Magazine Politique

DÉmonstrations de dÉpit, manifestations de mÉpris.

Publié le 22 février 2009 par Letombe
DÉmonstrations de dÉpit, manifestations de mÉpris.Pas cohérente, pas juste, pas efficace. Difficile, même parmi les thuriféraires habituels de trouver des défenseurs convaincus de la politique du Chef de l’Etat. Même si les premiers changements d’attitude sont désormais perceptibles, même si face à la crise, l’assurance se fait interrogation, le Président de la République a tellement affirmé sans tenir que son discours ne rassure plus.
Au contraire, la situation aux Antilles révèle un malaise aussi profond qu’un mal être déjà perceptible avant la crise, mais que l’arrogance gouvernementale a préféré nier. Les marques de mépris ne s’effacent pas, même au prix de 580 millions d’euros.
Les médiateurs dépêchés sur place n’y peuvent rien. Alors que l’Outre-mer avait déjà dû se contenter d’un Secrétaire d’Etat, ses habitants avaient déjà compris qu’ils devaient se contenter d’un sous-ministre, d’ailleurs promptement rappelé par Matignon sous prétexte qu’Yves Jégo se montrait trop à l’écoute, trop prompt à céder.
Trop tardif en tout cas, le plan de rattrapage des Antilles s’apparente au même saupoudrage du plan de relance national que les Français estiment majoritairement injuste. Ils ont, en effet, compris que pour les plus pauvres, comme pour les classes moyennes, les allégements comme les primes et les mesures fiscales sont  réversibles. Non seulement, le compte n’y est pas, mais pour l’essentiel, il s’agit de calmer les esprits alors que pour les plus aisés, voire les plus riches, il n’est pas question de revenir sur les cadeaux offerts, voire de toucher ne serait-ce que symboliquement au bouclier fiscal.
S’agissant de la retraite ou du pouvoir d’achat, les avantages acquis sont remis en cause, jamais les privilèges octroyés aux puissants. Plus que les discours, l’inefficacité des plans gouvernementaux successifs cristallisent désormais un sentiment d’injustice qui gagne du terrain, allant même jusqu’à structurer un clivage Gauche-Droite que durant sa campagne Nicolas Sarkozy avait en bonne partie réduit.
Qu’il le veuille ou non, après les protestations de dépit, Nicolas Sarkozy doit de plus en plus se préparer à répondre aux manifestations de mépris.
DÉmonstrations de dÉpit, manifestations de mÉpris.Par Jean-Jacques THOMAS,
Premier Secrétaire Fédéral de l’Aisne du Parti Socialiste.

Jean-Jacques Thomas

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Letombe 130789 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines