Magazine Société

240° Gran Torino

Publié le 10 mars 2009 par Jacques De Brethmas

.

De et avec Clint Eastwood.

Eblouissant.

Si je parle beaucoup de cinéma sur ce blog en ce moment, ce n'est pas parce que j'ai choisi d'en changer la forme ou que j'ai décidé d'arrêter de rouspéter et de vaporiser du sarkozycide.

C'est tout simplement parce qu'il y a beaucoup de bons films...

J'ai tardé à aller voir Gran Torino, sorti depuis déjà presque deux semaines. J'ai eu tort. Les critiques et le dossier de presse parlent du face à face d'une sorte de Rambo avec une famille de Vietnamiens, essaient de le raconter maladroitement, ils s'égarent.

Chaque scène de Gran Torino est « a piece of cake », un absolu de situation, un aboutissement de scénario, un éblouissement de dialogues percutants. Si Audiard avait un oncle d'Amérique, il aurait écrit ceux de Gran Torino. Chaque minute de projection est une dégustation de grand art cinématographique, chaque plan une leçon de mise en scène, chaque collage du montage celui qui convenait pour dérouler le plaisir sans un instant de relâchement.

Je ne vais pas essayer de vous le raconter. Gran Torino est une aventure humaine, un choc de cultures dont il résulte qu'aussi diverses qu'elles soient, toutes les cultures se rejoignent sur le fondamental.

C'est un film sur les valeurs, sur l'homme, la vie, la mort, le destin, la guerre et les religions. Une leçon d'humanisme très drôle, très dramatique. Et aussi une superbe leçon de cinéma.

C'est aussi la confirmation que je n'ai vraiment pas envie d'aller vivre aux Etats Unis.

Courrez y.

.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jacques De Brethmas 464 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine