Magazine

la notion pelliculaire

Publié le 25 février 2009 par Pjjp44
la notion  pelliculaire
la notion  pelliculaire
la notion  pelliculaire
la notion  pelliculaire
la notion  pelliculaire
la notion  pelliculaire
la notion  pelliculaire
la notion  pelliculaire
la notion  pelliculaire
Il y a des gens dont le métier consiste à prendre régulièrement le poul d'une société afin d'essayer de comprendre comment va le monde. En cette période -qui dure- de doute, d'incompréhension voir de découragement quasi généralisé, il existe deci delà (cahin caha...) des poches de survie, des lieux de ressourcement ou comment dire des espaces de rêve, de réflexion, d'oubli? A l'heure du serrage de ceinture, on aurait pu penser que "les français" (comme ils aiment bien dire les politiches) économiseraient également sur ce qu'on appelle "le superflu", il conviendrait d'ailleurs de revoir quelque-peu la définition qui aurait tendance- et c'est je crois une sacré bonne nouvelle- à ne plus se trouver, là où on l'avait laissée ces dernières décennies. Je m'explique (à oui tu fais bien-voix off) prenez par exemple l'achat des voitures, vous êtes au courant, c'est la criseu, et le gouvernement à grandes louchées d'euros sortis dont on ne sait où, tache de colmater les multiples brèches de notre belle industrie bien de chez nous-enfin les marques, pour le reste...Et zut flute et crotte- même en mettant en place tout un tas de mesures incitatives, on arrive pas à les vendre "nos" foutues bagnoles. Et pourtant, je ne sais pas si vous avez visité un concessionnaire ces derniers temps, mais leurs commerciaux, ils en font des efforts, tout sourire, amour, paix et pâté de campagne- c'est bien simple on se croirait à woodstock, d'ici qu'ils nous proposent le calumet ou la danse des sept voiles avant l'achat de leur ferraille électronique, il n'y a qu'un pas, que bien entendu -et na- je ne franchirais pas, car franchement outre le fait que même avec les "cadeaux", c'est toujours trop cher, quel intérêt j'aurais d'aller acheter , un truc qui pollue (oui mais de moins en moins-chorale des sirènes du marché) qui utilise du combustible qui va disparaitre dans on sait pas quand mais prochainement sans doutes, et qui contribue à faire de nous autres petits hommes des têtes de noeud au volant- et je sais de quoi je cause, je suis conducteur! (ben oui, moi aussi je me dépatouille comme je peux avec mes contradictions)- Tout cela pour vous dire, après cette pertinente analyse (j'vais me géner tiens- la cheville qui parle-) que le superflu, il est pas forcément là ou on le croyait, et je m'excuse d'avance auprès des camarades du pouvoir d'achat si je vais dire des horreurs en suivant. Question: Et si c'était la bagnole (en autre) qu'était du superflu- tout au moins celle que l'on veut nous refiler, avec prime à la casse pour l'ancienne; Ah dame, c'est sur qu'il y en a de la matière grise dans les bureaux d'étude, mais c'est ptêt ça le problème, il leur faudrait plutôt de la matière verte, et même rose à petits pois, pour envisager du vroum vroum, recyclable, non polluant , sans gadgets inutiles et... pas cher-Allez les gars ! je ramasse les copies à la fin de l'heure. Et oui! cher ami syndicaliste (comme ils disent les politoches) c'est bien de vouloir protéger l'emploi mais pour autant devons-nous défiler pour la pérennité de la merde chromée? Peut-être , enfin j'espère, (je vais mettre des cierges tous les jours à saint christophe le patron des pélerins à klaxon) que de cette grosse merdouille économico-capitalismo qui nous tombe sur le coin du rable (durable?) on va découvrir que l'on peut vivre autrement que béatement niais en poussant son caddie, l'oreille collée au "t'es où" . Produire mais pour quoi faire? c'est ptêt ça la question- (vous pouvez répéter?) Fabrique-consommme-crève- la sainte trinité du système- ptêt qu'elle a du plomb dans l'aile - et ne comptez pas sur moi pour lui tendre la main-(un croche-patte à la rigueur) De toute façon, va bien falloir se remuer le popotin pour changer nos habitudes sinon on n'a pas fini d'en avoir des crises d'hémorroïdes; Ben vous me croirez si vous voulez mais mon intention du jour c'était de causer "cinéma" -"mais bon dieu, mais c'est bien sur"-le cinoche- voilà un symbole de ce que pourrait être -le superflu- à l'heure ou chacun compte ses sous, et bien(g) selon les sondeurs d'opinion, -queue-nenni, on a jamais vu autant de monde dans les salles obscures, et personnellement avec moi-même, je trouve ça du genre plutôt rassurant, n'en déplaise à la l'indigente bible du: "ouai mais c'est pas avec ça qu'on va faire la révolution".
Le fanal- qui éclaire comme il peut la culture de l'estuaire face aux rochers de la niaiserie en pack de 12- propose du 3 au 10 mars prochain- "les couleurs du noir" (black is tendance -is not it?-( une semaine donc pour faire la lumière sur le cinéma noir-adapté de la littérature- avec z'au programme des débats, une nuit blanche et natürlich de la pellicule comme s'il en pleuvait- "les oiseaux" (v.o.) d'alfred hitchcock-(d'après une nouvelle de daphné du maurier) -et en sortant de là on regarde forcément d'un autre oeil les goélands qui slalomment au dessus de nos têtes..."jar city" (v.o.) de baltasar kormâkur -un film islandais-d'après un roman de arnaldur indridason- "six pack" d'alain berbérian d'après un roman de jean-hugues oppel- "la nuit du chasseur" (v.o.) de charles laughton d'après un roman de david grugg , "le dernier tournant" de pierre chenal d'après un roman de james caïn , "le facteur sonne toujours deux fois" (v.o.) de tay garnett d'après un roman également de james caïn- et "la chambre des morts" d'alfred lot d'après un roman franck thilliez. en ce qui conecernes les horaires des films et animations diverses, selon la formule consacrée rendez-vous sur le site du fanal ou et pour la rime dans la presse locale.
Ciné toujours avec cette fois une soirée -et c'est demain jeudi à 20h au cinéville de saint-nazaire - proposée par l'association "version originale" qui permettra de voir ou revoir un film de paul newman "de l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites" adapté d'un texte de paul zindel .La séance débutera avec un court métrage de olivier hens "résistance aux tremblements".
Et pendant qu'on y est je vous signale également - du 13 au 15 mars- à nort -sur -erdre,un "festival du cinéma polyglotte" qui a pour but de faire la promotion du cinéma en v.o. avec au programme des documentaires, court-métrages, films en anglais, breton, espagnol, italien, plus une langue invitée mais comme je ne sais pas laquelle, je donne bien entendu ma langue au chat.
Et puis chers lecteurs pas encore assoupis, pour terminer sur le sujet signalons aussi un "mouviz festival" (du 4 au 6 mars) au gaumont de nantes qui nous propose de découvrir de nouveaux talents à travers la programmation de court-métrages et également un festival du cinéma espagnol toujours sur nantes - au cinéma katorza du 11 au 24 mars-avec plus de 60 films au programme- Et comme j'allais oublier, signalons également la sortie prochaine sur les écrans de l'hexagone d'une adaptation d'un polar culte "millenium" de feu steg larsson, il devrait faire l'ouverture du prochain festival de cannes.
et pour le clap de fin:
"Je ne veux parler que de cinéma, pourquoi parler d'autre chose ? Avec le cinéma on parle de tout, on arrive à tout."-jean-luc godard-"Ce que nous demandons au cinéma, c'est ce que l'amour et la vie nous refusent, c'est le mystère, c'est le miracle."-robert desnos- "L'acteur est comme ces boules de verre avec de la neige à l'intérieur : il passe son temps à secouer ses émotions." -gary oldman- ...-FIN-

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pjjp44 391 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte