Magazine

Pinocchio

Publié le 02 décembre 2008 par Lesabattoirs

Vernissage ce vendredi 5 décembre 08 à partir de 18h de l’exposition “Pinocchio”, dernier volet du cycle d’expositions “2008, une année Saura”.

Il était une fois un morceau de bois, tout ce qu’il y a de plus courant, qu’un maître charpentier trouva un jour dans son atelier. » Ainsi commence le célèbre conte, anticipant, par cette simple phrase, sur un destin marqué par la matière même de son origine.

Tous les livres pour enfants contiennent une certaine dose de cruauté et de tragédie ; dans Pinocchio, l’évidence de la situation décrite et l’existence malheureuse du protagoniste principal se doublent d’un dessin exceptionnel dû à sa condition originelle : une marionnette de bois miraculeusement imprégnée de caractéristiques humaines. Sa destinée, absolument unique, n’est pas de devenir un être humain, mais de nous montrer par le biais de sa pathétique impossibilité à le devenir, dans sa différence même, dans sa dimension biologique différente, le reflet de notre propre condition.

Dans sa dimension imaginaire, la vie minuscule et fragile de Pinocchio, tout de douceurs et d’aspérités, de polychromie resplendissante et d’échardes traîtresses, ressemble, en modèle réduit, à celle d’un solitaire chevalier errant, qui n’est pas encore un justicier, surpris par le vaste monde, à la recherche d’un peu d’affection et d’amitié. Aucun autre conte pour enfant ne pourra refléter avec autant de justesse « le sadisme de notre enfance » a dit Terenci Moix, mais aussi toute la différence d’avec le monde des adultes - donnant ainsi à la célèbre marionnette vivante la valeur d’un paradigme.

Récupérer l’enfance à travers une nouvelle image : “Il ne lui restait rien de son enfance excepté une série de tableaux violemment éclairés sans profondeur de champ, ce qui, pour la plupart les rendait incompréhensibles”, affirme Orwell en parlant de Winston, le principal personnage de 1984. Voici donc une tentative ludique tendant à restituer à l’univers de l’approximativement intelligible une fixation toujours vivante venue de l’enfance. Il existe d’autres textes pour enfants que j’aimerais illustrer, mais Pinocchio était sans nul doute celui par lequel je souhaitais commencer. Un hommage à Collodi, mais aussi une façon de restituer valeur fondamentale et éclat à l’incertain, vague et indéchiffrable paradis de l’enfance“.  Antonio Saura

Ces expositions sont réalisées grâce au concours de la Fondation archives antonio saura, Genève.

> Plus d’infos


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lesabattoirs 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog