Magazine Environnement

Nicolino et Veillerette

Publié le 16 février 2009 par Ecosapiens

Difficile pour un eco-SAPIENS d’être au courant de tout ce qui se passe, tout ce qui agite et remue le milieu alternatif. Je confesse: je n’ai pas encore vu le film d’Al Gore, Une vérité qui dérange ni celui de Jean-Paul Jaud, Nos enfants nous accuseront. Ce n’est pas l’envie qui me manque mais c’est je n’y accorde pas une priorité absolue, avec l’intuition que je ne vais peut-être pas y a apprendre grand chose. J’ai sûrement tort.

Par contre, j’ai pu emprunter un ouvrage de référence dans ma bibliothèque municipale (je n’arrive toujours pas à comprendre que ce genre d’établissement existe encore dans ce monde où la gratuité et le partage sont menacées par des lois ultra libérales…)

Pesticides, révélations sur un scandale français est un ouvrage co-écrit par Fabrice Nicolino et François Veillerette qui a fait BEAUCOUP de bruit lors de sa parution. J’avais déjà parlé d’un vieux livre signé Lieutaghi, qui m’avait marqué tant on  a l’impression que dès les années 60, tout était connu. L’agriculture chimique détruit et les salons greenwashings existaient déjà, étaient déjà énoncés.

L’histoire hoquette. Elle glousse et glisse sur nos mémoires… Moi qui croyais connaître une période exceptionnelle avec des enjeux uniques…

Disons-le net, ce livre sur les pesticides est à mettre dans toutes les bibliothèques. En plus il est édité au format de poche. Ca se lit aisément et on a l’impression, malgré la profusion de personnages et d’organismes, de tout comprendre. On apprend forcément des choses étonnantes, édifiantes, consternantes.

L’ouvrage se concentre bien plus sur l’histoire française des pesticides, de l’apparition du lobby et des arcanes administratives. Mais les quelques pages sur Fritz Haber, le scientifique allemand inventeur de toues les saloperies imaginables et Rachel Carson, la naturaliste américaine pionnière dans la dénoncaition du DDT, sont parmi les meilleures.

Je crois qu’avec Fritz Haber, prix Nobel de chimie, on a le specimen de ce qu’il y a de pire à la fois dans la science et dans le monde du pesticide. Inventeur du gaz moutarde, n’en faisant qu’à sa tête alors que sa femme le supplie d’arrêter ses morbides inventions (elle se suicidera d’une balle dans la tête à cause de cela…), il persévère pour mettre au point des poisons de plus en plus violents.

Et l’on comprend qu’un pesticide (pest=rat en anglais) c’est aussi bien pour tuer un pou, un rat, ou un être humain.

On ne le répétera jamais assez. Les pesticides sont d’abord des homicides.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ecosapiens 23801 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte