Magazine Concerts & Festivals

les astromouches _ dossier

Publié le 17 février 2009 par Blogfuturoscope

plan_astromouches


Les Astromouches

Les_astromouches

lasastromouches1

L'attraction...

Trois mouches, Nat et ses amis I.Q. et Scooter, embarquent clandestinement dans le premier vol vers la lune avec les astronautes Armstrong, Aldrin et Collins. Le film emmène le spectateur dans une incroyable aventure en trois dimensions au coeur de la mission historique d'Apollo 11

Film d'animation IMAX, Les Astromouches revisite avec humour l’histoire de la célèbre mission Apollo 11, le premier vol qui a conduit l’Homme à marcher sur la Lune. Alors que les astronautes Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins s’apprêtent à décoller, trois mouches s’infiltrent secrètement à bord de la capsule spatiale Apollo. D’un réalisme exceptionnel, les images en grand format des Astromouchesentraînent les visiteurs à partager l’incroyable aventure de ces passagères clandestines. Un scénario original aux multiples rebondissements et des personnages attachants font des Astromouchesun moment particulièrement apprécié des enfants. Premier long métrage européen d’animation réalisé exclusivement en 3D par le réalisateur belge Ben Stassen. ® 3D projeté sur un écran de 580 m².

lesastromouches2

016

lesastromouches3

lesastromouches4

lesastromouches5

Quelques avis...

http://www.commeaucinema.com/interviews=109079-note-58925.htmlQue diriez-vous aux internautes pour leur donner envie d'aller voir Fly Me To The Moon ?
L'arrivée du son a été une première révolution dans le cinéma. Le cinéma en relief est peut-être une seconde révolution. Il donne une sensation d'immersion plus importante que le besoin de spectaculaire - la télévision en relief arrive d'ailleurs à grand pas !
Fly Me To The Moon fait partie des films pionniers, et il procure je crois une expérience différente. La plupart des gens ressortent de la salle en disant qu'ils ont eu une expérience nouvelle…

Interview : la tête dans les étoiles !

S’envoler dans l’espace, voir la planète de tout là-haut et poser le pied sur la Lune, c’est sûrement le rêve de millions d’entre nous… Certains l’ont fait, dont Buzz Aldrin, l’homme qui accompagnait Neil Armstrong le 21 juillet 1969. Et d’une certaine manière, le réalisateur Ben Stassen aussi, en réalisant Fly Me To The Moon, un film d’animation vraiment adorable sur les Mouchonautes – entendez par là trois petites mouches téméraires qui se sont tapés l’incruste dans la fusée avec Neil & Buzz ! Rencontre avec les deux hommes, la tête dans les étoiles.

Ben Stassen : le réalisateur illuminé !

Quelles sont vos références en matière de films d'animation ?
Les grands Pixar et les grands Dreamworks, et de manière générale les grands films d'animation américains. J'ai beaucoup aimé
Ratatouille, et Kung Fu Panda est un de mes films préférés, calme, posé, comme je les aime. Je préfère ce genre de films d'animation à Madagascar par exemple.
Comment êtes-vous arrivé à la réalisation de film d’animation ?
J'ai fait mes études supérieures aux États-Unis et j'ai travaillé pour la télévision américaine pendant deux ans. J'ai fait mon premier long-métrage en 1990. C'est le moment où l'on a découvert l'ordinateur ! Cette mini-station qui nous a arcs d'attraction et des décors animés. A la fin des années 1990, des films de quarante

minutes en relief avec IMAX… C'était le début des grands films d'animation. Il y a trois ou quatre ans, nous avons eu la possibilité de faire des longs. Mais il faut savoir que seulement trente-neuf films ont été produits par IMAX. Et c’est 2003/2004, Hollywood a commencé à s'intéresser au cinéma en relief.

En ce qui concerne Fly Me To The Moon, il a été conçu dès le départ en 3D relief, ce qui est une première. Ça aurait été inconcevable de le sortir en 2D. Enfin moi je n'aurais pas voulu le faire en 2D. La mission d'Appolo XI est une grande histoire, aucun film n'a jamais été fait sur le sujet, mais cette histoire est prévisible, à la fois extraordinaire mais pas dramatique. C'est pour ça qu'il fallait une expérience nouvelle et différente. Je voulais faire un film pour les enfants, qui ne connaissent pas bien cette histoire. Je voulais leur raconter d'une façon totalement différente.
Selon vous, est-ce que la 3D relief est l'avenir du cinéma ?
Je ne pense pas. Mais à mon avis la 3D relief peut se développer en parallèle du cinéma plus classique. Le cinéma n'a pas besoin du relief pour fonctionner. Cependant dans la situation économique actuelle, il est de plus en plus difficile d'attirer les gens au cinéma. A Hollywood on produit des films de plus en plus spectaculaires, de plus en plus chers, et il n'y a plus de place pour les petits films. On met l'accent sur le spectaculaire. Les Ch'tis contredisent ce que je dis mais le succès d'Astérix va dans ce sens… Je viens de lire une étude sur le cinéma français ! Sur la totalité des films produits, seulement 12% sont rentables et deux ou trois films raflent la moitié des recettes. Je pense que, dans ce contexte, le relief peut faire sortir les gens de chez eux, parce qu’il donne plus d'intimité à un film, il donne le sentiment d'être transporté au cœur de l'histoire – et cela peut même être intéressant pour une comédie romantique, devenir un moteur de l'exploitation.
Hollywood est d'ailleurs déjà converti. L'Europe l'est un peu moins, mais l'an prochain de nombreux films sortent en relief en Europe. Trop d'ailleurs, car il n'y a pas assez de salles adaptées. En général il n'y a pas plus d'une salle par cinéma qui peut proposer des films en relief. Mais cela n’a pas empêché certains films en relief d’être des succès mondiaux : Spike It en 2003 par exemple.

Pourquoi avoir choisi ce scénario ?
Le sujet se prêtait bien au relief. En fait nous avions un budget - 25 millions d'euros au maximum - et nous recherchions un scénario… Nous sommes d'abord partis sur
Voyage Au Centre De La Terre, mais je me suis finalement retiré de ce projet.
On s’est alors lancé sur Fly Me To The Moon. Le projet a commencé il y a un moment, fin 2005.
Pourquoi la présence de Buzz Aldrin dans le film ?
Son intervention est pour moi un désir devenu réalité ! Parce que c'est la première fois qu'un film d'animation est basé entièrement sur un événement réel, on a même utilisé les plans de la NASA ! Du coup, sa présence est d'autant plus intéressante : le film va sortir dans des salles du monde entier, et ce qui l’a séduit, c’est la possibilité de réactualiser l'aventure, de faire partager son expérience. Cependant il manque un détail dans la version française, à la fin, ce que je regrette…

Buzz Aldrin : l'astronaute reconverti !

Comment a démarré le projet de Fly Me To The Moon ?
Il a débuté peut-être un an avant l'enregistrement des dernières images du film. A ce moment-là, on m'a contacté et on m'a seulement fait une description du contenu, rien de détaillé. J'ai accepté ce projet car depuis quelques temps je suis plus à l'aise avec le fait d'apparaître à l'écran dans des films.
Auriez-vous envie de "jouer" dans d'autres films ?
J'aimerais beaucoup! Mais j'aurais besoin d'aide, d'un prompteur. Je ne peux pas me rappeler des textes...
Avant d'apparaître dans Fly Me To The Moon, on vous avait déjà vu dans un film d'animation pour enfants : Toy Story. Buzz l'Eclair, c'est vous !
Oui, et d'ailleurs je ne l'ai appris qu'une fois que cela était fait. Ce n'était pas correct de ne pas m'avoir demandé mon accord pour utiliser mon nom. Je n'ai pas été payé non plus... !
Qu'est-ce que cela vous fait d'être dans un film d'animation pour enfants ?
Je suis le seul astronaute à faire cela. C'est unique dans mon domaine ! J'ai le sentiment de faire quelque chose que personne d’autre n’a fait. Et j'aime beaucoup ça !
Pensez-vous que la 3D relief est le futur du cinéma ?
Pour moi, ça sera bien mieux quand on aura plus besoin de porter ces lunettes pour voir les films en 3D relief ! Et puis pour l'instant ce genre de film est trop cher à produire…

Vous avez marché sur la Lune, vous êtes allé sous l'océan, au pôle Nord, vous avez écrit des livres... Y-a-t-il encore quelque chose d'extraordinaire que vous voudriez découvrir ?
Je ne suis pas encore allé au pôle Sud ! Apparemment, certaines personnes disent que c'est très bien. Y aller en avion serait peut-être plus rapide!
Je veux continuer à communiquer à travers des livres, des films, et agir pour améliorer les programmes spatiaux américains dans un futur proche. Je voudrais qu'on mette l'accent sur des voyages habités au-delà de la Lune. Je voudrais également qu'on visite des astéroïdes, et les satellites qui gravitent autour. C'est très important d'envoyer des vaisseaux là-bas. Si on est sur place, on peut contrôler les vaisseaux beaucoup plus rapidement…
Quels sont vos projets actuellement ?
Je veux continuer à communiquer à travers des livres, des films, et agir pour améliorer les programmes spatiaux américains dans un futur proche. Je voudrais qu'on mette l'accent sur des voyages habités au-delà de la Lune. Je voudrais également qu'on visite des astéroïdes, et les satellites qui gravitent autour. C'est très important d'envoyer des vaisseaux là-bas. Si on est sur place, on peut contrôler les vaisseaux beaucoup plus rapidement…
Parlez-nous de votre programme Space Share...
Il s'agit de réunions pour célébrer les succès du passé et entretenir des espoirs pour l'avenir. On veut organiser des loteries pour que les gens puissent aller dans l'espace et développer l'éducation en sciences et en astronomie…
Et enfin que diriez-vous aux internautes de commeaucinema.com pour qu'ils aillent voir
Fly Me To The Moon ?
Que c'est un film réjouissant, stimulant. Et que c'est également un film historique, qui retranscrit très bien ce que nous avons vécu en juillet 1969…
Propos recueillis par Charlotte Spinazzé (Paris, Octobre 2008)

Les_astromouches_2

http://www.dvdrama.com/news-28699-cine-fly-me-to-the-moon.php

"Alors que les films d'animation ayant trait à la science-fiction ou l'espace se font nombreux cette année, avec pas moins de quatre productions qui viendraient contredire cette idée des producteurs selon laquelle animation et SF feraient mauvais ménage (l'échec cuisant au box-office du Titan A.E. de Don Bluth, qui avait sacrément mis à mal la Fox à l'époque, avait fait son petit effet), Fly me to the Moon a fait le pari de la projection en "3D Relief" pour se démarquer de la concurrence. En effet, le film de Ben Stassen (un spécialiste des films IMAX et 3D pour parcs d'attractions) est le premier long-métrage d'animation à avoir été pensé dès son origine pour cette nouvelle technologie et, ce qui est plus étonnant, uniquement elle. C'est à dire que le film ne pourra être vu qu'en très peu d'endroits, les salles équipées pour une telle projection étant encore peu nombreuses. Un choix courageux mais très dangereux, la cible potentielle du film étant bien sûr d'autant plus réduit. Et en même temps ce n'est peut-être pas si grave que ça, ces mouches privées de leur magnifique troisième dimension n'ayant plus beaucoup d'arguments pour s'assurer un public le plus large possible."

h_4_ill_1110490_fly_moon_bis

"1969, Cap Canaveral... ou presque. Juste à côté, en fait, une décharge où vit le jeune moucheron Nat, incorrigible rêveur ayant grandi avec les histoires de son grand-père et désirant aujourd'hui, à son tour, vivre sa propre aventure. Quand l'occasion se présente alors d'aller sur la Lune, aventure parmi les aventures, il entraîne ses amis Scooter et I.Q. avec lui et tous trois embarquent clandestinement à bord de la mission Apollo XI. Direction l'espace, les yeux écarquillés et la tête pleine de rêves. Mais sur Terre tout n'est pas aussi rose car, en plus des mères affolées, les russes vexés prévoient de faire échouer la mission...
Ainsi, et tout comme
Voyage au centre de la Terre, Fly me to the Moon doit pour beaucoup de son intérêt à sa technique, cette projection en trois dimensions que l'on annonce comme la prochaine révolution du cinématographe. Et on y croirait presque tant les deux premiers représentants de ce nouvel art (sans compter les films "upgradés") se montrent convaincants, nous faisant vivre une expérience réellement différente de ce à quoi nous étions habitués jusque-là dans les salles obscures. Pourtant, cette réussite technique est à mettre en étroite relation avec ce qui fait défaut à ses films, à savoir un véritable oeil de réalisateur derrière la caméra. Ce nouveau système n'en étant encore qu'à ses tous débuts, ils sembleraient en effet logique de confier ces films aux plus à-mêmes de surmonter et corriger les premiers problèmes rencontrés, de mettre la technique au point tout en produisant des films pour rentabiliser la chose le plus rapidement possible (parce que s'il fallait compter sur James Cameron pour ça, avec ce qui fera pas loin de sept années de labeur pour son Avatar, Hollywood ne serait déjà plus qu'un désert de sable). C'est logique, oui, mais quant à savoir si cela est porteur au niveau filmique, c'est autre chose. Là où le spécialiste des effets spéciaux Eric Brevig manquait ainsi parfois clairement de savoir-faire dans la réalisation de son Voyage au centre de la Terre, Ben Stassen s'en sort heureusement bien mieux de par son expérience dans la création de films réservés aux parcs d'attractions. Souvent pensé en ces termes, Fly me to the Moon propose donc nombre de scènes où nous nous faufilons dans le décor à vol de mouche pour des sensations vraiment enivrantes (et qui rendront d'autant mieux à la Géode, où le film est prévu dans une version de 40 minutes) et qui font honneur au procédé (la séquence de l'alunissage est vraiment splendide). Pourtant, cette maîtrise de la profondeur et de la façon d'en jouer ne font pas tout et quand il s'agit de faire vivre des personnages par l'animation, le manque d'expérience en la matière du réalisateur et de son équipe se fait cruellement sentir, accusant un vrai retard au regard des standards actuels. Sans parler des designs parfois un peu étranges (pourquoi la tête du grand-père doit-elle autant ressembler à un crâne humain ?), nous ne pouvons fermer les yeux sur la gestuelle vraiment limitée des personnages, le manque de petits détails qui font qu'un personnage animé donne l'impression de vivre pour de bon. Revoyez Wall-e et vous comprendrez."

FLY ME TO THE MOON
Un film de Ben Stassen
Avec Tim Curry, Nicolette Sheridan, Christopher Lloyd, Robert Patrick, Kelly Ripa, Adrienne Barbeau, Ed Begley Jr., Buzz Aldrin
Date de sortie : 29 octobre 2008


Les Astromouches - Bande annonce

L'avis...

Film d'animation IMAX très sympa, tant au niveau de l'histoire, qu'au niveau des images. A noter que le film est coupé, car seul 35 minutes sont diffusées au Futuroscope : le passage proprement dit du voyage sur la lune. A voir une fois, mais au bout de plusieurs fois, le film devient long et on s'ennuie. Cependant, bon film pour les enfants, et bonne surprise, l'attraction a été re-thématisée sur le film ! A noter : les TV cathodiques du pré-show ont été changés par des écrans plats.
1. Qualité de l'image : superbes images  en relief -
1 pt
2. Effets spéciaux : bonne note pour les effets sonores -
1pt
3. Musiques : pas mal -
1 pt
4. Action : bien, sans plus -
1pt
5. Dialogues : drôles surtout pour les enfants -
0,5 pt
6. L'histoire : originale -
1 pt
7. Durée : finalement pas trop court même si le film est coupé pour le parc, mais ennuyeux à partir de 2 visionnages -
0pt
8. Effets extérieurs : les images sont très réelles, au point de faire parti du film - 0,5  pt
9. Le préshow : un bout du film (dommage) et des explications pas mal -
0,5 pt
10. Thématisation attraction : refaite et jolie, on aurait souhaité davantage dans le préshow - 0,5pt

NOTE (SUBJECTIVE)  :    7    /   10


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par louloute
posté le 01 avril à 13:12
Signaler un abus

bonjour ,je suis allee au futuroscope il y a pas longtemps et je vous conseille astromouches pou etre en famille suivi du petit prince et arthur l' aventure 4 d bisous a + =)

A propos de l’auteur


Blogfuturoscope 142 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte