Magazine Société

Le Vatican vient de briser le plafond de verre pour la journée de la femme

Publié le 09 mars 2009 par Oldchaps

La chrétienté a quitté la robe de bure, c'est certain. Elle vient donc de reprendre le goupillon. L'église Catholique est en cours de droitisation, c'est une évidence comme l'atteste la polémique sur la réintégration de Mgr Williamson, un négationniste invétéré notoire. Il avait été excommunié par jean Paul II, il est maintenant de retour avec sa confrérie de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X, celle-ci a une solide réputation à l'extrème de l'extrème droite. Il s'est cependant rétracté mollement contraint et forcé par la pression qu'a exercé Angela Merkel sur le pape à ce sujet.

Société je te hais

Tel pourrait être le nouveau slogan de l'église Catholique romaine actuellement. La dernière affaire en date concerne une fillette de 9 ans qui a été violée par son beau-père. Elle était enceinte de jumeaux jusqu'à ce que sa mère ne la fasse avorter. Suite à ce geste salvateur, la mère de la fillette vient d'être excommuniée. Le vatican avec une échelle de valeur à toute épreuve vient de justifier son geste en déclarant par la voix d'un de ses cardinal Brésilien :"le viol est moins grave que l'avortement". Les femmes apprécieront à sa juste valeur cette déclaration.

Avec une religion comme cela, on n'a pas besoin d'ennemis ici bas.

Les justes valeurs sont de retour !

L'Osservatore Romano vient de célébrer la journée de la femme à sa façon. et il faut croire que dans la cité-état, il se murmure des choses qui n'ont plus cours ailleurs. Avec un recul à toute épreuve le Vatican vient donc de déclarer que le lave-linge est l'objet qui a le plus participé à l'émancipation de la femme au XXème siècle. A feu ce XXème siècle ! qu'est ce qu'il était bien ! pas autant que feu le XIXème durant lequel les choses tournaient rond - mais c'était le bon temps tout de même.

Bref, l'église voudrait faire fuir ses ouailles qu'elle ne s'y prendrait pas d'une autre façon. Les sectes bien moins vertueuses savent quel discours adopter dans ce genre de situation.

Où est passé la parole chrétienne ?
C'est la question que je me posais cet après-midi lorsque j'ai appris cette excommunication. J'ai pensé immédiatement à Simone Weil -  très certainement grâce aux célébrations du centième anniversaire de sa naissance.
Simone Weil écrivait dans ses carnets: «L’esclavage m’a fait perdre tout à fait le sentiment d’avoir des droits.» (La Condition ouvrière) Les cadences infernales (qui ne peuvent être tenues qu’en cessant de penser, car «penser, c’est aller moins vite»), la fatigue physique et morale, les humiliations directes et induites («Le fait capital n’est pas la souffrance, mais l’humiliation»).
Je vous conseille la pesanteur et la grâce qui est un livre dans lequel la liberté se dévoile à nu. Quelques citations d'elle :"cette foi est mienne", "La religion chrétienne contient explicitement des vérités que d’autres religions contiennent implicitement» À mesure que je deviens rien, Dieu s’aime à travers moi.» «Prendre puissance sur, c’est souiller, posséder, c’est souiller.» Chaque fois que nous subissons une douleur, nous pouvons dire avec vérité que c’est l’univers, l’ordre du monde qui nous entrent dans le corps».
Et surtout cet éclair de génie: "J'ai eu soudain la certitude que le christianisme est par excellence la religion des esclaves, que les esclaves ne peuvent pas ne pas y adhérer, et moi parmi les autres".
Nul doute que le Vatican devrait réviser et se ressourcer un peu ces temps-ci.

  



La complainte du progres

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Oldchaps 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine