »). La tradition apparemment remonte à Thomas Jefferson en 1805 : ceux qui avaient assisté à la prestation de serment au Capitol l’avaient tout simplement suivi jusqu'à chez lui à la Maison Blanche, où il les avait reçus dans le salon bleu. La tradition fut poursuivie par ses successeurs même si les foules devenaient trop larges pour tenir confortablement dans la Maison Blanche. Grover Cleveland fit donc évoluer le rituel vers une revue des armées devenue depuis la traditionnelle parade le long du Mall (Pennsylvania Avenue qui court du Capitol à la Maison Blanche). Plus récemment, Clinton avait à nouveau tenu porte ouverte lors de son investiture en invitant quelque 2000 personnes. Obama lui a modernisé la pratique en invitant 200 personnes tirées au sort parmi les supporters qui s’étaient inscrits sur son site de campagne (tout a déjà été dit sur le brio avec lequel la campagne Obama a tiré profit des nouvelles technologies et organisé des mouvements locaux – « grassroot »).

Image courtoisie C-Span

Inaugural open house

Symboliquement Obama tient ainsi à faire de la Maison Blanche la Maison du peuple, lui qui a décidé de rester en contact avec le peuple maintenant qu’il est au sommet de l’Etat (dans la même lignée, il a insisté pour conserver l’usage de son Blackberry et pouvoir rester accessible– les services de sécurité ont dû accéder à sa requête mais ont renforcé la sécurité de son Blackberry). N’est-ce pas révélateur que seuls les medias européens (anglais et français pour ce que j’ai pu lire et entendre) aient couverts les portes ouvertes des Obama? En Europe, ce niveau d'accessibilité appartient aux nouvelles...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Clal 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte