Magazine Culture

Maupassant passe mieux à la télévision que Beckett

Par Actualitté
Sabine Chalvon-Demersay est directrice d'études et de recherches EHESS-CNRS. Avec Jean-Marc Doniak, chercheur également, elle s'est interrogée sur « la manière dont la fiction télévisée contribue aux recompositions du paysage normatif, notamment en matière de normes familiales ». Dans son étude, intitulée Le deuxième souffle des adaptations (version PDF), sont examinés le passage au petit écran des grands du XIXe siècle, tel que le connaît actuellement.
Maupassant passe mieux à la télévision que Beckett« La fiction télévisée a des spécificités : elle diffère de la fiction littéraire et de la fiction cinématographique par la largeur du public, par la durée des oeuvres diffusées, par la régularité de l'écoute, par la simultanéité de la réception, par la manière très particulière dont elle s'imbrique dans l'expérience de la vie, par les affinités qu'elle a avec la question des intimités, par le fait que les considérations expressives ou esthétiques n'y sont pas prioritaires », note-t-elle.
Pour Gérard Jourd'hui, producteur, il est en effet plus simple de se pencher sur les auteurs de cette période : « Ce sont des raconteurs d'histoires, et les journalistes de leur époque. » Donc plus visuels et adaptables.
Dans leur étude, les chercheurs montrent même que certains auteurs sont bien plus audiovisuels que d'autres. 20 Minutes rapportent les chiffres suivants :
  • Labiche adapté 74 foi
  • Balzac 46
  • Courteline 45
Et ce, juste pour définir un top 3 des auteurs les plus photosensibles. L'arrivée de Maupassant sur le marché pourrait chambouler quelque peu la donne dans les années à venir. Et Jourd'hui d'ajouter : « C'est sûr que c'est plus simple que Beckett. » Encore que... mais on saisit l'idée. De toute manière, on préfère le XIXe siècle en France : 250 auteurs de cette période ont été adaptés à la télévision, tandis que seuls 5 de l'Antiquité auraient eu droit au charme du petit écran.
« Mais tous ne satisfont pas aux lois cathodiques, nuance Laurent Jullier auteur de Stendhal, un désir de cinéma. Ce n'est pas un hasard si Flaubert ou Stendhal n'ont pas été retenus. Le premier multiplie les commentaires difficiles à rendre à l'écran, le second n'adopte pas de schémas narratifs assez riches pour bâtir un scénario », précise Jourd'hui.
Quant à Maupassant, définitivement l'élu du coeur des réalisateurs, la scénariste Anna Andrei, estime clairement que « son écriture est la plus visuelle, la plus cinématographique », elle qui a participé à l'aventure pour France 2.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte