Magazine Politique

Le cdh et son « plan marshall » pour les chômeurs !

Publié le 03 mars 2009 par Mj1729

large_836581

De la poudre d’escampette envoyée dans les yeux des chômeurs ni plus ni moins… !

Le moins qu’on puisse dire dans la mise à l’emploi des habitants de la capitale et des jeunes en particulier, est que toutes les actions menées dans la Région bruxelloise depuis 2004 par l’intermédiaire du ministre bruxellois Benoît Cerexhe (CDH) n’a pas mené à une très forte résorption du chômage, seulement 40.000 placements en cinq ans, c’est très peu, avec le maintien d’un taux de chômage pour la capitale de 20% en 2009, mais ces placements ne prouvent nullement la création de nombreux nouveaux emplois tant attendus depuis le plan de relance économique mené également par le même ministre et on peut parler d’une réelle stabilité de ces chiffres en un véritable cercle vicieux du chômage avec un avenir à l'emploi encore pire.

Tous les mécanismes du contrat de gestion à l’emploi, voté par le gouvernement bruxellois et appliqué par son ministre de l’emploi, n’auront pas servi à grand-chose, disons que les affaires courantes ont été maintenues mais pas de révolution en matière de chômage.

On peut déjà parler d’un constat d’échec cuisant et la finalité d’une telle opération de diminution du nombre des chômeurs, dans la façon peu compatible dont s’y est pris le ministre, ne fera que faire sombrer davantage le taux de chômage, par méconnaissance réellement du terrain et de la manière dont sont accompagnés les chômeurs, "un véritable labyrinthe" ou peu de "portes de sorties" vers l’emploi sont praticables et honnêtement admissibles ; s’improviser ministre de l’emploi est différent de gérer efficacement un organisme comme Actiris sous tutelle complète du CDH, la situation est déplorable et pratiquement invivable pour les acteurs de terrain qui encadrent les demandeurs d'emploi, sinon que de continuer à mener hypocritement ce jeu de dupes à l’instar de la "chasse" entretenue des chômeurs.

Le CDH a beau proposé un plan d'investissement massif dans la formation au cours des 5 prochaines années pour permettre aux jeunes de la Région bruxelloise d'occuper plus d'emplois qu'aujourd'hui, faut-il que même avec des formations en abondance, l’emploi existe, dès lors combien de temps nos politiques de l’emploi et de contrôle du chômage vont dissimiler la réalité du sous-emploi évidente et de l’aggravation de la situation économique de Bruxelles avec le tableau très noir des milliers de faillites ?

Dans une région ou le chiffre de 100.000 chômeurs n’est pas très loin et risquant d’être encore plus lourdement dépassé prochainement, la disponibilité des formations dans les secteurs en pénurie ont augmenté cependant de 35% grâce à la politique menée par les socialistes (Françoise Dupuis) soit 10.000 demandeurs d’emploi ont accédé à ces formations, mais il en faudrait 10 fois plus dans le raisonnement du CDH, soit une augmentation de 350% par rapport à la situation actuelle et même en cinq ans, le résultat ne serait pas différent en faisant attendre obligatoirement les demandeurs d’emploi sur une longue période passive alors que les emplois ne sont toujours pas visibles.

La Région bruxelloise ne peut pas augmenter financièrement ses moyens, faute d’un financement du fédéral suffisant, quel rôle joue donc la ministre fédérale de l’emploi, Joëlle Milquet (CDH) pour y remédier.

Vouloir rendre obligatoire un Contrat de Projet Professionnel aux chômeurs est une aberration de plus et n'a pas de sens, car déjà en pratique depuis cinq années et n’apportant aucune solution supplémentaire, c’est un peu comme un emballage sans cadeau, il faut chercher d’autres pistes beaucoup plus efficaces pour les chômeurs et surtout soutenir les entreprises pour créer de l’emploi et l’utilisation des travailleurs potentiels à Bruxelles.

Tout ne semble qu’être prétexte à empiler des paquets de subsides pour très peu de résultats significatifs dans ces conditions avec le CDH, et de faire de faux semblant de répondre à la problématique de l’emploi de la Région parce qu’il faut bien essayer de se démarquer pour les élections,  mais il va falloir cesser ces mensonges contre les chômeurs bruxellois qui ne peuvent continuer à subsister à vie comme « monnaie d’échange » des travailleurs navetteurs, qui ne sont pas nécessairement mieux formés qu’eux, ils ne sont certainement pas plus bilingues qu’eux… !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mj1729 60 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines