Magazine

l'enchanteresse de Florence

Publié le 02 janvier 2009 par Lounes75
Début XVIe siècle ,un jeune Florentin qui se fait appeler Mogor dell Amore arrive à la cour d' Akbar , le grand Moghol, digne descendant de Gengis Khan au coeur de l' Hindoustan . Début XVIe siècle, un jeune Florentin qui se fait appeler Mogor dell Amore arrive à la cour d' Akbar, le grand Moghol , digne descendant de Gengis Khan au coeur de l' Hindoustan . Il est revêtu d'un costume d' Arlequin , magicien, et conteur d'une folle histoire qui pourrait lui apporter la gloire ou lui coûter la vie . Il prétend être le fils de l' enchanteresse de Florence , femme aux destins multiples . Cette princesse oubliée , la princesse aux yeux noirs Gara Köz ,dont la beauté sans pareille fit basculer le destin d'un empire serait peut-être la mère du voyageur florentin et la grand tante disparue du roi moghol . A la cour de la cité impériale,le jeune audacieux se hisse très vite à un rang élevé . Il fait revivre le destin fabuleux de sa prétendue mère et nous transporte de l'Inde aux portes de l' Afghanistan,en Perse, en Turquie, puis à Florence en pleine révolution .Un coup d'état vient de faire tomber la jeune république et revenir au pouvoir la famille Médicis. On y frôle le souvenir terrible de Savonarole,on y côtoie le clan des Vespucci et de Machiaveli dans un chassé croisé entre fastes européens et songes orientaux . Par le biais de récits enchâssés aux multiples miroirs , au prix de détours et de revirements sans cesse accomplis ,son histoire secrète nous est peu à peu dévoilée . Commentaires : Tous les ingrédients de l' exotisme et du conte oriental sont présents :harems,splendides princesses,palais enchantés,sortilèges et empoisonnements ,érotisme et sensualité .Nous sommes plongés dans l' univers des mille et une nuits . Mais le récit de Mogor nous ramène également en Occident , au coeur de la Renaissance italienne et de l' Humanisme florentin . En définitive, Orient et Occident se mêlent pour ne former qu'un seul espace , qui rejoint également le Nouveau Monde . Le conte oriental se fait également conte philosophique. Akbar est un despote éclairé qui réfléchit sur lui-même et sur la transcendance divine . A Sikri , il a instauré la tolérance religieuse et se demande si les dieux ne sont pas uniquement des créatures de l' homme . Se dessine ainsi le rêve d'un monde sans fanatisme religieux.L' auteur nous livre également une reflexion sur les pouvoirs de l' imagination et de la fiction .

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • L’année numérique

    L’année numérique

    Depuis 2009, voici l'exercice de recul sur l'année numérique écoulée avec projection sur l'année qui commence. Cette année 2020 a accéléré la transformation... Lire la suite

    Par  Davidfayon
    HIGH TECH, INTERNET, WEB2.0
  • Cake au café et aux dattes

    Cake café dattes

    Une recette qui réchauffe ( recette de notre amie Diane, Québécoise gourmande )ce cake vient à point nommé pour le dessert du soir, en regardant tomber la... Lire la suite

    Par  Annickb
    CUISINE, RECETTES

A propos de l’auteur


Lounes75 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte