Magazine France

François Fillon se coupe des jeunes

Publié le 10 mars 2009 par Exprimeo
Le Premier Ministre présente deux mesures qui déçoivent la jeunesse et ce dans un calendrier très rapproché : les open bars et le piratage sur Internet. Deux projets qui pêchent par des défauts identiques : légiférer sans résoudre avec sérieux. Internet subit actuellement en France une offensive en règle de la part de défenseurs de "l'ancienne économie" et ce dans des conditions inquiétantes. C'est le cas aujourd'hui de la loi sur le piratage. L'industrie du disque est malade. Mais de là à identifier Internet comme la cause de cette maladie, il y a un pas rapide. Le pas est encore plus "rapide et préoccupant" quand il s'agit de sanctionner si ce projet devait entrer dans les faits. Plus sérieusement, les accusations portées contre Internet traduisent l'hypocrisie qui règne actuellement dans de nombreux dossiers. Bien plus gravement encore, il semble y avoir une perméabilité nouvelle à des intérêts privés influents ayant notamment l'accès privilégié au Président. La loi LME est souvent moquée par les initiales de son inspirateur (Leclerc Michel Edouard). Comme la loi sur le piratage via Internet serait directement inspirée par Pascal Nègre. Le piratage est présenté aujourd'hui comme une atteinte intolérable à une oeuvre intellectuelle. Le piratage n'est autre que ce que fut hier la copie aux oeuvres écrites. On ne plaçait pas un gendarme devant les copieurs pour sanctionner celle ou celui qui photocopiait des parties entières d'un ouvrage. Combien d'enseignants ont fonctionné ainsi ...? La naissance de nouveaux médias perturbe les situations acquises et fait naître de nouveaux équilibres. Mais jamais dans l'histoire des médias, un support a disparu. Il a dû s'adapter. La radio n'a pas tué la presse écrite. La télévision n'a pas tué la radio. Internet ne tuera pas davantage un autre support. Il faut s'adapter et ce pluralisme de médias fait gagner le choix donc la liberté. Il est à souhaiter que le projet de loi dont la discussion s'ouvre aujourd'hui ne soit pas adopté. Mais le Parlement Français paraît tellement dans la dépendance de l'exécutif. En pleine crise financière, c'est un des rares Parlements à ne même pas avoir créé une commission d'enquête sur les structures bancaires renflouées à coups de milliards publics ... Au titre des "surprises" figure l'engagement du Député-Maire de Coulommiers, 35 ans, qui risque de vite devenir le bouc-émissaire d'une mauvaise réforme. C'est une situation identique quant au projet de Loi Bachelot qui, partant de la réforme de l'hôpital, termine par des dispositions nouvelles de ventes d'alcool aux jeunes. Ces derniers, parmi ceux qui peuvent être tentés par l'alcool, n'ont jamais attendus les open bars pour y succomber et trouveront demain de nombreuses autres voies possibles. La multiplication des législations, qui ne sont pas une "réponse au problème rencontré", se développe dans des conditions inquiétantes.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Exprimeo 5182 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte