Magazine High tech

[RUBRIQUE] Obsédé Testuel

Publié le 09 février 2009 par Livegen

Bienvenue dans cette nouvelle rubrique plus ou moins mensuelle (et en retard) au destin plus ou moins certain mais à laquelle on croit comme toujours dur comme fer, consacrée cette fois-ci aux tests en général. Chaque mois, à la louche, retrouvez donc :
- le résumé des analyses de LiveWii agrémenté de quelques commentaires et de liens voulus intéressants, pour compléter ou au contraire nuancer les avis de la rédaction
- une surprise nulle, mais c'est l'intention qui compte
- une rubrique judicieusement nommée Complément de test. Dans sa volonté de créer des déchirements au sein de la rédaction, accessoirement d'informer au mieux les lecteurs et de faire redécouvrir des jeux écrasés par les nouveautés, cette rubrique propose à un rédacteur n'ayant pas été le testeur initial d'un jeu de compléter ou nuancer les propos originellement publiés, avec le luxe du recul. Seuls les tests datant de plus de six mois seront donc concernés.
- les sorties à venir.
Notons enfin avant de commencer que toute personne commentant à propos des retards de nos tests ou de cette rubrique se verront interdire de toute fréquentation du site pendant 18 ans au bas mot, en sus de rentrer dans la liste noire du FBI. Toute vérité n'est pas bonne à dire.

source - http://img1.livegen.fr/00/00/18/97/0000189771.jpg
Ce mois de janvier écoulé sur LiveWii pourrait être qualifié de représentatif d'une tendance presque nouvelle dans le jeu vidéo : la descente des idoles passées et la montée en puissance de titres dit "indépendants". Mais nous ne sommes pas du genre à établir des conclusions aussi faciles et hâtives. Nous nous contenterons donc simplement d'enchainer deux paragraphes sur deux jeux distincts, l'air de rien, en sifflotant nonchalamment.
Dernière sortie du hérisson bleu le plus connu de la planète (oui c'est facile de s'inventer des catégories dans lesquelles on est forcément le meilleur, je sais), Sonic Unleashed restera au final un énième espoir déçu. Notre testeur maison, monsieur Game&Watch, a certes apprécié le jeu et retranscrit ce plaisir dans son article, nous n'avons noté de sa part aucune jouissance particulière qui serait normalement attendu avec un titre majeur mettant en scène une icône du jeu vidéo. Surtout quand ledit testeur a laissé son cerveau dans les années 90, à une époque ou Sonic ne rimait pas encore avec "barbituriques". En sortant de cette exagération grossière, on pourra se pencher sur le test anglophone de NintendoWorldReport, qui formule les mêmes remarques que mon collègue mais avec moins de tolérance. Rassurons-nous comme nous pouvons en notant que la version Wii du titre n'aura pas, comme c'est parfois le cas, été développée en tant que sous-version ; Gameweb nous le rappelle avec son test sur XBox 360.
A l'opposé du vieux briscard à la gloire (méritée) égratignée, on retrouve la surprise du chef, World of Goo. Déjà sélectionné par Ecrans.fr et primé plus officiellement aux Video Games Awards en tant que "jeu indépendant", terme qui ne signifie pas forcément tant de choses que ça mais bon ça fait classe quand même, le premier titre de 2DBoy se paie le luxe archi-convoité d'être encensé par la critique unanime de LiveWii. Effectivement, je suis unanime avec moi-même. Mais au-delà d'être un jeu qui permet d'étaler sa culturer dans les réunions de l'ambassadeur, au-delà d'être une œuvre à posséder pour ne pas être has-been du jeu vidéo, World of Goo est surtout une ode au travail extrêmement fignolé et au médium qui l'accueille. Tout en se payant le luxe d'être au moins aussi bon sur Wii que sur PC, voire plus si on en croit le test moins exotique mais plus complet de nos confrères d'Eurogamer (le terme "confrère étant o-bli-ga-toire pour se la jouer journaliste et montrer sa supériorité par rapport au bête lecteur).
Enfin, il serait indécent de ne pas rappeler la parution d'un test import, on applaudit bien fort l'exploit monumental, de Tatsunoko vs Capcom ; il serait injuste d'oublier un petit article à propos d'un petit jeu sans prétention au nom de Guitar Hero ; il serait inconcevable de ne pas se laisser rouler jusqu'au test de Skate It, malheureusement peu inspiré par un accessoire très peu répandu appelé, je vérifie mes fiches, Balance Board ; finalement, et sans ironie, il serait fort dommageable de parcourir la séance de torture proposée par Evath"SM"Cebor. Et si vous décidez d'enchainer avec les analyses des jeux Console Virtuelle que sont Wonder Boy, Vegas Stakes et 1080°, la rédaction de Livewii décline toute responsabilité concernant l'apparition d'éventuels troubles psychologiques (additionnels à ceux déjà existants).
source - http://img1.livegen.fr/00/00/18/97/0000189773.jpg


Pour ce premier bonus, parcourez si vous en avez encore la force le pilote de cette rubrique, qui concernait les tests parus en décembre.

source - http://img1.livegen.fr/00/00/18/97/0000189775.jpg
  (Liens : test d'Eurogamer ; le test ; Widgamer ; ici, et par là)

source - http://img1.livegen.fr/00/00/18/97/0000189772.jpg

Proposé par Yaka pour Super Monkey Ball Banana Blitz.
Connaissant le sentiment du testeur initial, il m'est facile de qualifier ce premier complément de test de correctif. Super Monkey Ball faisait partie de la première fournée de jeux parus sur la toute nouvelle console révolutionnaire de l'époque : l'excitation fut donc de mise, même pour des rédacteurs aussi consciencieux (et modestes) que nous. Avec le recul, il est alors évident que le manque d'exigence fut plus que notable. Ce jeu de déplacement d'une boule sur un plateau à l'aide des manipulations de la Wiimote avait certes pour lui un côté mignon et toujours rafraichissant, ainsi qu'une difficulté en béton armé, mais il avait surtout comme argument une parenté des plus dignes, qui malheureusement fut trompeuse. Car dans toute famille il existe un rejeton plus brouillon que les autres (vérifiez, c'est peut-être vous). Cet épisode Wii, clairement, se repose sur le concept de reconnaissance de mouvements sans faire le moindre effort. Seuls des angles d'inclinaison réduits sont finalement possibles ; passé quelques degrés, on se heurte à une sorte de mur de gameplay invisible. L'envie est là de pencher bien plus la manette, mais cela reste totalement vain. Toutes les manœuvres s'opèrent donc dans un espace tridimensionnel limité, résultant en une frustration omniprésente. On dirige en bougeant la main, certes, mais notre pouvoir reste limité et cela se ressent sur les possibilités, elles aussi limitées, offertes par l'agencement des niveaux. On aurait aimé adorer Monkey Ball, mais il n'aura servi qu'à découvrir le concept de la Wiimote et à ouvrir le bal des petites déceptions sur cette console. Dans le même genre, on ne pourra que trop conseiller Kororinpa, moins complet mais offrant de réelles sensation de contrôle et de plaisir. Ce qui, mine de rien, reste essentiel.

source - http://img1.livegen.fr/00/00/18/97/0000189774.jpg

La première semaine du mois de février a déjà vu les sorties de Lost in Blue 3, premier de la série des survival island sur Wii, le survival horror Project Zero 4, le survival oreilles Ultimate Band de Disney et le survivor du Gamecube Pikmin 1.

Suivront notamment (la liste complète des sorties est à cette adresse) :
13 Février 2009
Deadly Creatures
Naruto Clash of Ninja Revolution 2
20 Février 2009
House of the Dead Overkill
Cooking Mama World Kitchen
27 Février 2009
Rock Band 2
Family Ski & Snowboard
Tenchu : Shadow Assassins
Onechanbara : Bikini Zombie Slayers
Dead Rising : Chop Till You Drop
Mushroom Men : La Guerre des Spores


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Livegen 860 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte