Magazine

La connerie humaine

Publié le 27 janvier 2009 par Christinacarrucci
Rassurez-vous, je ne vais pas guerroyer avec l'abyssale connerie humaine. Elle n'en vaut pas la peine. Je ne fais que l'observer. Pour mieux en comprendre les mécanismes. Mais surtout pour mieux apprécier les possibilités de contribuer sinon à son éradication, du moins à sa régression.
Car voyez-vous, la connerie de l'homme n'est souvent limitée que par son manque d'imagination. Je bénis donc le ciel de ne pas avoir doté l'homme d'une imagination illimitée. Il se contentera de reproduire les même inepties qu'il aura observées autour de lui, en les améliorant pour assoir et satisfaire son égo de roi-bouffon de la planète.
J'ai quand même un doute. Ô pas grand chose. Juste un détail de rien du tout. Je me pose en mon for intérieur cette question, qui n'a d'ailleurs pas un intérêt vital. Mais bon, ce n'est pas une raison pour ne pas essayer d'y répondre. Quel est le plus "con" de ces deux hommes : celui qui ne sait pas qu'il l'est ou celui qui sait qu'il l'est et qui le reste ? Vous avez toute la vie pour me rendre votre copie !
Pourquoi cette question anodine ? Pour une simple raison : étalonner notre courage. Vous savez, le courage, cette vertu cardinale. La mère de bien d'autres vertus. Et bien, voyez-vous, j'imagine qu'il faut un sacré courage pour voir sa connerie en face et l'affronter debout, pied à pied. C'est facile de voir la connerie des autres et de la stigmatiser. Je ne m'en prive souvent pas. Je le reconnais. Mais le miroir ne me sert pas qu'à me maquiller. J'essaye de me regarder. Bien au-delà de l'étain.
Je n'y vois pas toujours de belles choses, mais je ne me voile pas la face. Je me révolte. Je tonne. Je me dézingue. En conscience. En lucidité.
C'est qu'il faut diablement avoir la foi pour entreprendre ce pèlerinage vers soi-même. En arrachant un à un tous ces masques stratifiés.
Bon, je vous lâche la grappe et pour me faire pardonner, je vais vous proposer un savoureux cocktail pour le si court cheminement de votre vie. Vous y mettrez un tiers de foi, un tiers de courage et un tiers d'imagination. Vous arroserez le tout d'un énorme zeste d'amour et vous verrez que votre vie sera enivrante!
A votre santé !
Attention : le manque d'abus est dangereux ! A consommer sans modération...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christinacarrucci 16 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte