Magazine France

Procès Colonna : Les témoignages des femmes disculpe Colonna

Publié le 07 mars 2009 par Boko

Encore un retournement , les femmes des membres du commando reviennent sur leur témoignages qui accusaient Colonna.

Ces mises en cause circonstanciées, complétant celles de quatre des six membres du commando aujourd'hui définitivement condamnés, Michèle Alessandri les a reliées jeudi aux conditions d'une garde à vue qui l'a "complètement déstabilisée".
"Je suis allée dans le sens qu'ils (les policiers, ndlr) voulaient (...) J'avais peur d'être inculpée comme complice", a soutenu d'une voix à peine audible cette habitante de Cargèse, le fief de la famille Colonna.
"Vous nous racontez des histoires", a fini par lui lancer Me Philippe Lemaire, avocat de la famille du préfet assassiné.
Le témoin a alors éclaté en sanglots et une énième suspension d'audience a été ordonnée lorsque l'avocat a laissé entendre qu'elle était empêchée par les Colonna de dire la vérité. "Vous savez très bien où elle habite", a dit Me Lemaire à l'adresse de l'accusé.
"Nerveusement j'en peux plus, je ne veux plus répondre aux questions", a lâché l'épouse de Pierre Alessandri quand l'accusation a pris le relais pour mettre en doute la crédibilité de ses rétractations.
"Dans les procès verbaux mettant en cause Yvan Colonna, il y a des tas de détails (...) vous ne pouvez pas aujourd'hui flouter son nom", a déclaré l'avocat général Jean-Claude Kross. "Vous souhaitez qu'on sélectionne, c'est trop tard!".
Un des policiers ayant interrogé Mme Alessandri en garde à vue, Jérôme Broglio, a fermement contesté qu'elle ait subi des "pressions", parlant d'un "récit vraiment sincère et spontané"

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Boko 163 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte