Magazine Société

Pourquoi les syndicats se rendent-ils en file bien ordonnée à l'Elysée ?

Publié le 17 février 2009 par Oldchaps

L'unité syndicale réalisée le 29 janvier commence à peser. Certes, elle a permis une grève générale importante à la mesure des attentes sociales, mais elle commence a corseter les syndicats dans le dispositif de com' de l'Elysée. En effet cette "entente cordiale" camoufle mal le malaise de l'opinion. Les concessions qui ont été réalisées par les ultras pour conserver cette unité de façade ont laissé le champ libre, sous couvert d'ouverture, à Sarkozy. Que ce soit pour le calendrier ou bien pour les thèmes abordés.

Ce non-grenelle du 18 février va donc ressembler davantage à une com' de l'Elysée qu'à autre chose. Ce non évenement syndical va redonner la main au chef alors même que ceux-ci pouvaient imposer le timing ainsi que l'ordre du jour voilà quinze jours. Le 19 mars est donc bien loin aujourd'hui pour Sarkozy, celui ci sans doute à tort éspère déminer définitivement le malaise général ce soir.

On pourra railler son échec télévisé du 5 février dernier, mais il a tout de même réussi un joli coup, en reportant sine die le dialogue avec ceux qu'il méprise avant toute chose. Sarkozy vient donc de changer à nouveau son fusil d'épaule en décidant d'enregistrer une vidéo qui sera diffusée ce soir au journal de 20h. Curieux dispositif, puisque cette vidéo sera très certainement enregistrée avant d'avoir rencontré les syndicats. Selon cette fuite, il expliquera "les mesures de justice" dont il aura eu à parler avec les syndicats.

Dis pépé, pourquoi tu tousses ?

Aujourd'hui, les syndicats comme les journalistes-troncs lors du sarkozy-show du 5 février ne seront que des marionnettes face à l'acteur principal. Sarkozy joue donc son va-tout, comme à chaque fois, augmentant au passage d'un cran la densité de frustration de la population.

La messe est dite pourtant depuis hier: le MEDEF a fermé la porte à toute hausse de salaire et Lefevre, les coulisses de Sarko, a fait savoir à reuters que "Quand ils (les syndicats) demandent une augmentation du smic, ils savent eux-mêmes que c'est porteur de difficultés" "Et quand ils demandent la suppression de la loi Tepa, ils savent bien que c'est impossible." Ne rentrez pas chez vous, vous avez tout de même un rôle à jouer devant les caméras, aurait-il pu ajouter.

Alors pour quelles raisons les syndicats se rendent-ils à cette mascarade, dont ils ne vont pas manquer d'être les dindons de la farce ?


Pourquoi les syndicats se rendent-ils en file bien ordonnée à l'Elysée ?




Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Oldchaps 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine