Magazine

Ennemi public

Publié le 21 janvier 2009 par Lounes75
Ennemi public est une pièce de théâtre créée en 1999 et consacrée la meilleure pièce hongroise de l' année .Son auteur Istvan Tasnadi ,né à Budapest en 1970 ,est un des principaux représentants de la nouvelle génération du théâtre hongrois .Il a réalisé une adaptation dynamique de la nouvelle de Von Kleist intitulée " Michael Kohlhaas .La traduction française est de Françoise Bougeard .Un bon nombre des textes de Tasnadi ont été mis en scène par Arpad Schilling , primés et joués dans de nombreux festivals internationaux , à la MJC de Bobigny également . Résumé : Un étalon et une jument racontent la révolte de leur maître , Michael Kohlass, ainsi que leur propre mésaventure .Ils vont jouer le rôle de conteurs et vont faire revivre les évènements qui se sont déroulés les vingt derniers mois à partir d'un incident sur une route à la frontière du Brandebourg et de la Saxe , dans l' Allemagne du XVe siècle . De la malle sortiront les différents personnages de la reconstitution . Leur maître, un marchand de chevaux compétent , estimé de tous , pacifique jusqu'alors , son valet Herse, et la milice au service du nouveau seigneur local , le baron Venzel .En brutes avinées qui se respectent, ils font appliquer de nouveaux règlements féodaux, de la façon la plus arbitraire et humiliante qui soit . Nos deux chevaux conteurs sont laissés en otage et deviennent les souffre-douleur de nos brutes épaisses . Ils chantent leur calvaire en vers ponctués par le refrain suivant : "Ah capitaine , comme je te cognerais" Pendant ce temps , leur maître s' épuise à tenter de défendre son bon droit devant la justice , fait l' expérience de sa vénalité , vend ses terres . Son épouse meurt à l' occasion d'une ultime démarche auprès du prince . Il ne lui reste plus qu'à rentrer dans la rébellion armée , entraînant derrière lui une population de plus en plus nombreuse . La pièce nous raconte donc une révolte individuelle devenue collective , un soulèvement paysan comme en connut tout le XVIe siècle européen . La fin en est tragique , un dernier piège se referme sur lui . Notre marchand de chevaux est un représentant emblématique de la révolte populaire contre l'injustice, les privilèges , et le personnage de Luther, le symbole de la manipulation des consciences ,ses beaux discours et son petit livre rouge à l' appui !! Kohlass , dans la dernière confession qu'il demande à faire devant Luther déclare avoir péché d'avoir cru dans la loi , dans l'enseignement moral de la Réforme , enfin d'avoir accepté la parole du prince . Commentaires : L'humour est l'instrument privilégié de la distanciation mise en place pour rendre supportable l'extrême cruauté du récit .Le spectacle de l' horreur se mêle au comique le plus grotesque dès le premier tableau . Ce dernier montre une écorcherie à Dresde , des crochets sanguinolents au plafond et deux chevaux sur le devant de la scène , assis sur une malle , en habits pitoyables . le cocasse de leur humanisation est entretenu toute la pièce , à travers des querelles de vieux couple, des scènes de jalousie et de coquetterie . Le cheval préfère philosopher doctement , plutôt que de regarder en face la fin qui les attend . "tu seras une saucisse hautement consciente , une terrine de doctrine, un aspic philosophique." Tous les actes de violence mentionnés sont exercès à l'encontre de légumes .Tous ces artifices , dont les intermèdes musicaux , habilement traduits par Françoise Bougeard contribuent à désamorcer la charge tragique et violente de l'intrigue . Nous avons aimé .

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lounes75 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog