Magazine F1/moto

F1 - Mike Hawthorn , un pilote légendaire

Publié le 03 mars 2009 par Cymo

Il y a 49 ans disparaissait le premier champion du monde britannique au volant d’une Ferrari, l’occasion de revenir sur la carrière d’un champion hors norme.

Il n’a remporté que trois courses, n’a signé que quatre pole positions mais est devenu champion du monde de Formule Un en 1958 au volant d’une Ferrari à l’âge de 29 ans seulement. Il était britannique, né le 10 avril 1929, il mourut le 22 janvier 1959 sur une route de Grande Bretagne à bord d’une Jaguar. Il venait quelques mois auparavant de se retirer définitivement de la compétition.

La F1 était pour lui une cour de récréation, un jeu d’enfant et c’est avec la candeur et la dérision d’un adolescent qu’il entrait en piste les week-ends de Grand Prix. Tout juste sorti d’une soirée bien arrosée, il débarquait vêtu d’une veste verte et d’un nœud papillon fin prêt à s’installer au volant de son bolide rouge. Rapide, intelligent et certainement très audacieux, Mike Hawthorn conquit le titre suprême à un âge où l’on ne pense d’abord qu’à s’amuser.

Mais son retrait de la compétition si précoce ne peut laisser indifférent.Champion du monde de F1, était-ce finalement son but ultime, son rêve de gosse, rien n’est moins sûr car ce que voulait Mike c’était sans doute d’abord prendre du plaisir, gagner ne l’intéressait peut être pas. Mike courait pour courir comme on joue pour jouer et le sport automobile était à lui seul une fin en soi. Ce pilote britannique d’une élégance rare dans ce sport ne courait pas pour la gloire et les lauriers, il pilotait parce qu’il aimait ça, c’est tout.

Mais la réalité de ce sport souvent tragique dans ces années-là a vite rattrapé les rêves de Mike. Il y eu d’abord Le Mans en 1955 et ses 85 victimes qu’il provoqua indirectement et puis la disparition de tous ses amis et du plus fidèle d’entre eux, Peter Collins. Mike s’est alors mis à grandir, à vieillir et a laissé ses jouets et ses espérances naïves dans un coin. Un caprice d’enfant gâté ? Certainement pas, une désillusion ? Peut-être. L’envie de changer d’air et le constat que la jeunesse hélas ne dure pas ont plus sûrement poussé Mike à prendre d’autres routes pour entrer dans la légende. Il était de ces pilotes fulgurants et attachants mais qui préfèrent fuir avant d’être effrayé.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cymo 1729 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines