Magazine Amérique du nord

Le Québec perd une guerre importante contre le Canada: choc interculturel

Publié le 10 février 2009 par Raymond Viger

Je suis présentement dans une formation avec Magazine Canada. Rien d’extraordinaire jusque-là. Sauf que je suis le seul francophone et le seul Québécois. Les autres participants proviennent de toutes les autres provinces du Canada. Un important choc des cultures se prépare.

Circulation school de Magazine Canada

Le thème de la formation est la circulation d’un magazine, c’est-à-dire notre lectorat, comme le rejoindre, comment le présenter aux annonceurs… Pour être efficace, la formation n’est pas que théorique, mais elle comporte un volet pratique. Divisé en équipe de quatre, je me retrouve avec Jennifer du Oyster Group de la Nouvelle-Écosse. Tout au long de cette semaine, nous allons travailler sur un magazine qu’il faut inventer et développer notre stratégie pour rejoindre nos lecteurs potentiels.

Magazine Famille, Santé et Alimentation

Nous travaillons sur un magazine sur la santé. Au départ, je réussis à influencer le groupe et l’objectif est de rejoindre la famille complète. Notre créneau sera les enfants à l’école et les grand-parents. Le nom du magazine est My Healthy Family. Des activités seront planifiées pour que nous soyons dans les écoles et dans les centres pour retraités, réunissant de nouvelles familles autour de la santé et des activités familiales. Un journaliste sera l’accompagnateur pour faire des reportages sur ces activités.

Changement de vision

Une rencontre en mon absence est planifiée. Un des instructeurs de Magazine Canada, Faith, est le patron de Jennifer. L’équipe commence à avoir peur de ma stratégie qui sort de l’ordinaire. Au lieu de viser la famille de 10 à 95 ans, nous nous retrouvons avec un concensus autour des parents, 30 à 40 ans. Le nom du magazine devient Fit Family.

L’argumentation principale pour se changement drastique a été de dire que ma théorie qui pourrait être bonne pour le Québec en français ne s’applique possiblement pas pour le Canada Anglais. De plus, vu que le patron de Jennifer est présent, pas question de prendre des risques et sortir de la norme. L’équipe va se contenter de dépenser 400 000$ en louant des listes de noms pour faire du marketing direct.

Sniff! Sniff! Mes idées qui ont commencées par faire Wow, font maintenant Wo! Parce que ce n’était qu’un exercice qui ne durait que quelques jours, j’ai dû plier l’échine et laisser mes collègues ponctuels gagner leur point. Dans la vraie vie, je n’aurais jamais accepter cette défaite. Je commence à comprendre ce que René Lévesque a vécu lors de la nuit des longs couteaux.

Grand-père francophone et anglophone

Nous ne saurons la fin de cette histoire que lorsque notre organisme publiera un magazine en anglais et que nous aborderons le marché canadien. Un grand-père francophone du Canada? L’histoire est à suivre.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte