Magazine Politique

Kouchner, bakchich etc...

Publié le 10 février 2009 par Dagrouik

La lecture de bakchich.info va donner des mots de crâne à la S.A Kouchner. Oui, j'écris S.A Kouchner, par ce que dans mon esprit, cet homme est devenue une entreprise et rien d'autre. C'est ce qui ressort de toutes ces informations qui affleurent ici ou là.

On se demande comment sa popularité extrême va évoluer au vu de tout ça. Surtout après les attaques contre une de ses collègues ministre, qui tenaient de l'odieux venant d'un nul comme lui. Moi j'ai un souvenir personnel de Kouchner, ça date de la campagne présidentielle de 2007. Il était venu au siège de campagne de Ségolène Royal pour faire un tchat avec les militants, il avait répondu à des questions et nous avait expliqué que Sarkozy c'était mal. Je résumé bien sûr, mais c'était l'idée.

Vous comprendre alors qu'on puisse avoir de la rancœur contre ce genre d'individu capable de mentir à des militants. Alors, se pose la question de l'honnêteté dont certains comme Laurent Fabius et Martine Aubry ont qualifié la S.A Kouchner. Personnellement  la question ne se pose pas au vu du comportement de ce mec en 2007, il fait campagne pour une candidate et rejoint ensuite l'adversaire. Un menteur est il honnête? Vaste débat pour les adeptes des questions sans fond.

L'illustration de ce billet vient de Michaelski, qui a un coup de crayon efficace. Le pauvre va devoir mettre à jour son dessin, et rajouter une ou deux nouvelles casseroles au coup du docteur K.

En effet selon bakchich la première grosse casserole viendrait du Kurdistan.

Mais Bakchich est en mesure de révéler que Kouchner, devenu ministre, a fait conclure au Quai d’Orsay un très gros contrat de santé publique au Kurdistan irakien au profit de ses proches amis. Et quel contrat ! Vingt-cinq jours de présence pour 275466 euros. Dont des per diem de 1150 euros par jour et par expert, deux fois plus que les tarifs conseillés par la Banque Mondiale (820 dollars, soit 630 euros).

Si ce que le site Web caustique raconte est vrai, cela risque de troubler un peu plus le docteur K. Cette fois-ci il passera par dessus le bureau à la TV dans un exercice cinématographique où il peut dire tout et son contraire en 2 minutes: C'est un diplomate ne l'oublions pas.
La 2e nouvelle casserole toujours selon Bakchich.info serait cette fois-ci  made in France. Et le ministre serait devenu hors-la-loiselon le caustique site Web d'information. Voilà ce qu'on y trouve: Le Docteur K serait toujours gérant de sa boite de consultant (B.K consultants) selon les statuts consultés le 8 janvier 2009. Et cela serait une violation de la constitution dont l'article 23, qui précise : « Les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat parlementaire, de toute fonction de représentation professionnelle à caractère national et de tout emploi public ou de toute activité professionnelle. »
Édifiant non ? J'attends la suite, mais il est clair que si ça ce confirme la S.A Kouchner deviendra un gros boulet au pied de Sarkozy. Et bien sûr on pourra alors se moquer des recruteurs de l'ouverture. A ce moment là , ces propos d'Autheuil deviendront cruellement d'actualité:

Surtout, comment être à la fois homme public, en charge de prendre une décision publique ou en situation d'influer sur elle, et consultant sur le même sujet, mais pour son compte ? Comment être juge et conseiller rémunéré d'une des parties ? Le problème, c'est que cette question dépasse largement le cas particulier de Bernard Kouchner. C'est même une véritable gangrène qui sévit au sommet de notre pays, avec des gens comme Alain Minc, qui ne vivent que de cela...


C'est bien ça le problème de la République Bananière: la confusion des genres à haut-niveau, mais c'est aussi ce qui la caractérise. Et pour changer ça, des regles éthiques ne suffiront pas. Il faudra passer à la vitesse supérieure.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dagrouik 2453 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines