Magazine

Quant tout déraille…

Publié le 03 mars 2009 par Irene
Je suis mûre pour avoir le César de la poisse. Hier soir, j'ai été bloquée quatre heures dans le TGV Rennes-Le Mans. Un vrai sketch si les raisons n'avaient pas été aussi dramatiques : 2 suicides et une moto écrasée sur un passage à niveau. Autant dire que les portables ont marché bon train, sans mauvais jeu de mots, sauf le mien, qui, bien sûr, n'avait plus de batteries. Obligée de solliciter le beau pompier qui racontait des horreurs devant moi : un homme scalpé dans un accident de la route ; une femme retrouvée morte à moitié dévorée par ses chiens… Une acariâtre s'est mise à râler après les mobiles qui surenchérissaient à chaque annonce SNCF - et Dieu sait s'il y en a eu -, mais s'est avérée plus bruyante au final que les portables eux-mêmes. Un abruti a allumé sa radio comme s'il était seul sur une île déserte. Je l'ai prié de l'éteindre car je travaillais : il m'a insultée comme un charretier. Etonnamment, je suis restée très zen, plus que jamais solidaire des gens qui s'étaient jetés sous le TGV. On a fini par nous apporter des plateaux-repas immangeables et des bouteilles d'eau. J'ai pensé qu'une distribution d'X Noir dans cette nuit noire aurait clairement allégé l'atmosphère. Autant vous dire que ma nuit dans l'unique 4* de Rennes était déjà évanouie. Tout comme mon tour à vélo et mon succulent repas de crêpes bio aux Portes mordelaises…
De Rennes, nous sommes repartis à Nantes, alors que notre train avait justement attendu plus d'une heure un TGV de Nantes, censé aller à Lille. A Nantes, on a eu la possibilité de reprendre un TGV pour Rennes sur le quai voisin, mais bon, on en venait, tout de même. J'envisage de vivre à Rennes un jour : c'est peut-être un signe ? Les Lillois, eux, ont eu le plaisir d'apprendre que, finalement, le TGV, si d'aventure il repartait, s'arrêterait à Paris pour n'en repartir que le lendemain à 5 h 15. Mais bon, ils pourraient dormir dans le train. La belle affaire !!! Remarquez, on tient en longueur dans les porte-bagages. Au bout d'un moment, ça m'a fait penser au sketch de Chevallier et Laspalès Le Train pour Pau.. Rappelez-vous : "C'est vous qui voyez. Y en a qu'ont essayé, ils ont eu des problèmes…"
Photos : Fines bulles du Far Ouest et excellente crêperie bretonne (Les Portes mordelaises, à Rennes). L'hôtel spa Lecoq-Gadby, un bel endroit à la démarche écolo très aboutie.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Irene 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte